RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 
Alistair - I'm a dad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alistair
only serving myself
messages : 62

MessageSujet: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 13:26


Alistair « Al’, Daddy »
ÂGE & DATE D'ANNIVERSAIRE ✲ 40 ans, né le 22 mars 1977 (selon le magazine féminin que je lis de temps en temps, j’suis bélier.) PRÉSENT À VARAKES DEPUIS ✲ Janvier 2017 EMPLOI ✲ Masseur-Ostéopathe ACCENT / LANGUES PARLÉ(ES) ✲ Anglais, Français ORIENTATION SEXUELLE ✲ Homosexuel PARTICULARITÉ PHYSIQUE ✲ Des cicatrices me lacèrent le dos et les avant-bras (je devais être Batman dans une autre vie et croyez-moi, Catwoman m’a fait monter aux rideaux). POUVOIR ✲ Eludere OBJETS PERSONNELS ✲ J’ai récupéré une pommade pour mes mains usées, couvertes de corne. Un téléphone sans carte SIM, avec un répertoire vide, l’écran fendu. Inutilisable. Un canif, en bois poli, une scène de chasse gravée sur la lame d’acier. Et pour finir, une gourmette d’argent, en bel état. MANIES ✲ Je n’en ai pas tant que ça, à part mon humour de merde. AFFILIATION ✲ Aucune TRONCHE AVATARIENNE ✲ Nikolaj Coster-Waldau.

I R L
PSEUDO/PRÉNOM ✲ Maryel PAYS ✲ FranceFRÉQUENCE DE CONNEXION ✲ 3 jours par semaine LONGUEUR DE RP PRÉFÉRÉE ✲ Moyenne  (500 à 800 mots). DERNIER MOT ✲ Bonjour ! Ca fait quelques années que je n’ai pas RP forum et je me suis décidée à m’y remettre… En espérant ne pas avoir trop perdu !
✲ QUELLE A ÉTÉ TA RÉACTION LORSQUE TU AS REPRIS CONSCIENCE DANS TA CHAMBRE ? Mes muscles sont tendus. Mes yeux s’entrouvrent, difficilement, pour se lever vers le plafond. L’air me manque et je mets quelques secondes à en comprendre la raison. C’est dans un profond soupir que je relâche l’air retenu dans mes poumons. Je suis si crispé que des fourmis en ont profité pour envahir mes veines. Mes yeux se referment et j’inspire, expire à plusieurs reprises. Je me rends compte que cette sensation est familière…  La douleur qui me tiraille, les courbatures qui tirent mes muscles secs, se relâchent progressivement. Comme le petit embonpoint qui tire discrètement le seul vêtement qui me recouvre. Toutes ces sensations sont connues et depuis longtemps acceptées par ma tête, bien que lorsque je repose mes yeux sur mon ventre, j’ai une petite moue. Je tapote mon torse puis mon ventre plus tendre dans un soupir. Ils sont où mes abdo’ ? Je m’assois, lentement : je perçois distinctement mes fibres musculaires s’étirer… Et je m’étonne presque de ne pas m’entendre grincer comme les gonds d’une porte rouillée. Mon sang s’engouffre dans mes veines, redonner vie à ce corps qui refusait de s’abandonner à un véritable sommeil. Je masse ma nuque, puis passe ma main le long d’une barbe de quelques jours qui me piquent les doigts. Au fur et à mesure de mon éveil, mes pensées se détachent de mes sensations physiques. Elles m’ont permis de remettre les 2 pieds dans la réalité mais elles ne peuvent rien m’apporter davantage. Qu’est-ce que je fous là ? Je me mets debout, peut-être un peu trop vite. Un court vertige me saisit mais mes poings se referment puis se rouvrent à un rythme régulier pour encourager mon cœur à reprendre contenance. Mon souffle suit ce rythme. 1…2…1…2… Cette régularité est rassurante. Grâce à elle, je contrôle ce qu’il se passe. Pas autour de moi mais en tous cas, ce qui se passe en moi. Et rien que ça, ça aide. « Hey…  Lâche pas prise. » Le son de ma propre voix me fait frémir. Une voix grave, rauque, qui fait vibrer mon torse. Ces mots encourageants se sont échappés de mes lèvres. C’est comme un coup de pied au cul. Ca m’aide à me redresser, même si, par la même occasion, je me rends compte que… je ne sais pas comment m’appeler. Qui suis-je ? Mes yeux étudient attentivement la pièce. Comme si j’allais y trouver mon prénom écrit en grosses lettres sur un des murs ou dans une enveloppe sur ma table de chevet. A cet instant, je ne ressens pas encore l’angoisse. Tout du moins, je tiens cette sale garce en laisse et veille à ce qu’elle ne vienne pas me mordre les chevilles. Je suis aux aguets. Oreilles tendues, yeux levés, je reste en alerte, comme un fauve prêt à bondir. Ou comme un chat prêt à se jeter sous le lit à la moindre menace. J’hume instinctivement l’air, mais je ne perçois que les odeurs de désinfectant. Je baisse les yeux vers mon corps, mais je ne vois aucune blessure. Aucun tatouage. Pas même une bague. J’avance encore de quelques pas. Mon corps m’obéit et n’oppose aucune résistance. Si j’peux pas compter sur ma tête, je peux au moins m’appuyer sur mes jambes. Les tensions musculaires ont presque disparu ou je n’y fais plus attention. J’ai besoin de réponses. J’ai besoin de savoir. J’ai besoin d’avancer et d’aller de l’avant. J’ai besoin de voir des gens. J’ai besoin d’entendre du bruit, de sentir la vie autour de moi et pas seulement ce cœur qui bat à toute allure dans ma cage thoracique, ce chien fou qui se jette contre les barreaux osseux qui le retiennent… Je referme ma main sur la poignée de la porte que je tourne. Elle s’ouvre. Je vois des visages se tourner vers moi. Ma main se resserre sur la poignée. Je croise leurs regards. Face à eux, je n’ai pas peur. Face à eux, je ne me sens pas faillir. Mon cœur bat plus fort. Mes muscles se contractent. Les tensions reviennent. Un sourire éclaire mon visage. « Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce bordel ? » Je laisse échapper avant qu’un pouffement ne franchisse mes lèvres.
✲ COMMENT OCCUPES-TU TON TEMPS LIBRE DANS LA VILLE? Je fredonne les paroles d’une chanson que je connais à présent par cœur. Un vieux blues. La cassette est lasse, elle interrompt la mélodie par des grésillements réguliers qui me rappellent les craquements des articulations de la femme que je suis en train de masser. Pourtant, le chanteur à la voix bien grave me fait frémir comme s’il susurrait à mon oreille. J’en ai la chair de poule.
_ Tout va bien, Alistair ?
_ Et vous, Josy ? J’interroge en réponse, Je vous sens plus tendue qu’à l’accoutumée. Laissez-moi deviner, votre mari a encore fait des siennes ?
_ Oh si vous saviez ! Pas plus tard que la semaine dernière, il…
Je l’écoute. Et au fur et à mesure de son récit, elle se détend. Elle libère le fardeau sur son dos et j’aide simplement son corps à suivre le mouvement. J’apprécie sa compagnie, comme celle de mes autres clients. Très peu de temps après ma sortie, j’ai découvert que j’avais besoin des autres. Y’a rien de pire qu’être seul dans son coin, à ressasser ses propres pensées, surtout quand celles-ci ne font que refléter le vide total de votre existence. Je n’ai pas de souvenirs auxquels sourire ou pleurer. Je n’ai pas d’expériences sur lesquelles je pourrais construire des envies ou, au contraire, des désintérêts… J’ai tout à découvrir. Je ne sais plus quel philosophe a dit que l’œil ne pouvait se voir que grâce à un miroir. Pour se découvrir, le seul moyen de le faire est de se fier aux autres et à ce qu’ils renvoient de nous. Ce sont les autres qui nous permettent de ressentir, de réfléchir, de découvrir. C’est grâce à eux que j’ai découverts que j’étais un « leader », un mot bien pompeux, bien traître. Je veux pas donner aux autres une marche à suivre, je ne donne pas non plus de leçons. Je ne veux pas les guider. Je veux leur permettre d’avancer. Je veux qu’ils trouvent la force et les solutions en eux pour faire face aux obstacles que la vie ou toute autre entité abstraite peuvent nous foutre sur la route. Je n’aime pas être seul avec moi-même, tout comme je ne supporte pas laisser les autres dans leur merde. Depuis ma sortie de l’hôpital, j’ai vu des gens effondrés par leur amnésie. J’ai vu d’autres complètement paumés qui s’abandonnaient à des saloperies comme la drogue ou la violence pour combler les trous dans leur vie, dans leur tête. J’arrive pas à rester impassible, insensible à la détresse de quelqu’un. Je ne suis pas naïf, ni chevalier blanc. Je me considère humain. C’est tout. Je suis celui qui ira vers les plus solitaires pour m’assurer à ce qu’ils n’aient besoin de rien. Je suis le chieur qui va te harceler jusqu’à ce que tu te motives à avancer. J’ai de l’énergie à revendre. Non. De l’énergie à partager, plutôt. La vie n’est pas rose, mais je fais tout pour la prendre du bon côté. Je sais pas ce que sera mon lendemain, mais j’espère qu’il sera plein de belles choses. Et si je me plante ? Bah tant pis. Ca fera un peu d’action, c’est tout.
Officiellement, je bosse dans un cabinet. En réalité, je me déplace régulièrement au chevet de mes clients. Je passe mon temps dehors ou chez les autres, à leur offrir mon écoute et mon attention. Il y a la belle Josy, une femme éprise d’un homme casse-cou, Lady Rose, une femme très âgée, très pudique, douce et délicate. Le jeune Grey qui s’est cassé un genou, le sévère Sullivan qui ne sourit que lorsque je lui masse la plante des pieds et qui s’endort comme un bébé dans les minutes qui suivent…
J’aime les gens. Ce sont eux qui me permettent d’occuper mon temps libre. Quand je ne fais pas mon travail, je me promène, je vais boire un verre, je vais me porter bénévole à une association quelconque… Bien qu’il m’arrive de flâner chez moi en caleçon, en me dandinant sur un vieux rock.
✲ QUE PENSES-TU DE TON POUVOIR? Tout a commencé le jour où j’ai souhaité me préparer un gâteau au chocolat. J’avais trouvé la recette dans un magazine et la photo alléchante m’avait finalement convaincu de me mettre aux fourneaux. L’odeur est venue me chatouiller les narines. Je surveillais l’heure, impatient de sortir mon œuvre d’art du four. Enfin, la petite sonnerie retentit, je m’empressais de sortir le merveilleux fondant du four. Je me préparais une assiette, un magnifique parterre de crème chantilly, puis j’attendais à ce que le gâteau soit prêt pour être consommé. Je posais fréquemment un doigt sur sa surface délicieusement craquelée et finis par dévorer la crème pour m’exhorter à la patience. Et quand je pus finalement couper une part et la porter à ma bouche…  
Quelques heures plus tard, j’étais de retour à l’hôpital. Allergie au chocolat. Comme si la perte de mes souvenirs ne suffisait pas, il fallait que je sois allergique au chocolat. Le truc que tout le monde aime, le truc qu’on trouve partout ! Dans une émission, j’ai même vu qu’on en mettait de plus en plus souvent dans des plats salés, comme du CANARD !  Un tel épisode aurait suffis à rendre paranoïaque plus d’une âme sensible : comment accorder sa confiance à quiconque quand un simple carreau de chocolat manque de vous tuer ? Après une période de rémission, j’ai décidé de surveiller de plus près mon alimentation.
Fort de cette expérience, j’ai appris à me méfier de tout ce qui avait une fragrance de chocolat. Quand cette odeur me vient aux narines, je sais qu’un danger est tout prêt de moi. J’aurais pu espérer ressentir quelque chose de particulier, comme un pincement au cœur, une odeur de souffre témoignant d’une présence démoniaque ou que sais-je… Au lieu de cela, chaque menace s’accompagne d’une fragrance chocolatée qui pourrait faire croire à une pub de mauvais goût. Comment je le sais ? De nombreux exemples m’ont révélé cette capacité. Comme ce soir où j’ai emprunté une rue malfamée… Une odeur de chocolat m’a frappé de plein fouet, précédant de près le coup de batte qu’on me donna en plein ventre pour me convaincre de donner mon portefeuille…
Pour conclure, c’est un don vraiment pratique, discret, sur lequel je ne vais pas cracher. Je ne comprends absolument pas son fonctionnement et je ne sais pas si je cherche à le savoir, mais tant que ça marche, je continuerai de m’y fier. J’évite seulement d’en parler…

✲ QUELLES SONT TES RELATIONS AVEC LES GENS DE VARAKES? J’essaye de m’entendre avec tout le monde.
Bien sûr, c’est pas une chose aisée à faire hein. Je suis plutôt patient, tolérant et attentif, des qualités qui vous aident vraiment à entrer dans de bonnes relations avec les autres. J’essaye de leur venir en aide, avec plus ou moins de maladresse, mais toujours avec sincérité. J’suis assez protecteur et paternaliste, ce qui peut plaire comme faire chier certains… J’ai quelques tendances dirigistes malgré moi. J’aime pas donner des ordres, mais j’saurais dire où il faut aller si j’fais face à un groupe paumé. Après je dis pas que j’aurais trouvé la bonne direction mais au moins, j’aurais tenté !
Mais comme tout le monde, y’a des choses qui me plaisent moins. C’est difficile à dire, c’est bien souvent du cas par cas. Je n’aime pas les gens qui se larmoient sur leur sort. Face à quelqu’un animé de tendances suicidaires ou écrasé par une dépression, je me sens bien souvent impuissant et cette sensation m’est tout bonnement insupportable. En fait, je me rends compte que j’ai besoin de gens qui ont encore une étincelle de vie en eux… Et la volonté de la préserver. Je sais raviver la rage de vivre. Je sais redonner courage. Je sers de béquilles aux pas hésitants, je sers de chien de garde aux craintifs, je suis la caresse qui soulage une douleur, la présence à un cœur en manque de chaleur. Mais je ne redonne pas la vie. Je ne rallume pas une flamme éteinte. Je ne sais pas effacer des points de suture ou souder les fragments éparpillés d’un cœur brisé.
J’suis juste un mec qui aide les autres comme il peut. En leur partageant ses forces mais dont les capacités sont affaiblies par ses propres limites.
✲ COMMENT TE SENS-TU PAR RAPPORT À LA PERTE DE TES SOUVENIRS? Je me demande parfois qui j’étais, quand je me retrouve seul chez moi, plongé dans le silence et le bruit de mon propre souffle. Sûrement pas un mec riche quand je vois l’état de mes mains. Sûrement pas à un sportif, vu mon embonpoint. Pourtant, les muscles de mon torse, de mon dos et de mes jambes sont plutôt bien entretenus. Mes cicatrices ont tendance à m’inquiéter et j’préfère me dire qu’elles viennent d’un ébat passionné pour me rassurer un peu…
De toute façon, je ne peux faire que des suppositions à la con. Mais après quelques semaines, j’ai compris que ça ne servait à rien. Ça ne fait que m’angoisser. Me mettre mal à l’aise. Ça me prend la tête. Ça m’empêche de dormir. Je me regarde, sans savoir, à serrer et relâcher régulièrement les poings. Mes exercices de méditation ne me permettent que de me plonger dans un vide absolu, entouré de pensées affolées, de souvenirs présents qui ne font que renvoyer le trou de mon passé. Ce trou noir qui avale mes espoirs, qui bouffe ma vie et qui tente d’engloutir mon futur, ce parasite qui m’empêche de penser à ce que je suis, de penser à ce que je peux être et ce que je pourrais faire.
Sans passé, il est difficile de prendre conscience de qui l’on est. De ce que les autres peuvent attendre de nous, de ce que nous sommes capables de faire, de ce que nous Voulons faire. Nous sommes une feuille arrachée de son arbre, un brin d’herbe arraché de ses racines, un truc fragile sans attaches qui virevolte au rythme de ses processus physiologiques et émotionnels.
Heureusement que la raison est là pour rattraper le tout. J’ai planté les piquets auxquels me tenir. Des pensées fixes sur lesquelles je m’appuie pour savoir qui je suis et comment je dois agir, des pensées que je martèle par mes petites manies répétitives.
Ignore le passé. Va de l’avant.
Construis ton avenir.
Agis selon ce que tu sais, selon ce que tu sens.
Des règles stupides, qu’on doit tous avoir, mais qui m’aident à dompter mes peurs, mes doutes. L’immobilisme ne mène à rien. Chercher le passé revient à ramer contre le courant. Mes souvenirs sont loin de moi. Hors de portée. Un jour, ils me reviendront. Comme des pommes situées en hauteur : le jour où elles seront mûres, elles tomberont d’elles-mêmes. Ce n’est pas comme si j’avais le choix de toute façon.
« I’m not getting older I’m getting daddy »
✲ LAQUELLE DES TROIS AFFIRMATIONS SUIVANTES TE CORRESPOND LE MIEUX ?
La famille prime sur tout et tu as espoir de découvrir si tu en as bien une puisqu'elle te manque sans même en avoir le moindre souvenir.
Les amis avant tout, car tu as choisi ces gens pour qu'ils fassent partie de ta vie plutôt qu'ils te soient imposés par le sang.
Tu es la chose la plus précieuse à tes yeux. C'est toi d'abord et après, peut-être, les autres.

✲ COCHE LE MOT QUE TU PRÉFÈRES POUR TE DÉCRIRE.
altruiste.
égoïste.
exploiteur.
opportuniste.

✲ TON AMI TE SIGNALE QUELQUE CHOSE D'ANORMAL DANS LES PARAGES, TU...
Lui rétorques que vous êtes paranormaux en votre genre.
Hausses les épaules sans rien répondre ; ce ne sont pas tes affaires et tu ne veux pas te mêler à ce qui ne te regarde pas directement.
Es le premier à te jeter dans le feu de l'action pour découvrir le fond de l'histoire.
N'as rien entendu parce que tu étais trop concentré à fixer le néon qui clignote au bout du couloir.
J’apprécie les gestes répétitifs, les sons réguliers… Cela me rassure instinctivement. Je porte souvent une montre sur laquelle je calque mon souffle et mes mouvements.
- Je possède quelques bases d’acupuncture.
- J’use beaucoup de mon physique pour tromper. Je sais être très intimidant… Et je me sers de cette tête sérieuse pour impressionner. Enfin si tu me chatouilles, je rigole comme un con. 4 ans d’âge mental.
- Je crois que j’aurais aimé avoir un enfant. Fonder une famille.
- J’ai un sens de la justice assez développé. En d’autres termes, face à une injustice quelconque, je suis incapable de fermer ma gueule. Plusieurs fois, j’ai déjà eu des problèmes, comme en intervenant directement lorsqu’un homme menaçait de frapper sa femme ou en me jetant dans une bagarre quand j’ai vu un homme seul face à d’autres. Une autre de mes interventions m’a coûté une belle amende de la part d’un policier quand j’ai trouvé qu’il se montrait un peu trop dur dans son jugement…
- Je ne me considère pas tellement patient. Ajoutez à cela mon côté colérique. Cocktail explosif.
- Je ne suis pas intéressé envers les femmes, tout du moins, je ne le crois pas. Je n’ai jamais ressenti envers elles ce que j’ai pu ressentir pour un homme. Néanmoins, je reste gentleman à leur adresse.
- J’aime pas faire des listes, rien que pour les courses c’est la merde alors là.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alex
only serving myself
messages : 891

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 13:29

"Al' daddy"

BIENVENUE N'hésite pas à venir sur la CB
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 14:03

bienvenue parmi nous
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alistair
only serving myself
messages : 62

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 14:09

Mercii pour votre accueil C'est un vrai plaisir de vous rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ulli
only serving myself
messages : 384

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 14:41

Bienvenuuue monsieur le masseur
Allergique au chocolat mon pauvre...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 14:45

BIENVENUE PAR ICIII
L'avatar + le pseudo j'approuve tellement
Courage pour la rédaction de ta fiche
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Carmélo
the royal cobras
messages : 1006

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 16:09

Tout d'abord, bienvenue ici mon lapin j'suis toujours heureux de voir des gays ici content de constater que c'est ce forum qui t'a attiré pour te remettre dans le bain du rpg tu ne vas pas le regretter, c'est certain

ensuite, avant de te valider, j'ai un petit souci dans la question au sujet de la façon dont tu occupes ton temps libre à Varakes tu dis :

Daddy a écrit:
Ce besoin de compagnie m’a permis de faire de très nombreuses rencontres. Et ce sont ces rencontres qui m’ont permis de découvrir mon métier actuel.

et les deux paragraphes qui s'ensuivent me posent problème parce que nous nous souvenons tous de notre métier lors du premier jour de réveil, non pas en fréquentant des gens. tu travailles donc dans un cabinet, normalement et tu n'as pas eu à lancer ton affaire

une fois ce détail modifié, repasse dans les fiches terminées et on te validera voilà désolé d'être chiant sur les bords mais c'est mon taf au passage, j'adore comment il sent le danger très original



Honey, I wanna break you, I wanna throw you to the hounds. I gotta hurt you. I gotta hear it from your mouth Boy, I wanna taste you. wanna skin you with my tongue. Desire. I'm gonna kill you. I'm gonna tear into your soul.

I want to touch you, I wanna breathe into your well. I gotta bring you to my hell
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Dim 25 Juin - 21:22

NCW Bienvenue parmi nous Daddy
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Absynthe
only serving myself
messages : 208

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Lun 26 Juin - 8:32

Daaaaaamn. *.*
Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Makfire
the royal cobras
messages : 395

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Lun 26 Juin - 8:36

AAAAAAHHHH NIKOLAJ GENRE WOOOOOWWW VET HOMME DE OUF !!
Bienvenue !!


you're dancing your pain (you're praticly dead)
Dream lover, until then I'll go to sleep and dream again that's the only thing to do till all my lover's dreams come true.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alistair
only serving myself
messages : 62

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Lun 26 Juin - 9:33

Bonjour et merci à tous pour cet accueil chaleureux Ca fait super plaisiiir !!!
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Carmélo
the royal cobras
messages : 1006

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Lun 26 Juin - 13:48


CONGRATULATION, YOU'RE ONE OF US
ça me semble parfait à présent
en tout cas, c'est une fiche bien détaillée que tu nous fais là c'est beau de savoir cerner son personnage de cette façon ! et comme je l'ai dit, j'adore sa façon de sentir le danger daddy est très humain, qui plus est, c'est pas si facile à réaliser, un personnage humain, mine de rien.
aller, sans plus de blabla, je file te mettre ta couleur amuse-toi bien parmi nous
On se l'avouera, le plus difficile est enfin terminé!    

Tu peux dès maintenant créer ta fiche de liens afin de te trouver des amis. Tu peux aussi chercher un rp, demander ton logement, créer ton téléphone. Par contre, n'oublie pas de recenser ton emploi et tes allégeances.

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à te référer à la faq qui sera régulièrement mise à jour, ou à envoyer un mp à l'un des administrateurs!



Honey, I wanna break you, I wanna throw you to the hounds. I gotta hurt you. I gotta hear it from your mouth Boy, I wanna taste you. wanna skin you with my tongue. Desire. I'm gonna kill you. I'm gonna tear into your soul.

I want to touch you, I wanna breathe into your well. I gotta bring you to my hell
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ophelia
church of second chance
messages : 1344

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Lun 26 Juin - 17:21

j'arrive après la guerre, mais plein de bons choix dis donc
bienvenue ici et amuse toi bien parmi nous


no, i'd rather pretend
i'm something better than these broken parts pretend i'm something other than this mess that i am 'cause then i don't have to look at it and no one gets to look at it ©️lazare.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Rafe
church of second chance
messages : 416

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   Mer 28 Juin - 9:36

j'arrive après guerre et armistice même
bienvenue parmi nous


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alistair - I'm a dad   

Alistair - I'm a dad
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alistair-man
» [HISTORIQUE] Chronique d'Alistair
» Bibliothèque d'Alistair
» La table d'Alistair (Nan c'est pas une auberge)
» [Eldars vs Navy] ELdars (Elgilloo) Vs Impérium (Alistair)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum