RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 
journal de blaze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Blaze
the royal cobras
messages : 666

MessageSujet: journal de blaze   Sam 8 Juil - 13:24


journal de BLAZE
INFORMATIONS CONNUES
✲ Blaze se nommait Abigail avant.
✲ Elle est Canadienne.
✲ Elle a ou avait une sœur jumelle se nommant Joyce.
✲ Son tatouage, Joy, est en l'honneur de cette dite sœur.
✲ Son père est entré dans l'armée pour la protéger.
✲ Ses cicatrices sur la cuisse sont des coupures au canif qu'elle s'est elle-même faite parce qu'une personne, Elle, a vécu une tragédie qu'elle aurait pu éviter. Elle se sent coupable.
✲ Un jeune homme à l'identité inconnue l'a empêchée de se faire davantage de mal en entrant dans la salle de bain cette journée là.
✲ Elle s'est faite capturer par l'armée Canadienne, enfermée dans une cellule miteuse et battue. Elle a fait du mieux qu'elle pouvait pour résister.
✲ Joyce serait morte dans un "accident".
THÉORIES
✲ Ce pourquoi elle se sent si coupable, c'est la mort de sa soeur jumelle.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Blaze
the royal cobras
messages : 666

MessageSujet: Re: journal de blaze   Sam 8 Juil - 13:28

UN SOUVENIR DE BLAZE
Le sang perle à la surface de ta peau, chaque attaque envers celle-ci laissant sa trace jusque dans ta chair. Assez loin pour faire verser le liquide rouge et enflammer tes nerfs d'une douleur vive qui masque celle plus profonde qui t'étouffe. La culpabilité, les remords, les "et si" pullulent dans ta tête à une vitesse foudroyante et te donnent le vertige. Cette annonce te donne la nausée, le cœur au bord de tes lèvres bouffies et les joues humides de larmes qui ne cessent de couler le long de tes joues. On cogne à la porte de ta salle de bain, mais les sanglots nouent ta gorge et t'empêchent d'exprimer une réponse. De vocaliser ton envie d'être seule, que tu n'as pas envie de voir la moindre âme qui vive n'étant pas elle. Ton silence est mal interprété et la porte est ouverte à coup d'épaule par un jeune homme qui vient retirer le canif d'entre tes doigts pour le poser au sol avant de tenter de te prendre dans ses bras. Tu refuses, trouvant le moyen de communiquer via des mots brisés qui lui ordonnent de te foutre la paix, que tu ne veux pas le voir. Ni lui, ni personne. Encore moins ton reflet dans le miroir brisé au-dessus du lavabo. Il finit par serrer tes bras entre ses mains, t'obligeant à fixer tes yeux rougeâtres dans les siens tout en sachant qu'il ne fait que s’inquiéter pour toi. C'est ce qu'ils font tous dans le couloir de l'autre côté de cette porte entre-ouverte. « Si j'avais... Si j'avais été là... C'est de ma faute. » Tu murmures ces paroles avant d'être submergée à nouveau par ce triste désespoir qui t'habite depuis cette tragédie.

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Blaze
the royal cobras
messages : 666

MessageSujet: Re: journal de blaze   Sam 8 Juil - 13:29

UN SOUVENIR DE BLAZE
Le village te parait déserté, ses habitants ayant probablement fuit vers les grands centres par sécurité ou nécessité, un fait qui t'arrange puisque tu peux fouiller pour des ressources en paix. Le sac messager que tu trimbales claque contre ta cuisse au rythme de tes pas, quittant la dépouille d'un super-marché où tu as pu faire le plein de conserves et tu scrutes les alentours d'un œil de vautour au cas où. Le bruit distant d'un hélicoptère se répercute dans l'air, mais il est suffisamment loin pour ne pas t’inquiéter et tu peux donc poursuivre ta route à travers les rues de cette place abandonnée en quête d'un endroit où t'installer pour passer la nuit. Par contre, des voix s'élèvent, te prenant par surprise malgré le fait que tu parviens à changer ta trajectoire afin de les éviter, n'ayant pas envie de croiser âme vivante. Activant la vitesse de tes pas, tu tombes sur ton pire cauchemar : un habit de militaire dont l'emblème canadien est brodé dans le tissu. De gros doigts tiennent une arme à feu, te faisant aussitôt reculer de plusieurs pas avant de lever le regard vers le visage de l'individu devant toi. « ... Papa ? » Choquée, tes yeux s'écarquillent, incapable de concevoir qu'il puisse être de leur côté. « Abi ? » Il abaisse aussitôt le canon de son arme, se rapproche de ta forme en posant une main rassurante contre ton épaule. « Ils fouillent la zone en ce moment même, tu ne peux pas rester ici. Nous descendons vers le sud, va vers le nord tu y seras plus en sécurité. » Le contact physique te donne un accès involontaire à ce qui se trame dans ses souvenirs, entendant la voix de ta mère qui se brise à la prononciation de mots évidents. Retrouve notre fille. Ta main cherche aussitôt la sienne, la retirant sèchement de sur ta personne avec un regard noir braqué dans le sien. « Qu'est-ce que tu fais avec eux ? » Ses lèvres se pincent en une ligne tendue, jetant un regard dans les alentours dans le but de s'assurer que vous êtes encore seuls. « Je fais ça pour te protéger, Abigail. Sauve ta peau, tu te dois de vivre. Ne le fais pas pour moi ou elle, fais-le pour toi. »

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Blaze
the royal cobras
messages : 666

MessageSujet: Re: journal de blaze   Sam 8 Juil - 13:30

UN SOUVENIR DE BLAZE
Ses grands yeux pétillants expriment une joie immense de se trouver dans cet endroit en ta compagnie. Elle sautille, trépigne d'impatience avec ses doigts enroulés autour des tiens comme une enfant avec ses fesses posées dans la chaise de cuir noir. L'homme prépare son équipement avant de placer son avant-bras en appui devant lui, prêt à travailler. Elle crispe les traits de son visage lorsque l'aiguille attaque sa peau, sa lèvre inférieure se retrouvant victime de ses dents qui s'y plantent pour supprimer la douleur qui la prend par surprise. Un sourire tire tes lèvres de voir cette sœur d’ordinaire si courageuse succomber devant un si petit objet. « Te moque pas de moi, tu y passes après. » Un œil ouvert t'épie sous un sourcil froncé malgré la lueur de malice saine qui y brille. Tu sers un peu plus sa main entre tes doigts, un geste qu'elle imite et tu contemples l'oeuvre simpliste du tatoueur en train d'encrer trois lettres bien précises dans la peau sensible du poignet de ta sœur jumelle. Dans quelques minutes, ton tour viendra. Ce soir, un lien de plus vous unira, celui-ci davantage visuel qu'émotif. Lorsque tu sortiras de cet endroit avec Joyce, trois lettres seront placardées dans ta peau en son honneur : Joy. Un surnom qui lui va à ravir puisque tu ne peux qu'admirer la nature optimiste de celle-ci dans toutes circonstances. Toutes les deux, vous avez fait ce choix minimaliste afin de ne jamais oublier votre lien, de ne jamais perdre de vu cette chance que vous avez de faire partie de la vie de l'autre. Ce que vos parents qualifient comme une dépense inutile d'argent, vous ne voyez qu'une preuve d'amour éternel entre sœurs.

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Blaze
the royal cobras
messages : 666

MessageSujet: Re: journal de blaze   Dim 9 Juil - 10:35

UN SOUVENIR DE BLAZE
Tu en es venue à détester cette feuille d'érable rouge, ce logo sanglant sur fond blanc que tu vois tous les jours défiler au bras de chaque individu croyant être le bon. Persuadé d'être cette personne qui parviendra à te faire craquer. Ils commettent tous l'erreur de finir par réaliser un contact avec toi, te donnant ainsi accès au contenu entier qui se cache entre leurs deux oreilles. Avec tes mains restreintes dans ton dos dont des menottes laissent des marques contre tes poignets, tu observes un énième homme faire son entré dans ta misérable cellule à l'odeur infecte d'humidité renfermée. Son sourire mauvais aux lèvres, tu l'as vu des tonnes de fois avant lui, ce qui n'a rien pour t'impressionner. « Parait que t'es un cas, Sweetheart. » Tu ramènes tes jambes vers toi, les croisant afin de t'installer en indien, observant le moindre de ses gestes. Il pue la confiance au point où tu dois lutter pour ne pas grimacer. Un autre que tu enverras rouler dans la mélancolie et la dépression après une escapade dans ses souvenirs. Tout ce que tu as à faire c'est attendre parce qu'ils finissent tous par exécuter la même erreur. « Dis-moi, est-il possible que Joyce ait pu survivre à son... accident ? Il y a des gens comme toi qui ont cette fascinante capacité de s'adapter pour survivre. » Encore ce discours qui cherche à t'atteindre via la perte de ta jumelle, mais tu connais mieux, tu sais qu'ils cherchent à semer le doute. Ils veuillent que tu nourrissent l'espoir qu'elle puisse être encore en vie quelque part, qu'ils feront tout pour la retrouver si tu acceptes de te joindre à leur cause. Ainsi, tu préfères rester muette tout en continuant de le regarder fixement. L'homme approche, saisit ton visage d'une main en écrasant tes joues et te tirant dans sa direction. Tu ignores ce qu'il te dit dans un murmure, trop occupée à fouiller sa mémoire. Ils oublient tous dans le feu du moment, dans cette envie de te dominer. « Vous avez une bien jolie femme. Elle doit être seule à la maison, en ce moment, si je ne me trompe pas. » Pour ta protection, tu mens depuis ton arrivée ici, ayant glissé l'idée que tu es capable de communiquer avec des amis dehors. Bien sûr, cela t'est impossible, ton don ne fonctionne pas ainsi. Sauf qu'ils n'ont pas besoin de le savoir et s'ils sont persuadés que tu peux frapper via des alliés externes, ils sont tout de suite plus nerveux. L'homme lâche ton visage dans l'immédiat, non sans te décrocher une droite qui laissera certainement un hématome sur ta pommette. « Salope, je te défends de t'en prendre à ma femme. » Suite à quoi, il se distance de toi après la réalisation que tu peux effectivement te frayer un chemin dans sa tête au moindre contact physique quel qu'il soit. Un sourire se glisse sur tes lèvres. « Oh, mais ce n'est pas moi qui vais s'en prendre à elle. Contre moi, elle aurait une chance. Comme vous le savez déjà, il y a des gens comme moi qui... s'adaptent. Ce que je ne sais pas, c'est s'ils la feront souffrir avant de l'abattre ou seront assez clément pour abréger ses souffrances. » Son regard révèle exactement ce à quoi il pense. Il doute, hésite. Il ne sait pas si tu mens ou dis la vérité, un risque qu'il doit calculer. Au final, tu as l'honneur de le voir détaler, refermant la porte de barreaux derrière lui et tu sais qu'il reviendra après avoir constaté que son épouse se porte à merveille. Cet homme va revenir et tu trouveras un autre terrain sur lequel jouer jusqu'à ce que lui aussi ne veuille plus te rendre visite.



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: journal de blaze   

journal de blaze
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...
» Journal de l'Infirmerie de Gnomeregan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum