RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 
following shadows // (shade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: following shadows // (shade)   Sam 17 Juin - 5:00

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Cigarette entre les lèvres et mains dans les poches tu erres dans la zone industrielle. La nuit est tombée depuis à peine une heure mais les rues sont d’ores et déjà semi désertes dans ce quartier des affaires où seuls les immeubles de bureaucrates restent allumés et font office d’éclairage public. Du moins c’est comme ça que tu vois les choses, ce n’est pas pour te déplaire étant donné que tu as littéralement l’impression que la luminosité ambiante t’explose à la gueule. Ils devraient songer à faire des économies d’énergie, c’est la première chose à laquelle tu penses en tirant une fois de plus sur le bâton de la mort présent entre tes lippes. Un peu plus de deux putains de semaines que tu es là et tu ne parviens toujours pas à passer outre ces vides manquants dans le creux de ton crâne, telle une vilaine obsession qui, bien qu’elle s’apaise, demeure perpétuellement en sourdine. Tu n’as pas encore assez rencontré de monde pour réellement comprendre tout ce qui peut bien se passer dans cette ville et tu es bien loin d’imaginer tout ce qui se cache en chacun des êtres présents ici. Les informations sont pourtant belles et bien sous ton propre nez, vis-à-vis de toutes ces capacités. La seule chose que tu sais c’est que ton amnésie n’est pas un cas isolé. Si ça devrait te rassurer, tu n’es pas totalement certain que ce soit véritablement le cas.

Tu commences ton job dans seulement trois heures, n’ayant besoin de toi qu’à partir de minuit cette fois. Si les horaires varient de temps à autre, tu ne t’en plains pas, comme habitué. Bleuet te l’avait dit dans le fond et lors de ton contrôle à l’hosto, les habitudes reviennent vite. Et parce que tu es soudainement plongé dans tes pensées éparses, ta cigarette se consume à vue d’œil et tu ne prends même pas conscience du fait que tu as déjà jeté ton mégot pour en reprendre une autre aussitôt. Lèvres tenant d’un air nonchalant la nouvelle qui sera tout bientôt allumée, tu viens sortir le briquet métallique de ta poche et que tu fais tournoyer entre tes doigts comme un réflexe savamment conservé. La flamme apparait, s’empare déjà du papier et l’odeur de tabac revient emplir tes narines et le fond de ta gorge. Tu continues lentement ta marche, tournoyant encore et encore l’objet entre tes doigts, tirant sur la cigarette de l’autre d’où tu craches en un souffle la fumée teintée de bleue typique. Un bruit sourd retentit soudain au sol, dans ta dextérité pourtant indéniable, le briquet vient de t’échapper et il trône fièrement ouvert sur le bitume. D’un geste anodin tu te penches en avant, prends, sans vraiment t’en rendre compte, appui contre le poteau à ta gauche et ramasses l’objet que tu ne voudrais surtout pas perdre. Dans ton effort, tu n’as même pas remarqué ou senti ta force dans ta main, celle-là même qui s’est mise, sous le poids, à tordre le fer de ce pauvre panneau de signalisation. C’est à présent un stop tordu auquel les transports en commun feraient face, mais toi, tu reprends ton chemin, ni vu ni connu et complètement à l’ouest il faut bien se le dire… Sauf lorsque tu sens une présence dans ton dos qui t’oblige à te crisper. Un énième réflexe que tu sembles avoir. Tu avances alors sur quelques mètres supplémentaires avant de rattraper ta cigarette presque terminée entre tes doigts et de faire volte-face.

« Qu’est-ce que tu veux ? » que tu lâches sans même prendre la peine de faire les présentations ou de te montrer particulièrement aimable. Un peu trop brut de décoffrage… Sans doute.  


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mar 20 Juin - 19:30

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Il n’est pas rare qu’on voit de nouvelles têtes par ici. Et puisque la ville n’est pas particulièrement grande ni si petite, on ne sait jamais très bien si c’est simplement parce qu’on n’avait encore jamais eu la chance de croiser cette dite personne lorsqu’on la voit pour la première fois ou bien si c’est, comme présumé, un nouveau ou une nouvelle en ville. Un malheureux qui se serait retrouvé prit au piège comme nous tous. Sa mémoire en moins, ses pouvoirs en plus. Enfin, c’est ce que certain présume, d’autres croient plutôt qu’ils en étaient doté avant d’atterrir à Varakes. La triste vérité, c’est que personne n’a de réellement réponse à ces questions.

Alors c’est sans grande surprise que je te vois. De ta chevelure blonde et de ce regard qui me semble légèrement anormal. Non pas laid ou quoi que ce soit, seulement il y a quelque chose qui cloche et je n’arrive pas très bien à voir quoi. Caché dans l’ombre, je suis ta progression, une pomme à la main laquelle je mange sans grand intérêt, plutôt par manque d’autre chose à faire je dirais. Je la mâche lentement, suivant ta progression alors que tu allumes une cigarette derrière l‘autre et je secoue la tête en pensant : cette cochonnerie te tuera si autre chose ne le fait pas d’abord. Ici, les possibilités sont multiples. Tués dans une guerre de gang, dans une altercation qui te concerne ou non, soyons honnête… Ou encore tué par ces créatures, celles dont on ne parle pas, celles dont on ne connait ni le nom ni l’apparence exacte. Tu me tournes maintenant le dos et je confirme sans grand surprise que tu n’appartiens pas aux Cobras, n’en porte tout du moins pas l’emblème dans ton dos. J’aiguise ma vision, me concentre sur tes mains et n’y voit pas non plus une bague quelconque. Un léger soupir de soulagement m’échappe malgré moi –pas un lion, pas un ennemi. Du reste, je me foutrais bien de savoir que tu es un de ces maniaques de la church of second chance ou simplement un pauvre gars errant par là. D’ailleurs, j’étais à deux doigts de me désintéresser de ton cas jusqu’à ce que je te vois t’appuyer contre ce pauvre panneau de signalisation et le crocheter sans même t’en rendre compte.

Un léger rire quitte mes lèvres, tu ne contrôles pas ta force, c’est évident. Sais-tu seulement ce que tu es? Probablement pas. Je sors donc de l’ombre, plonge les mains dans mon veston –le miens bel et bien orné d’un cobra à la largueur du dos- et te suis à une distance raisonnable. D’une mouvement pratiquement imperceptible, je comprends que tu es soudainement conscient de ma présence et  je m’arrête juste à temps pour te faire face alors que tu t’es retourné, visiblement agacé. « Qu’est-ce que tu veux ? » Je croque une dernière fois dans ma pomme avant de la lancer. Un geste qui semble anodin jusqu’à ce qu’on regarde où elle est atterri et les ravages qu’elle a causé. Une démonstration de force volontaire, un acte de support en quelque sorte de ma part. « T’es pas le seul à être… aussi fort. » réponds-je simplement en lorgnant le panneau stop du coin de l’œil.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mer 21 Juin - 5:39

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Le son significatif de dents qui s’écrasent dans la pomme aurait le don de t’agacer en une seconde si tu n’étais déjà pas méfiant au point de scruter l’individu de tes sourcils légèrement froncés. Tu es dans l’expectative, attendant réponse à ta question, toi qui ignore la force que tu as mis contre ce pauvre poteau de signalisation qui ne t’avait pourtant rien demandé. Oui, tu ignores ce que tu es, il y a pourtant bien des signes mais c’est comme si tu les refusais en bloc, vulgaire mouche aveuglée par l’envie irrépressible de connaître qui tu étais avant le trou noir. Ne le quittant pas des yeux, la fumée de ta cigarette continue de fureter dans l’air ambiant entre vous deux. Air que tu sens un brin tendu, probablement à cause de ta propre personne étant donné que tu n’es pas spécialement réceptif à ce genre de chose qui s’appelle : suivre quelqu’un. Si tu es méfiant, tu ne te sens pour autant pas spécialement menacé. Certes, il y a des façons plus cordiales d’entamer une discussion mais tu n’es pas connu pour ta finesse ou encore pour prendre des pincettes. Sans doute un peu trop brut de décoffrage, plus que tu ne le voudrais, car en réalité tu n’es pas forcément un mauvais bougre malgré ton allure parfois bien trop bourrue. Tu le fixes, il te fixe, jeu de regard qui parait se jouer entre vous alors que vous ne vous connaissez pas. Si tu ignores ce que tu es, tu ignores aussi la présence de certains gangs, pas dans le coin depuis assez longtemps pour véritablement en comprendre les enjeux ni les aspirations. La seule chose que tu sais, c’est qu’il se trouve une putain d’église dans ton quartier de résidence et qu’à priori, certains sont plus fanatiques que fanatiques à ce sujet. C’est tout.

La pomme vole, geste anodin, jusqu’à ce qu’elle ne vienne s’écraser avec violence contre l’une des poubelles à quelques mètres, renfonçant cette dernière comme si elle était faite de plastique mou. Fronçant davantage les sourcils, tu crispes la mâchoire, incertain qu’il s’agisse d’un élément normal étant donné l’aspect métallique que revêtait pourtant la fameuse poubelle à tes yeux. La voix de Shadow résonne dans le silence ambiant, tes prunelles bicolores passant de la poubelle à sa silhouette d’un air perplexe et soupçonneux, jusqu’à ce que tu ne suives son regard et que tu constates l’aspect tordu du panneau de signalisation contre lequel tu t’appuyais quelques minutes plus tôt. Sans être sûr de comprendre, tu demeures silencieux, ton esprit tournant à mille à l’heure afin d’en comprendre le lien entre les deux. Qu’est-ce qu’il essaie de te dire au juste ? Qu’en plus d’une amnésie notoire tu as un pouvoir digne d’un super héros ? C’est quoi cette blague ? Plusieurs fois de suite, tu jongles entre les différents points de vue, lèvres subitement entrouvertes sous l’incompréhension la plus totale. Tu étais certains que le panneau était parfaitement droit à ton arrivée, c’est évident, mais si tu as fait ça ? Rien n’est moins sûr.

« Et… Qu’est-ce que tu essaies de me dire au juste… ? » que tu lâches à son attention, les traits déformés par un point d’interrogation qui te passe au travers de la gueule tant tu ne mesures pas les effets de cette révélation soudaine. « T’es en train de me dire que tu as mangé trop d’épinards quand t’étais petit ? ». Clin d’œil ironique sur des références vieilles comme le monde et que tu ne pensais même pas connaître. Doublement ironique qui plus est puisque vous êtes tous dépourvus de vos souvenirs les plus proches, alors ne parlons même pas de souvenirs d’enfance… C’est totalement surfait et irréaliste d’espérer avoir n’importe quel flash à ce sujet. Tirant une dernière fois sur ta cigarette, tu laisses la fumée s’échapper de tes lippes et viens écraser le mégot par terre sous ta chaussure pour mieux être en mesure de croiser tes bras contre ta poitrine. Tu n’as pas vu l’insigne des cobras dans son dos, et quand bien même ce serait le cas tu ne t’en formaliserais pas. Tu n’es pas de ceux facilement apeurés. « Sérieusement, je ne sais pas ce que tu insinues mais… ». Mais quoi Wade ? « Se retrouver dans une ville où tout le monde a tout oublié sur tout le monde et lui-même est déjà bien assez énorme alors… Quoi ? ». Qu’est-ce que tu viens faire là-dedans ? Les faits sont là, indéniables et reconnaissables, mais puisque Shadow a décidé de faire son énigmatique, tu es sagement décidé à attendre la réponse. Une quelconque confirmation de sa bouche sur le fait que vous seriez visiblement de potentiels superman libérés en ville. Décidément… Ces journées deviennent de plus en plus perturbantes.      

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mer 21 Juin - 10:46

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Je sais sans avoir à regarder que ma pomme a fait une belle marque dans cette poubelle avant d’éclater complètement, envoyant des morceaux de pomme ainsi que du jus un peu partout. Je n’en ai que faire, c’est un fruit, c’est biodégradable. Et puis, tout ça, c’était simplement pour marquer un point, te faire comprendre.  Malheureusement, le geste n’est pas suffisant. Soit tu es dur de comprenure, ou bien tu fais exprès de refuser de voir la vérité. Quoi qu’il en soit, tu es toujours aussi perplexe, ça se voit sur chaque trait parfait de ton visage alors que tu me dévisage, cette énorme ride en plein milieu du front. Ton regard a pourtant suivit le miens jusqu’à la poubelle puis, vers ta propre œuvre, jusqu’au panneau de signalisation. Pourtant, ton visage demeure passif aux faits.

« Et… Qu’est-ce que tu essaies de me dire au juste… ? » Je plisse légèrement les yeux, t’observe, prend mentalement des notes sur ton attitude, tes gestes aussi imperceptibles puissent-ils être. Puis, j’hausse un sourcil, amusé. « T’es en train de me dire que tu as mangé trop d’épinards quand t’étais petit ? » Cette fois je fronce les sourcils, je n’suis pas certain de comprendre la référence même si une vague impression de déjà-vu –ou plutôt entendu- me parvient. Qu’importe, j’attends encore un peu avant de te répondre, te donnant la chance d’emmètre une hypothèse avant de t’expliquer, de t’avouer la vérité sur ce que nous sommes. Tu jettes enfin ta cigarette et croise les bras sur ton torse, cette ride sur ton front plus creuse que jamais. Quoi? Rien? Pas même une toute petite idée? « Sérieusement, je ne sais pas ce que tu insinues mais… » mais? Allez beau blond, j’suis sûr que tu peux faire mieux que ça. T’as pas l’air complètement idiot non plus… Ou alors j’me trompe et mes instincts ne sont plus ce qu’ils étaient. « Se retrouver dans une ville où tout le monde a tout oublié sur tout le monde et lui-même est déjà bien assez énorme alors… Quoi ? » Je n’peux pas exactement argumenter avec ce fait. À mon réveil, j’ai mis un moment à comprendre. À me remettre de mes émotions aussi. Mais me voilà, après environ six mois dans cet enfer, plus ou moins à l’aise avec ce que je sais et ce que je ne sais pas, tentant d’équilibrer les deux aussi fragile cet équilibre puisse-t-il être.

Je soupire doucement. « Ces capacités physique que tu as, j’ai les mêmes. Et nous ne sommes pas les seuls… tout le monde ici a un je-ne-sais-quoi. » Je te regarde un moment, prend le temps de te laisser digérer l’information. Comme tu sembles n’être au courant d’absolument rien, j’ai l’impression que je dois partir d’assez loin dans ton… éducation. Qui aurait cru que je serais un jour professeur? Je mimique tes gestes et croise les bras à mon tour. « Tu n’es pas seulement fort mec, t’as aussi la capacité de renforcer ton anatomie, déplacer tes organes de quelques centimètre, d’accroître ta vision et j’en passe. » J’inspire un coup, décroise les bras et saute sur place. Un saut normal, rien d’impressionnant. Puis, je concentre mon énergie dans les muscles de mes jambes qui me permette de me propulser et, tel un kangourou, je saute à nouveau, cette fois à quelques mètres du sol –le tout, sans effort visible. Je me réceptionne en pliant les genoux et me redresse lentement en te fixant. « Moi c’est Shadow en passant. » Je te tends la main, attend de voir si tu partiras en courant ou si tu me rendras cette poignée de main.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mer 21 Juin - 12:54

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Les faits sont là, immuables, d’une putain d’évidence effarante et pourtant ton esprit rationnel veut réfuter son existence. Tu ne le quittes pas des yeux, celui qui te fait face, sagement emmitouflé dans sa veste où se cache une effigie que tu as sûrement d’ores et déjà aperçu sans en avoir relevé les véritables traits. Ce n’est pourtant pas faute d’être un semblant d’artiste à tes heures perdues. Bras croisés, tu n’as pas senti ta force, pour toi, ta main était juste venue se poser contre le poteau de signalisation afin de prendre appui, rien d’autre. Le fait qu’il se retrouve subitement tordu est quelque chose que tu ne comprends pas. Ou refuse de comprendre. Pour quelle raison au juste ? Tu n’es pas du genre à être facilement effrayé, pourquoi diable alors ne pas être à même de voir les signes qui sont juste sous tes yeux. En silence, tu attends une nouvelle fois qu’il daigne te répondre, ce qui ne traîne pas, au moins, il est du genre dynamique, même si les paroles qui s’échappent de ses lippes ont le don de te laisser un peu plus perplexe, ou pour ainsi dire sur le cul. En plus d’être amnésiques, vous avez des capacités particulières qui vous rendent plus ou moins uniques ? Ou du moins peuvent vous rassembler dans un même groupe. Il n’est pas sérieux, si ? A en juger par la suite de sa réponse, si, il est véritablement sérieux et les informations qu’il te donne sont sans équivoque les plus surprenantes que tu entends en cet instant. Ce sont bientôt tes sourcils qui se haussent dans une expression de surprise, lèvres entrouvertes à mesure que tu emmagasines tout ce qu’il te dit. Immobile, tu l’observes se mettre à sauter sur place, en soi rien d’impressionnant, tout ce qu’il y a de plus normal, mais la suite te cloue littéralement sur place. En moins de temps qu’il ne te faut pour respirer, il saute à nouveau mais cette fois-ci à une distance qui dépasse l’entendement pour un vulgaire humain. Dans la manœuvre de tes prunelles qui suivent son mouvement, tes bras retombent le long de ton corps et ce n’est plus sourcils froncés que tu le regardes mais bel et bien avec ce qu’on pourrait qualifier d’admiration suite à un choc violent en pleine gueule.

Moi c’est Shadow en passant.

Incrédule, tu refermes la bouche et viens serrer sa main. Tu es poli, tu as toujours été poli, du moins depuis ton réveil. Ou presque. Venant te mordre la lèvre inférieure, tu récupères ta main et sembles réfléchir. Tu emmagasines encore.

« C’est… » que tu commences dans un souffle avant de hausser une nouvelle fois les sourcils. « Wow. ». Oui, c’est là tout ce que tu parviens à dire pour le coup baissant les yeux sur ces mêmes jambes qui ont permis à Shadow de se propulser sans qu’il n’y ait strictement aucune échasse ou aucun ressort, rien, absolument rien, si ce ne sont ses pieds. Reposant tes yeux vairons sur lui, tu l’observes et te reconnecte avec la réalité. « Wade. » que tu te présentes enfin. « Comment t’as su que tu étais capable de faire… Ca ? ». C’est là toute la question, idiote sans doute même, mais… « Je veux dire, est-ce que quelqu’un est venu aussi te l’annoncer au coin d’une ruelle ? ». Tu ironises, un sourire s’esquissant au coin de tes lèvres, prouvant par la même occasion que non, tu n’es pas qu’un bourrin froid d’extérieur, tu sais sourire. Dans les références télévisées, si tu étais lancé tu pourrais lui demander ouvertement si, de ce fait, ça ne fait pas de lui ton maître Yoda, mais tu n’en fais rien, bien trop obnubilé par ce que tu viens de voir, cherchant toujours le truc ou la caméra cachée, jusqu’à ce que ton cerveau ne commence à imprimer l’impensable. C’est bel et bien réel. « Tu disais que nous ne sommes pas les seuls à être capables de faire ça, mais les autres ils font quoi ? ». Autant poser la question après tout, maintenant que vous êtes lancés.

Toutefois, tu commences à voir les choses autrement, venant comme débloquer un verrou qui empêchait tes neurones de piger le concept, d’accepter la nouvelle réalité qui est la tienne. Tu vois les choses différemment, ce pouvoir sur ton corps que tu peux avoir, tu en notes les frétillements dans ton for intérieur et ça te perturbe, autant que ça te grise. Si bien que c’est définitivement un sourire plus large qui apparaît sur tes traits. « Bordel de merde. Tu accepterais de me montrer ce qu’on peut faire d’autre ? ». Pour sûr tu comptes bien t’y tester, et non, clairement, tu n’es pas prêt de prendre la fuite. Ta vie vient subitement de trouver un nouveau souffle.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mer 21 Juin - 17:26

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tes bras sont retombés le long de ton corps et ta bouche est entre-ouverte. C’est la première fois que je fais une démonstration de mes pouvoirs comme je viens de le faire. Certes, plusieurs m’ont vu à l’œuvre, mais jamais auparavant n’ai-je eu à m’improviser professeur de quoi que ce soit. Pourtant, j’ai l’impression que je ne suis pas au bout de mes peines. Une fois que la surprise passe un peu, tu sembles reprendre tes esprits et attrape ma main que tu serres à ton tour. J’esquisse l’ombre d’un sourire alors que tu lâches, étonné : « C’est… Wow. » Cette fois, je suis carrément amusé. Je lâche un petit rire et regarde rapidement au sol avant de relever la tête et de plonger mon regard dans le tiens. De si près, je comprends enfin ce qui semblait clocher avec ce dernier : un de tes iris est à moitié brun alors que tout le reste est bleu. C’est impressionnant ça aussi et je ne peux m’empêcher de penser que ça te rend unique en ton genre, mystérieux et sexy à la fois. M’enfin, on n’est pas là pour ça. « Wade. » te présentes-tu enfin, me sortant de mes rêveries.

« Comment t’as su que tu étais capable de faire… Ça ? » J’y songe un peu, repensant à mes débuts ici, à mes premières fois dehors après mon réveil à l’hôpital. « Je veux dire, est-ce que quelqu’un est venu aussi te l’annoncer au coin d’une ruelle ? » Je ris de bon cœur cette fois, secouant négativement la tête. Tu ne le sais peut-être pas, mais tu es l’une des rares personnes à m’avoir vu d’aussi bonne humeur depuis longtemps. Tu me fais sourire Wade et ce n’est pas rien. « Non, aucun cours louche dans une ruelle quelconque pour moi, j’ai appris tout seul. » Je passe une main sur ma nuque, songeur. « En réalité, j’ai fait des tests pour connaitre mes limites, mais j’ai surtout compris lorsque j’ai sauté d’un toit à un autre la première fois. » Et je m’en souviens comme si c’était hier. Ces immeubles étaient bien trop éloignés pour risquer une telle manœuvre. J’aurais pu y perdre la vie, c’était un pari dangereux c’est le moins qu’on puisse dire. « Tu disais que nous ne sommes pas les seuls à être capables de faire ça, mais les autres ils font quoi ? » Tes questions pleuvent maintenant que je t’ai donné un avant-goût de la suite et ça me fais sourire, ça aussi. C’est bon de voir quelqu’un d’aussi enthousiaste plutôt que mal à l’aise ou carrément frustré d’être comme une bête de cirque alors qu’en vérité, on l’est tous un peu ici. « Nous sommes les seuls avec des pouvoirs aussi physique, on nous nommes les Dauthus. Quant aux autres, ça relève plutôt du mental. Les mentalistes justement peuvent lire dans les pensées grâce à une concentration très intense ainsi qu’en touchant les autres. Les illusionnistes nous font voir ce qu’ils veulent et les Eludere présente les choses, ont des sensations de déjà vu, des avertissements invisibles, ce genre de chose. »

Je soutiens ton regard, espérant ne pas t’avoir bombardé avec trop d’information d’un seul coup. Malgré tout, il me semble important que tu apprennes tout ça assez rapidement pour ne pas le découvrir à tes dépends comme plusieurs le font en tombant face à face avec un illusionniste qui s’amuse à vous faire croire qu’une myriade d’araignées vous grimpe dessus par exemple. Un nouveau sourire, plus large que jamais, prend place sur tes lèvres et j’en déduis que tu n’es toujours pas prêt à fuir. « Bordel de merde. Tu accepterais de me montrer ce qu’on peut faire d’autre ? » Cette fois, c’est à mon tour d’être surprise. Je croise les bras en haussant un sourcil. J’humecte mes lèvres, hoche la tête quelques fois comme songeur et termine finalement. « Ouais, parfait. Pourquoi pas. » Je regarde autour comme si je cherchais quelque chose en particulier. « Là tout d’suite ou bien..? » En réalité, c’est pas comme si j’avais mieux à faire, mais peut-être te rendais-tu quelque part avant que je ne te suive comme ça.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 22 Juin - 14:15

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Bien trop renfrogné depuis ton réveil, tu ne sembles pas perturbé plus que cela par la révélation qu’il vient de te faire. Au contraire, c’est presque finalement comme un nouveau souffle qui vient t’enrouler d’une certaine chaleur. Toi qui reniais, voilà que tu acceptais enfin l’idée potentielle d’avoir réellement une différence qui t’est propre. Qui vous est propre. Reposant tes prunelles dans celles de Shadow qui se présente et se permet un léger rire, tu ne peux que laisser ton sourire en coin s’élargir un tantinet, à mesure que tu commences à faire des références douteuses tout en demeurant sérieux vis-à-vis de tes questions. C’est que tu es loin d’être au bout de tes surprises ou même de tes peines. Les regards qui s’éternisent sur ta personne, tu ne les juges pas, quand bien même tu penses deviner de quoi il s’agit à chaque fois. Tu as un regard atypique, toi-même l’a longtemps observé dans le miroir en te demandant si cela signifiait une quelconque anomalie génétique, ou autre chose du genre. Oui, à ton réveil tu t’es définitivement posé trop de questions en plus de ne pas te réveiller doucement. A dire vrai, tu ne t’es jamais réveillé une seule fois de manière simple, quasiment toujours en sursaut, parfois même jusqu’à en tomber du lit et te sentir bien con. Une autre question t’échappe sans que tu ne puisses foncièrement le contrôler et ça semble sortir ton vis-à-vis de se rêverie passagère sur ce que tu supposes être tes yeux. Venant glisser tes mains dans les poches de ton jean, il rit aux éclats, amusé par ta remarque et l’on ne peut pas nier que tu es ravi intérieurement d’avoir réussi à détendre l’atmosphère si tendue du début. Tendue uniquement de ton fait, d’ailleurs. Tu ignores qu’il n’est pas du genre à sourire ou même rire facilement, tu es pour ainsi dire loin de le soupçonner et tes pensées sont loin d’y être focalisées.

A la mention du toit, tu ne peux qu’écarquiller les yeux une nouvelle fois, en te disant qu’il a pris un sacré risque, il aurait clairement pu se tuer si ses limites avaient été atteintes pendant le saut. « Une chance que tu ne te sois pas raté. » que tu lâches de but en blanc sur un ton bien plus léger que précédemment, et probablement usant d’un poil de sous-entendu. Ca aurait été clairement dommage d’abîmer une si jolie gueule, que tu penses sans doute un peu trop fort avant de hausser les épaules et de continuer sur ta lancée de questions importantes. Dauthus, un nom qui te parait bien étrange mais soit, apparemment tu rejoignais de par tes capacités physiques une sorte de gang au nom étrange. Intéressant. Concentré sur ses palabres, tu ne le quittes pas des yeux, soudainement bien plus immobile et sur le moment tu te mets à te demander quel pouvait être le pouvoir de ceux que tu avais croisé jusqu’ici. Nul doute que la curiosité et l’interrogation allaient te trotter dans la tête un bon moment. A chaque nouvelle rencontre d’ailleurs. La surprise passée, tu digères toutes les informations et hoches d’un signe de tête, prouvant qu’il ne t’a pas perdu en cours de chemin. En réalité, tu prends conscience de toutes les informations récupérées, les premières qui ont un véritable sens depuis que tu erres dans les rues de la ville. Au moins des réponses à tes questions. Dieu ce que ça peut te soulager, en fin de compte. Autant que t’intriguer. Perdu dans tes pensées personnelles, ton sourire vient à nouveau s’élargir, jusqu’au maximum possible face à tout cela, et l’adrénaline pourrait presque se mettre à s’insuffler d’avance au creux de tes veines. Te vient alors l’idée saugrenue de vouloir en voir plus et les mots s’évadent de tes lippes avant que tu n’aies eu le temps de respirer.

Shadow regarde autour de lui, cherchant ce je ne sais quoi dont tu ignores la teneur, juste avant de reposer son attention sur toi. Tu as du temps avant de te rendre au boulot alors… Autant en profiter pour découvrir tes limites ? Te rapprochant d’un pas, tu hausses à nouveau les épaules. « Je commence mon job dans trois heures, je ne faisais que me balader. Autant dire que j’ai du temps à tuer. ». Un nouveau sourire en coin apparaît sur tes traits et tu glisses tes doigts dans tes cheveux blonds pour les rabattre en arrière tout en faisant claquer ta langue contre ton palais. « Alors à moins que tu doives remettre la chose à plus tard… Pourquoi pas tout de suite ? ». Un rire s’envole de tes lippes à mesure que tu te mets à reculer doucement pour filer dans une ruelle adjacente. « Qui plus est, tu as l’air d’avoir envie de me donner un cours. ». Tu recules encore, lentement mais sûrement pour finalement faire volte-face et te mettre à courir. Si vraiment tu as des capacités comme les siennes, autant que tu commences à chercher comment ça marche par une petite course. Ce ne sont pas les obstacles qui manquent dans une ville.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Ven 23 Juin - 9:35

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


« Une chance que tu ne te sois pas raté. » Cette simple réponse est pleine de sous-entendu et j’en prend note pour plus tard. C’est pas comme si j’allais te faire du rentre-dedans après quelques minutes de rencontre, mais rien ne nous empêcherait de terminer notre rencontre sur une note, disons, plus intéressante qu’un simple au revoir. Je continus donc mes explications, t’instruisant du mieux que je le peux sur Varakes et ses habitants. Je passe directement au plus important, même s’il m’en resterait tant à t’apprendre encore. Qu’importe, si tout va bien, aujourd’hui ne sera pas la dernière fois que nous nous voyons et je pourrais continuer de t’apprendre tout ce que je sais… peut-être même te rallier à notre cause. Ce serait dommage de te voir dans les rangs des Lions, mais vu ta personnalité jusqu’à maintenant, je ne crois pas que tu serais un très bon match pour eux. Quoi qu’il en soit, je t’aurai à l’œil, juste au cas.

Tu me demandes finalement si j’ai envie de te montrer de quoi je –enfin, nous- sommes capable. Je n’y vois pas réellement d’inconvénient, mais ne veut rien t’imposer non plus. « Je commence mon job dans trois heures, je ne faisais que me balader. Autant dire que j’ai du temps à tuer. » J’hoche la tête à nouveau, content d’apprendre qu’on a quelques heures devant nous. Vu l’heure qu’il est déjà, j’en déduis que t’as un boulot de nuit et les possibilités sont donc assez réduite. M’enfin, je pourrai toujours demander plus tard, là, c’est pas notre sujet de conversation principal. Ta main glisse dans tes cheveux et je regarde leur reflet soyeux dans la lumière faible du lampadaire qui nous éclaire avant de reporter mon attention sur ton regard si particulier. « Alors à moins que tu doives remettre la chose à plus tard… Pourquoi pas tout de suite ? » « Parfait alors… tu t’en sens capable? » à peine eus-je terminé ma question que je te vois qui recule, un sourire sur les lèvres. Qu’est-ce que tu crois que tu fais là, mh? « Qui plus est, tu as l’air d’avoir envie de me donner un cours. » J’hausse un sourcil, geste qui me semble presque être devenu une habitude en ta présence alors que tu te mets à courir, détalant comme un lapin finalement libéré de sa cage dans un énorme champ. Or, ces ruelles sombres n’ont rien d’un champ et toi, mon cher Wade, n’a rien à voir avec un charmant petit lapin.

Je me propulse à ta suite, connaissant déjà bien des trucs pour courir plus vite, et te rattrape en un rien de temps. Il y a longtemps que je ne m’étais pas amusé comme ça, c’est bon de lâcher mon fou un peu. « Tu crois que tu peux me suivre? » Je te lance un regard par-dessus mon épaule juste avant de te dépasser et d’attraper une échelle de secours pour la faire tomber. Je n’attends même pas qu’elle soit au sol avant de m’y accrocher et d’y monter, enjambant déjà les marches à une vitesse impressionnante pour rejoindre le toit de l’immeuble. Tout n’est pas que dans la course, je te l’ai dit. Si tu veux réellement tester tes limites, il te faudra apprendre à sauter, courir, esquiver, voir au-delà et tout un tas d’autres choses.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Sam 24 Juin - 5:56

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Parfait alors, tu t’en sens capable ?

Tu ne te débarrasses plus de ton sourire, commençant sournoisement à reculer vers une autre ruelle. Tu sais pertinemment qu’il te voie faire et tu ne t’en caches pas. Tu n’es néanmoins pas fou au point de penser que tu arriveras à le dépasser, loin de là, tu sais déjà que tu vas plutôt te prendre une raclée que l’inverse, mais soit, tu relèves le défi, car tu as envie de jouer. Dans trois heures, tu te devrais d’être stoïque et immobile, véritable armoire à glace pour dissuader quelconque joueur de tenter la plus odieuse des tricheries ou d’oser s’énerver après les croupiers car il aura perdu tout son argent du soir et consommé trop de cocktails. Alors tu en profites, du simple fait de pouvoir sourire et souffler un peu, car bien que les nouvelles fussent surprenantes, il n’en demeure pas moins que c’est comme un nouveau souffle qui vient ragaillardir ton corps et ton esprit. Tu serais soit disant capable de faire bien des choses et il te tarde de découvrir si Shadow dit vrai.

Il ne t’en faut pas plus, pour faire volte-face et te mettre à courir. Tu fonces dans la ruelle annexe et cavale tout droit vers une grille quand il rejoint ton niveau sans la moindre difficulté apparente. Loin de t’arrêter, tu tournes la tête sur le côté à ses paroles et lui offre un regard qui veut tout dire, si quelconque défi il y a, tu comptes bien le relever. « Je te suis. » que tu lâches alors en le voyant accélérer et attraper une échelle de secours, t’obligeant presque à piler net pour ne pas le dépasser à ton tour. A peine commence-t-il à grimper que son ascension est déjà bien entamée et tu l’observes lèvres entrouvertes en arrivant à la hauteur de l’échelle. Profitant de l’élan de ta course, tes mains se saisissent des barres métalliques au vol et tu te mets à ton tour à gravir les marches. Tu ne vas pas aussi vite que lui, c’est indéniable et ton cerveau tente de trouver l’explication logique, sauf que peut-être… Le but est de ne pas réfléchir ? Forçant sur tes muscles et pour grimper de manière plus efficace, tu prends appui sur tes pieds pour sauter plusieurs marches d’affilées. Tu cherches à ressentir quel mouvement serait le plus efficace et approprié à la manœuvre mais tu ne maîtrises clairement pas bien cette capacité qui est la vôtre, si bien que lorsque tu parviens enfin sur le toit, Shadow s’y trouve déjà depuis plusieurs longues secondes. Toutefois loin d’être mort essoufflé, tu le rejoins sans plus tarder, conscient alors que l’apprentissage allait être sûrement plus compliqué que prévu, et ce n’est pourtant pas faute d’être sportif. Arrivant à sa hauteur, tu lui jettes un regard en pointant ton index dans sa direction, sourire au coin des lèvres.

« Ok, il est clair que tu es bien plus entraîné. ». Tu prends une inspiration pour calmer davantage ton souffle. « Je suppose que la prochaine étape ce sont les toits ? ». Il avait mentionné que pour tester ses limites il avait sauté d’un toit à l’autre en prenant le risque de potentiellement s’échouer et mourir au passage. Si cela ne t’effraie pas et que tu es prêt à te faire confiance, ce n’est toutefois pas chose évidente lorsque l’on essaie de comprendre le fameux fonctionnement de cette capacité. « Comment est-ce que tu sais que ton corps est prêt à faire ce que tu lui demandes au juste ? ». Sans doute cherches-tu le rationnel à ce qui doit être subjectif, ressenti et non anticipé. Se faire confiance. Peut-être est-ce là tout le fond de ton problème : tu penses te faire confiance alors qu’il n’en est rien, du moins pas encore.

Tes pas te mènent doucement jusqu’aux abords du toit de l’immeuble et tu observes en contrebas. Ca n’a pas été une petite ascension, loin de là, et en définitive tu as tout de même gravi les marches avec une certaine rapidité bien plus accrue que pour le commun des mortels. Bien sûr, Shadow te surpasse de loin et tu n’essaierais même pas de prétendre le contraire, mais le fait est que tu ne t’es pas aperçu du semblant d’exploit que tu as fait. Encore une fois. Tu as encore beaucoup de choses à assimiler, une chance pour toi, vraiment, qu’il se soit mis à te suivre comme une ombre. Tu te retournes à nouveau vers lui et ton regard glisse enfin sur le symbole dans son dos. Fronçant légèrement les sourcils, tu t’accoudes au bord du toit. « Joli serpent. ».

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Lun 26 Juin - 11:16

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


« Je te suis. » Et tu ne mentais pas. Bien que moins rapide que moi, je sens ton poids qui monte dans l’escalier derrière moi, enchainant les marches à un rythme plus rapide que la normale. Lorsque j’atteins enfin le toit, je cesse de courir et attend que tu me rejoignes, les bras croisés et un air amusé poussant un léger sourire sur mes lèvres presque toujours impassibles. Qu’est-ce que tu me fais Wade? Tu arrives enfin sur le toit et je te regarde toujours, analysant la posture de ton corps, tentant de voir si tes muscles sont tous bien à leur place et en leur taille respective ou non. Difficile à dire puisque tes vêtements couvrent pratiquement chaque parcelle de peau, mais je dirais qu’il y a tout de même eu un léger changement au niveau de tes jambes. Changement inconscient, j’en suis certain.

« Ok, il est clair que tu es bien plus entraîné. » Je lâche un rire bref, mais sincère. « Donne toi une chance mec, tu viens à peine de commencer. » Je fais quelques pas sur le toit, regarde autour de nous, cet endroit sera parfait pour l’entrainement. Tranquille, loin des regards indiscrets et des distractions non désirées. « Je suppose que la prochaine étape ce sont les toits ? » Je me retourne vers toi et pèse le pour et le contre. Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de te faire sauter maintenant. C’est beaucoup trop risqué et, bien que je sois prêt à tuer pour la cause des Cobras, je ne compte pas tuer un innocent lors d’une pratique de Dauthus. Je secoue donc négativement la tête, répondant par le fait même : « Non, pas ce soir. » Je penche légèrement la tête sur le côté, t’observant comme un animal intrigué. Aurais-tu sauté si je te l’avais demandé? J’ai l’impression que oui. Non pas par confiance en toi, mais par orgueil peut-être. « Comment est-ce que tu sais que ton corps est prêt à faire ce que tu lui demandes au juste ? » Ah! Ça, c’est une très bonne question. « Il faut savoir l’écouter… D’abord, tu dois avoir foi en tes habilités. Puis, avoir confiance en tes capacités. Finalement, il faut que ton corps et toi soyez en harmonie… » Je ne termine pas complètement ma phrase, te regardant plutôt marcher jusqu’à la lisière du toit.

Je te regarde un instant avant de me retourner, de faire quelques pas à mon tour. « Joli serpent. » Je fais volte-face et hésite un moment avant de me souvenir que j’ai l’emblème des Cobras dans le dos, une marque permanente de mon allégeance. Tant et aussi longtemps que je porterais ce veston, il me sera impossible de le cacher et ce n’est pas non plus mon intention. « Merci. Si tu voulais, tu pourrais en porter un pareil. » Je ne te donne pas d’avantage de détail, marche plutôt jusqu’à toi pour continuer ma leçon. « Alors, comme je disais, il te faut être en harmonie avec ton corps, écouter ses moindres signaux et faire en sorte qu’il se plie à ta volonté… assez littéralement. » J’attrape tes poignets et les serre comme si mes mains étaient une paire de menottes. « Imagine, par exemple, que tu sois attaché. Tu pourrais facilement t’en sortir en disloquant ta main afin de glisser en dehors de l’anneau autour de ton poignet. » Je lève les yeux vers toi et constate notre proximité, ne bougeant toutefois pas pour m’éloigner, soutenant ton regard.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 29 Juin - 4:47

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu arrives en haut le cœur battant et l’adrénaline pompant sauvagement dans tes veines. Tu ne te rends pas compte de ce que tu as fait, tout ce que toi tu vois, c’est la rapidité avec laquelle Shadow a été en mesure de dévaler ces marches. Tu n’as pas conscience de l’anormalité de ta course effrénée. Le dévisageant une fois sur le toit, tu ne peux t’empêcher de sourire franchement en lui faisant remarquer qu’il est bien plus entraîné que tu ne l’es. Tu l’admets, il est plutôt impressionnant, mais loin de t’effrayer ça te donne plutôt envie de remplir le challenge. Il rit et tu le regardes en reprenant ton souffle tandis que ton sourire s’élargit à ses paroles. Certes, tu viens clairement de commencer, il n’a pas tort et tes prunelles se posent sur les environs, sur l’instant tu te demandes s’il n’est pas déjà en train de vouloir passer au niveau supérieur et loin de t’inquiéter tu ne cesses néanmoins de te poser quelques questions. Lors de votre ascension tu n’as pas eu l’impression d’avoir changé quoi que ce soit au sein de ton corps pour améliorer ta performance. Tu as cherché comment faire sans y parvenir, du moins c’est ce que tu crois. Tu ne te fais pas encore confiance, tu tâtonnes bien plus que tu n’écoutes véritablement chaque muscle et parcelle de ton corps. Tes capacités sont immenses et tu es loin de tout connaître, de tout savoir. A n’en pas douter toutefois, cette petite virée nocturne avec le jeune homme qui te fait face est un véritable amusement, et tu ne penses à rien d’autre qu’aux battements de ton cœur qui font vriller tes tempes sous l’effort physique.

Il signe à la négative lorsque tu oses demander si l’étape suivante est le fameux saut de l’ange et te diriges doucement jusqu’aux abords du toi, entamant sur une toute autre interrogation de ta part. Tu ignores comment faire pour savoir quand ton corps essaie de te dire quelque chose. Tu ressens les éléments avec plus de force qu’un humain lambda mais à l’intérieur tu ne sembles déceler aucune réelle différence. Ta question est donc somme toute très juste et la réponse de Shadow vole quasi aussitôt. Avoir foi en ses habilités et avoir confiance en ses capacités, tel serait le secret. Penchant la tête sur le côté, tes paumes viennent se poser sur le bord du toit tandis que tu te penches un peu plus pour voir en contrebas. Il faut que ton corps et toi soyez en harmonie… Tu attends la suite et te retournes vers lui au moment où il t’offre la vue de son dos et du fameux emblème des cobras dont tu ignores également tout. Nul doute que l’emblème est plutôt intriguant et soigné, c’est l’artiste en toi qui parle à cet instant lorsque tu fais ce commentaire et que tu t’accoudes négligemment contre le bord, le scrutant de tes yeux vairons. Tu pourrais en porter un pareil. Un sourire nait à la commissure de tes lèvres et tu hoches d’un signe de tête, repensant à une conversation que tu avais eu avec Ulli concernant les potentielles appartenances à un groupe, mais à ce moment-là vous faisiez plutôt référence aux ailes d’anges se trouvant dans vos dos respectifs, quand bien même les tatouages soient différents. « Ah oui ? » que tu interroges alors en l’observant s’avancer jusqu’à toi, reprenant là où il s’était arrêté pour une raison dont tu ignores la teneur, n’ayant pas remarqué son regard coulissant sur ta personne.

Soudainement silencieux, tu écoutes attentivement ce qu’il a à te dire, car tu sais que tu vas apprendre beaucoup. Pour la première fois depuis ton arrivée en ville tu sembles enfin parvenir à trouver des réponses et ça attise toute ta curiosité. Ecouter les signes, ça parait si évident dit de cette manière mais indéniablement compliqué sur l’instant. Supposé maître de ton corps, voilà ce que tu dois être pour être en mesure de faire presque tout ce que tu veux. Tu tentes de mettre la chose en pratique, vidant ton esprit mais Shadow vient entraver tes poignets de ses mains et tu baisses les yeux sur ces derniers sans pour autant te redresser, toujours accoudé. Disloquer ta main pour te libérer, capacité intéressante. Le cobra relève alors son regard vers le tien et tu fais de même, posant tes billes étranges dans les siennes. Tu restes ainsi un court moment qui paraît être une éternité et tu te redresses enfin sans le quitter des yeux, poignets toujours coincés. Tu le fixes et tentes de mettre en pratique ce qu’il t’a dit. Tu fais le vide, te concentre sur l’os de tes pouces en premier et souffles doucement, prenant conscience de chaque parcelle de ton corps. Ta première tentative échoue lamentablement car rien ne se passe, mais tu réitères, prends le temps, proximité évidente entre vos corps, sans doute que ça te perturbe un peu mais tu ne lâches rien, tu es du genre têtu. C’est finalement lorsque ton corps frissonne de tout son long malgré la température tiède que tu sais que tu prends enfin conscience de la capacité qui est la tienne. Les yeux rivés dans ceux qui te font face, le premier os accepte enfin de se disloquer et tu glisses ta main gauche hors de sa prise. Tu l’as senti, le craquement muet, ça t’a fait bizarre, tellement bizarre, le trouble étant passé tel un éclat bref dans tes prunelles. Tu fais de même avec le deuxième et glisses hors de ses doigts. Alors seulement un véritable sourire revient éclaircir ton visage et tu te mords la lèvre inférieure. Bordel, qui l’aurait cru. Tu jurerais de sentir son souffle contre ta peau mais tu ne recules pas. De toute évidence, tu ne le peux pas, pratiquement coincé entre lui et le toit.  

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mar 4 Juil - 13:59

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu sembles intéressé par mon commentaire concernant ma veste, pourtant, je me garde de tout commentaire –pour l’instant. Je préfère attendre et t’expliquer les choses une à la fois. Inutile de te bourrer le crâne avec trop d’information. Tu serais comme un gosse qu’on balance sur les bancs d’école et à qui on demande d’apprendre une tonne de truc par cœur en un rien de temps. Au final, tu n’en retiendrais que très peu et les chances pour que tu oublies le plus important seraient trop grande. Or donc, je me concentre plutôt sur la tâche du moment : t’apprendre ce qu’est un Dauthus, comment être un Dauthus et ce que ça implique.

Tes poignets entre mes mains, mon regard plongé dans le tiens et cette proximité impossible à ignorer entre nous, j’attends de voir comment tu réagiras à mon commentaire. Tu ne me quittes pas non plus des yeux, te redresse plutôt et semble te concentrer sur les différentes parties de tes poignets. Je ne bronche pas, attend plutôt de sentir le frémissement de tes os sous mes doigts, la magie de ce don opérer. Un frisson te parcours de la tête aux pieds et je reconnais ce signe si distinctif qui m’est aussi arrivé lors de mes premiers efforts en tant que Dauthus. Tout mon corps qui se mettait en branle, signe subtil et pourtant si évident qu’un truc cloche, qu’on exige à notre système quelque chose dont il n’a pas l’habitude. Et c’est là que je sens ce frémissement tant attendu, ce petit craquement qui fend à peine l’air nous entourant, inaudible. Ton poignet gauche est libre et je laisse ma main désormais vide retomber le long de mon corps, la seconde toujours autour de ta main droite. Une lueur traverse ton regard, de la fierté? Peut-être de la surprise aussi. C’est une chose que de savoir qu’on peut faire quelque chose d’aussi improbable, c’en est une autre que d’en être témoin. En un rien de temps, ta seconde main s’échappe de la mienne et un large sourire étire tes lèvres. Sans même que je ne puisse l’en empêcher, mon visage réciproque le tiens, ma bouche formant une courbe vers le haut et des rides étirant le coin de mes yeux. Qui aurait cru qu’être professeur pouvait être aussi grisant?

Mon regard alterne entre le tiens et tes lèvres, notre proximité plus vraie que jamais alors que l’excitation de cette réussite monte en moi, que cette fébrilité semble s’emparer de nous deux. « Impressionnant, mh? » dis-je à mi-voix comme par peur de briser ce silence si confortablement déstabilisant qui s’est installé entre nous. Peux-tu sentir l’électricité dans l’air Wade ou bien c’est seulement moi? Loin de moi l’idée d’assumer que qui que ce soit pourrait être attiré par ma personne, encore moins un autre homme quand ce genre de chose semble si tabou dans la société –même ici à Varakes-, mais il me semble qu’il y a quelque chose, là, tout au fond de ton regard….

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mar 4 Juil - 15:32

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu ne te serais jamais cru capable d’une telle chose, raison pour laquelle un large sourire vient étirer tes traits au moment où tu te libères de son emprise de la plus drôle des manières qui soit. Il n’a suffi que d’un craquement pour que tout change, et le frisson qui t’a parcouru de haut en bas en était le signe distinctif, bien au-delà de la tension qui règne clairement entre vous deux à ce moment-là, en fonction de l’expectative de ta réussite. Forcément, quand ça a enfin été le cas, ça ne l’a fait que davantage sourire, son sourire faisant écho au tien qui ne te quitte plus tellement il est enivrant de se savoir capable de se libérer de cette façon. Et même capable de bien autre chose. Shadow ne le sait peut-être pas sur l’instant mais il t’offre de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives. Il te permet de te focaliser sur autre chose que les trous qui ornent ta mémoire défaillante et quasi inexistante si ce n’est pour les réflexes purement humains. Réflexes suffisants pour savoir que tôt ou tard, tu ferais bien du jeune homme en face de toi ton quatre heure, ou plutôt ton vingt-deux heures dans le cas présent, étant donné l’heure déjà tardive de la nuit, cependant encore éloignée de l’heure fatidique où tu devras prendre ton poste au casino. Tes prunelles bicolores figées dans les siennes tu ne bouges pas d’un millimètre, de toute manière tu n’en es pas en mesure. Incapable de te dépêtrer de ton sourire, tu viens te mordre la lèvre inférieure en te mettant presque à rire sous la surprise et au fond, un brin de fierté envers toi-même. Impressionnant, mh ? Tu souris de plus belle en libérant ta lèvre et penches doucement la tête sur le côté, tes doigts venant retrouver le bord du toit, comme pour t’y accrocher. « Définitivement. » que tu souffles comme si quelqu’un menaçait de vous entendre.

S’il y a bien une chose que ton amnésie n’a pas effacé c’est ta certitude vis-à-vis de ce que tu aimes, ça et le fait que tu assumes pleinement ce que tu veux. Tu n’as honte de rien et ne chercherais même pas à te gêner pour la Société. Tu fais ce que tu entends, ça ne t'empêche pas d’être un minimum respectueux et courtois, loin de là, mais tu ne t’excuseras jamais d’être toi. S’il y a un éclat au fond de tes yeux, tu ne le vois pas, n’en as pour ainsi dire même pas conscience. Tout ce que tu sais, c’est que tu ne parviens pas à les décrocher des siens. Tu voudrais apprendre davantage, pouvoir en faire plus, mais l’organe vital qui bat au creux de ta poitrine te fait signe que cela semble compromis pour l’instant. Tu as une autre idée en tête. L’atmosphère qui règne en maître autour de votre proximité ne ment en rien, et s’il la sent tu la sens également. Impossible de la rater. Impossible même de la nier. Ca n’aurait pas dû arriver, tu ne faisais que te promener. Comme quoi en un claquement de doigt, tout peut changer. De la même manière que l’un de vos os peut se mettre à craquer.

Silencieux, tu ne réponds plus rien, focalisé sur son souffle qui vient s’échouer contre ta peau, le fait que vous soyez irrémédiablement proches. Trop proches en fin de compte. Il y a cette chaleur qui émane de lui qui te perturbe toujours plus, à mesure que les secondes s’enchainent avec une lenteur démesurée. « Et maintenant ? ». Murmure d’une question qui se veut parfaitement innocente, comme vouée à signifier que tu attends la suite de la leçon, mais le ton n’est cependant pas aussi convaincant qu’il devrait l’être, bien au contraire. Tes yeux étranges le fixe sans relâche, si bien que tu ne manques pas de le voir baisser les prunelles vers ce que tu penses être tes lippes. Ca ne t’échappe pas, et ça te ferait presque sourire davantage. Tu sais reconnaître les signes quand tu les vois, du moins, de façon inconsciente tu le sais, car tu es loin de tout savoir sur ton compte. Ton cœur tambourine à tes tempes, la tension augmente et tu le sens plus que de raison. Est-ce qu’il le sent autant que toi ? Tu n’en sais rien et ça t’intrigue. Ne reste qu’une seule façon de le savoir. Sans crier gare, et même sans attendre de réponse de sa part tes doigts arrêtent de serrer la bordure du toit - tu serrais plus que tu n’aurais dû, pour venir attraper le col de sa veste et l’attirer à toi. Tu y mets sans doute un peu trop de brusquerie sur l’instant mais la tension te rend impulsif et vous étiez d’ores et déjà bien trop proches. Alors tes lèvres viennent se coller aux siennes et tu quémandes autre chose que la leçon initialement prévue. Tu ne sais pas de quoi demain sera fait, ou même de quoi sera fait la nuit un peu plus tard, tu n’y penses pas, tu oublies. Tu oublies dès l’instant où ton souffle vient se mêler au sien et que ta langue cherche déjà à outrepasser la barrière de ses dents.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I.R.F
mister see everything
messages : 324

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 6 Juil - 11:22

UN SOUVENIR DE SHADOW
Debout dans le campement, tu te prépares à partir. C’est ta chance aujourd’hui, tu fais parti des heureux élus qui sont envoyés pour une patrouille. Tu n’as pas le choix, au-delà du fait qu’on te l’a ordonné, vous avez tiré à la courte paille. Tu es même le plus chanceux du lot puisque c’est toi qui doit se mettre en avant. Te plaindre ne sert à rien si bien que tu ne perds pas de temps avant d’enfiler ton équipement, terminant en attrapant ton arme. Tu te dis que ce sera rapidement terminé, il ne s’agit que de faire un tour du périmètre histoire de s’assurer qu’il n’y a pas de mauvaise surprise. La patrouille se met en trombe et tu ouvres le bal. Tu n’es pas nerveux, tu te sens dans ton élément ici. Ça ne t’empêche pas d’être sur tes gardes, guettant pour tout indice que quelque chose se tramait. Rien n’a pourtant pu te préparer à ce qui se passe soudainement. Tu n’as pas le temps de réagir, tout arrive trop vite. Tu ne comprends pas ce qui t’arrive alors qu’une exposition retentit derrière toi t’envoyant valdinguer plus loin. Ta tête tambourine, comme si ton cerveau valsait d’un bord à l’autre de ta boite crânienne, mais tu es vivant. Tu ne sais pas trop comment, comme si ton corps s’était protégé de lui-même. La question pourtant te quitte assez rapidement alors que tu tentes de te relever. Il faut que tu ailles voir. Tu dois les aider. Voilà ce qui t’anime alors que tu te traines vers le carnage. Le véhicule est complètement détruit, tes frères d’armes jonchent sur le sable. Ils sont défigurés, sans vie. Et toi tu es vivant. Ça te parait être une mauvaise blague, comme si ta chance avait tourné. Tu te relèves à nouveau, difficilement, avant de prendre le chemin de la base. Il faut que tu ailles chercher de l’aide maintenant. Tu te surestimes pourtant, te rendre au campement étant bien au-dessus de tes forces.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Ven 7 Juil - 11:14

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


« Définitivement. » J’esquisse un sourire entendu et arrive à peine à croire à quel point tu arrives si facilement à me faire sourire Wade. Pour toi, c’est probablement bien banale, mais pour moi, ça en dit long. Je n’ai que très rarement souris aussi facilement, voir même probablement jamais. Et avec toi, c’est comme si c’était aussi facile que de respirer. Étrange, mais je ne me pose pas d’avantage de question à ce sujet. À la place, je te regarde qui me regarde, silencieux, analysant son expression, tes gestes subtils et tes regards qui, j’en suis certain maintenant, sont emplis de désir. « Et maintenant ? » Je ne réponds pas et, même si j’en avais eu l’intention, je n’en n’aurais pas eu le loisir. Tes lèvres viennent d’écraser sur les miennes et je lâche un soupir de satisfaction en te retournant l’échange, prolongeant le baiser aussi longtemps que possible. Tu me tiens pas le col de ma veste et moi, j’ai désormais une main sur ta nuque, mes doigts trainant dans tes cheveux, et l’autre sur ta hanche comme pour m’assurer que tu resteras bien près de moi. Ce langoureux et féroce échange durent un bon moment jusqu’à ce que je me fige et sente comme un frisson me remonter du bas de la colonne jusqu’à la première cervicale. Oh non, pas maintenant….

Debout dans le campement, tu te prépares à partir. C’est ta chance aujourd’hui, tu fais parti des heureux élus qui sont envoyés pour une patrouille. Tu n’as pas le choix, au-delà du fait qu’on te l’a ordonné, vous avez tiré à la courte paille. Tu es même le plus chanceux du lot puisque c’est toi qui doit se mettre en avant. Te plaindre ne sert à rien si bien que tu ne perds pas de temps avant d’enfiler ton équipement, terminant en attrapant ton arme. Tu te dis que ce sera rapidement terminé, il ne s’agit que de faire un tour du périmètre histoire de s’assurer qu’il n’y a pas de mauvaise surprise. La patrouille se met en trombe et tu ouvres le bal. Tu n’es pas nerveux, tu te sens dans ton élément ici. Ça ne t’empêche pas d’être sur tes gardes, guettant pour tout indice que quelque chose se tramait. Rien n’a pourtant pu te préparer à ce qui se passe soudainement. Tu n’as pas le temps de réagir, tout arrive trop vite. Tu ne comprends pas ce qui t’arrive alors qu’une exposition retentit derrière toi t’envoyant valdinguer plus loin. Ta tête tambourine, comme si ton cerveau valsait d’un bord à l’autre de ta boite crânienne, mais tu es vivant. Tu ne sais pas trop comment, comme si ton corps s’était protégé de lui-même. La question pourtant te quitte assez rapidement alors que tu tentes de te relever. Il faut que tu ailles voir. Tu dois les aider. Voilà ce qui t’anime alors que tu te traines vers le carnage. Le véhicule est complètement détruit, tes frères d’armes jonchent le sable. Ils sont défigurés, sans vie. Et toi tu es vivant. Ça te parait être une mauvaise blague, comme si ta chance avait tourné. Tu te relèves à nouveau, difficilement, avant de prendre le chemin de la base. Il faut que tu ailles chercher de l’aide maintenant. Tu te surestimes pourtant, te rendre au campement étant bien au-dessus de tes forces.


Sans avertissement aucun, je me recule d’un coup, te repoussant des deux mains fermement posées sur ton torse. Je te regarde, mais je ne te vois pas encore. J’ai un goût terrible dans la bouche, ferreux et métallique… du sang. Pourquoi est-ce que j’ai un goût de sang dans la bouche? Je cligne des yeux et te regarde, comprenant que ce sang n’est pas le miens, mais le tiens. Dans ma brusquerie, je t’ai probablement mordu la lèvre puisqu’elle saigne. J’avale de travers, m’humecte les lèvres et secoue la tête. « Je… J’suis désolé… » Je ne sais pas quoi dire ni quoi faire. Tu dois probablement pensé que je suis complètement taré ou alors que j’ai une façon bien à moi de repousser les gens. Hors c’est loin d’être le cas. Je ne t’ai pas physiquement repoussé parce que je regrettais soudainement ce que nous faisions, bien au contraire. Je fais un pas vers toi, te fixe, hésite. Je porte la main à ton visage, passe doucement mon pouce sur ta lèvre. « Ça va aller..? » Mon cœur bat encore à tout rompre, des images me reviennent par flash, des corps, du sang, des morts… Bon sang, toute mon équipe est morte et moi, j’ai survécu. Pourquoi? Comment?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Ven 7 Juil - 15:01

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu ne le connais que depuis quinze bonnes minutes tout au plus. Sur l’échelle du temps c’est totalement insignifiant. Tu ne le connais que depuis quinze bonnes minutes tout au plus mais tes yeux vairons ne parviennent à se dépêtrer de ses prunelles. Tu devines les sourires, ne les voyant qu’à moitié, et tu ignores qu’il s’agit d’un fait rare le concernant. Tu ignores un nombre incalculable de choses sur son compte tout comme il en ignore autant sur le tien mais l’effet te grise et t’électrise. Perdu dans un ailleurs non maîtrisé, incontrôlé, tu frissonnes soudainement, pris de cette irrésistible envie de venir vérifier que ce que tu vois dans son attitude est tout sauf erroné. Que la tension est belle et bien réelle et que tu n’aspires en définitive qu’à te coller. Passionnément. Mais férocement. Aussi. Véritable pulsion des sens qui te prend à la gorge sans que tu ne puisses rien faire. Et tu suis ton instinct parce que, putain, tu ne saurais rien faire d’autre à cet instant précis. Alors tes mains s’agrippent au col de sa veste, cette même veste au motif si particulier dans le dos. Tu n’es peut-être pas là depuis longtemps mais suffisamment pour savoir que des gangs se trouvent en pleine ville, cela ne t’arrête nullement. Après tout, l’option fan de serpents pourrait toujours fonctionner. Tu accordes le bénéfice du doute, et auquel cas, même s’il faisait partie d’un groupe, qu’est-ce que ça changerait pour toi ? Rien.

Tes lippes s’accrochent aux siennes avec voracité, pris par l’élan d’une action non contrôlée et son soupir se mêle au tien qui résonne déjà dans le presque silence de la nuit. Car les rues en contrebas sont malgré tout animées, et certaines le seraient encore bien plus, et bien plus tard. Tu le sais. Lorsque tu atteindrais les abords du casino, ton lieu de travail, les âmes en tous genres se précipiteraient à l’intérieur. Mais tu n’y penses pas, non, tu es à mille lieux de là et tu souris, langue outrepassant la barrière de ses dents pour quérir la sienne. Tu souris face à la réponse qu’il te donne et à cet échange grandissant, tes lèvres se plaquant toujours plus contre les siennes comme si cela ne suffisait pas. Ses doigts glissant contre ta nuque t’arrachent un frisson et ta prise se resserre autour de son col, grondement résonnant du fond de ta gorge. Tu es toujours coincé entre le bord du toit et lui, pourtant tu cherches à te coller davantage, frissonnant de plus bel quand ses doigts parviennent à tes cheveux dorés et que son autre main vient sagement se caler contre ta hanche. A nouveau, tu souris. Sans t’en rendre compte, tu souris. Puis il se tend, sans que tu ne comprennes la chose. Ton premier flash tu n’as pas vraiment eu le temps de comprendre ce qu’il t’arrivait, tu ne reconnais donc pas encore les véritables signes. Fronçant légèrement les sourcils, tu ralentis ton geste, jusqu’à sentir ses dents te mordre la lèvre inférieure avec force. Tu grognes, plus par réflexe qu’autre chose, te faisant repousser par la même occasion, tes doigts serrant le bord du toit pour ne pas basculer. Sourcils froncés tu lèves tes prunelles bicolores vers lui et comprends en voyant son regard, le goût métallique se mêlant déjà à tes lèvres et sur ton palais. Tu déglutis et grimaces, ce goût n’est pas vraiment des plus agréables et tu viens délicatement poser tes doigts sur ta lèvre pour en aviser la plaie. Rien de bien méchant en soi, le sang est plus impressionnant que la véritable blessure, si tant est qu’on puisse même l’appeler ainsi.

Son trouble se lit soudainement sur les traits de son visage, il est de retour sur terre, et si au premier abord, tu étais prêt à clairement lui demander ce qu’il foutait, il n’en a pas fallu plus que la pression redescente en un éclair. Tu ne peux pas lui en vouloir, pas à cause d’un souvenir, et à en juger par son expression il n’avait pas été des plus agréables… Il s’excuse et tu hoches la tête. Le souffle court à cause de votre échange, tu demeures immobile, appuyé contre le rebord, ta lèvre saignant et libérant toujours le goût âpre dans ta bouche. Mais ça va. Il s’excuse et tu signes à la négative. « Non c’est moi qui… » que tu commences sans finir, comme il s’est rapproché de toi et que sa main est venue se poser contre la peau de ton visage, son pouce trainant doucement sur ta lèvre pour balayer le sang. Plongeant tes yeux dans les siens tu ne trouves plus les mots et te contentes d’acquiescer d’un mouvement de tête à sa question. Tu analyses ses réactions, il est perturbé, ça se sent. Tu déglutis à nouveau.

« Tu veux en parler ? ». Tu te risques à demander, sachant pertinemment que s’il le souhaite il pourrait tout simplement t’envoyer bouler, toi, ta question et ton corps qui en crève d’envie. Il n’est nullement forcé de t’en parler, après tout, vous vous ne connaissez pas vraiment. S’il ne le fait pas, tu comprendras. Ne sachant trop comment tu dois réagir, tu esquisses un léger sourire en coin pour… Tu ne sais pas, l’encourager ? Lui signifier que s’il n’en parle pas, ce n’est pas grave ? Que si vous n’allez pas au bout, tu ne lui en voudras pas non plus ? T’en sais rien. T’en sais fichtrement rien, Wade.  

Tout ce que tu sais, c’est que ton souffle est toujours court.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Lun 10 Juil - 17:26

following shadows
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


« Non c’est moi qui… » Je secoue la tête, porte ma main vers ton visage et mon pouce glisse sur ta lèvre avant que tu n’aies le temps de terminer ta pensée. Je ne veux surtout pas que tu te blâme, ce serait bien stupide. Rien de tout ça n’a à avoir avec toi… Ce n’est pas comme si notre échange avait déclenché quoi que ce soit. Enfin, pas que je sache. Si jusque-là, j’avais pu croire que les souvenirs étaient déclenchés par une quelconque volonté d’en apprendre d’avantage, j’ai désormais la preuve formelle que c’est loin d’être le cas. J’aurais préféré ne jamais avoir cet éclair, ne jamais me souvenir d’une chose aussi horrible. Je te demande donc si ça ira et tu hoches la tête, ton regard cherchant le miens et, bien que je préférerais me dérober à tes prunelles vermeilles, je m’en retrouve incapable et je te fixe pour m’assurer que je ne t’ai pas donné l’envie de fuir. « Tu veux en parler ? » J’avale de travers. Tout en toi dépeint une bonne volonté, une volonté d’aider et d’être présent. Mais comment peux-tu vouloir autant en faire pour quelqu’un que tu ne connais même pas? J’ai peine à croire que ce soit possible, que quelqu’un soit doté d’autant de bonté. On ne se connait pas tous les deux, alors pourquoi ai-je ce sentiment d’aisance en ta présence? Pourquoi suis-je si bien entre tes bras, mes lèvres contre les tiennes? Il y a une demi-heure à peine, je n’avais même encore jamais vu ton visage alors encore moins goûté ta bouche.

Je secoue finalement la tête, incapable de me contraindre à parler. Les mots ne sortiraient probablement pas de toute manière. J’analyse plutôt ton regard, encore et toujours à la recherche de cette flamme de doute, cette lueur de crainte. Rien cependant ne semble montrer que tu es prêt à partir et, à moins que je ne sois fou, j’ai plutôt l’impression que ton corps tend vers le miens. Alors je n’attends pas d’avantage et repose mes lèvres contre les tiennes, plus doucement cette fois pour ne pas pousser cette vilaine coupure à s’ouvrir d’avantage. Le goût du sang dans ma bouche ne me dérange plus autant –étrangement, c’est même le contraire. Il me rappelle mes instincts les plus primaux, me donne envie d’en obtenir d’avantage. De toi, pas du sang. Alors je t’attrape par les hanches et te fais faire un demi-tour pour t’éloigner du bord du toit. La dernière chose dont on a besoin maintenant c’est un corps de plus gisant au sol sans vie. Je te plaque contre le premier muret à proximité, celui d’une vieille cheminée condamné ressemblant maintenant à un simple tas de brique en forme de cube. Je grogne contre tes lèvres, mon bassin se pressant contre le tiens et espère que tu ne m’en voudras pas de préférer laisser mon corps s’exprimer que ma voix.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mar 11 Juil - 5:00

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 13 Juil - 10:41

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 13 Juil - 13:56

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Jeu 13 Juil - 19:39

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Ven 14 Juil - 10:06

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mar 18 Juil - 13:48

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Mer 19 Juil - 14:45

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   Ven 21 Juil - 9:05



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: following shadows // (shade)   

following shadows // (shade)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiches techniques: Les vertus (hors shadows)
» City of Shadows
» Les shadows de chez Paragon...
» le quick shade d'army painter ( for jf)
» Castlevania lord of shadows

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum