RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 
Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Jeu 15 Juin - 16:35

Toc, toc. It is the hour to have a drink.
— Feat Beanie &
Bleuet

Tasse de café en main, malgré l’heure tardive, tu as besoin de ta dose de caféine. Simple short, haut noir à courtes manches, ton service est fini depuis deux heures maintenant. Rejoignant ta maison, tu as déjà mangé, pris une douche. Tu profites, oui, tu profites du calme, de cette sensation de solitude. Caresse subtile de pensées, d’espoirs voilés. Tu te redresse, sautant de ce tabouret alors que tu ne cesses d’observer les lignes de ce bouquin qui est le tiens. Et tu lis tout en marchant, portant la tasse à tes lèvres quelques fois. Cette maison, tu commences à bien la connaître bien qu’il t’arrive encore de te faire mal en frappant dans un meuble. Te dirigeant vers le salon, tu te laisses aller dans le canapé en poussant un soupir de soulagement. Aujourd’hui fut une rude journée, dire le contraire serait mentir. Sans le vouloir t’avais touché quelqu’un, laissant ses pensées s’introduire en toi, envahir ta tête. Pensées pas très chaste, la femme fantasmait sur un de tes collègues. Tu frissonnes à cette pensée, faisant un drôle de bruit avec ta bouche. Sérieusement, tu aimerais juste oublier cet instant, ce moment. Répugnant. Tu ne verras plus jamais ce collègue de la même façon…Buvant une grande gorgée de ton café, tu sursautes lorsque ta sonnette retentie. Non d’un chien, celle-là, tu ne l’as absolument pas vu venir. En-même temps, tu es loin d’être de ceux qui prévoient ou sentes ce qui va se passer, non, toi t’es mentaliste. Tu te lèves, curieux, déposant la tasse à moitié vide sur la table basse noire. Tes pas résonnent sur le parquet éclatant et propre, légèrement maniaque sur les bords, chez toi il fait irréprochable. Derrière la porte, tu peux apercevoir une silhouette floue à cause du verre. Et tu ouvres, doucement, calmement, te stoppant, surpris. « Beanie… » Tu clignes quelques fois des yeux. Jeune homme avec qui tu as couché, avec qui effectivement, tu avais apprécié ce moment, tu ne t’attendais pas forcément à le voir venir. Puis, tu te souviens. Comme un con t’avais oublié, oublié que ce soir il devait passer boire un verre. « Merde, j’avais complètement zappé, entres. » Tu t’écartes. Ce n’était pas contre lui, ta journée avait fini par te grignoter le cerveau. Tu ne le frôle pas, ne le touche pas, pas très à l’aise dans ce genre de situation. Tu es loin d’être le gros charmeur, le mec le plus bavard de cette ville…Puis, à vrai dire, il t’avait vu dans ton plus simple appareil et donc, avait eu dans son champ de vision tes marques et brûlures. Refermant la porte derrière lui, tu te rends compte de ta tenue assez légère. « Hum…je vais aller enfiler quelque chose de plus… » Habillé ?



© LOYALS.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Jeu 15 Juin - 18:11


Knock Knock

Bleuet & Beanie

Tenue

Lundi soir, l’air du soir fouette le visage du jeune barman alors qu’il se rend, cette fois en marchant et non en courant, dans la zone portuaire de la ville. C’est l’un des premiers endroits où Beanie a mis les pieds, c’est aussi là qu’il a trouvé l’église de la seconde chance. Cependant, il n’a jamais vraiment exploré, pas encore. Quelque chose lui dit néanmoins qu’il risque bien de le faire dans les semaines à venir. Un sourire amusé né sur les lèvres rosées du croyant alors qu’il accélère légèrement le pas, vérifiant sur son téléphone qu’il se dirige bien dans la bonne direction.

Beanie doit rester concentré, car s’il laisse ses pensées s’évader, il risque de se perdre et de manquer un rendez-vous auquel il a particulièrement envie de se rendre. Alors il avance et il tapote de sa bague la bouteille qu’il tient, pour que le bruit répétitif l’obnubile. Après quatre mois passé ici, il a appris à occuper suffisamment son esprit pour ne pas se surprendre lui-même.

Finalement, il se retrouve devant la porte et laisse son index presser sur la sonnette, non sans une certaine anticipation. Un sourire charmeur, mais sincère, prend place sur le visage de Beanie, mais il disparaît lorsque la porte s’ouvre et que son hôte ne semble pas plus heureux de le voir que ça. « Parce que c’est possible de m’oublier ? » Dit le barman d’un ton amusé, entrant lorsqu’on lui en donne l’occasion. Il hésite un instant à demander s’il devrait partir, mais Bleuet reprend la conversation, alors il décide d’être égoïste, pour ce soir. « Dénudé ? »  Le plus jeune termine la phrase de l’aîné, son sourire mutin reprenant immédiatement sa place sur ses lèvres.

« T’embêtes pas, tu es chez toi et je n’ai pas vraiment fait d’efforts non plus. »  Ce sont les mots qui passe sa bouche, mais la réalité est un peu différente. Beanie a réfléchit à ce qu’il allait porter et s’il s’est arrêté sur un pull blanc et un pantalon noir, c’est après mûre réflexion. « Je ne sais pas trop ce que tu bois... J’ai apporté du vin. J’ai réussi à ne pas cassé la bouteille. »  Un sourire un peu niais remplace le charmeur, mais Bleuet est bien placé pour savoir que c’est un petit exploit pour le barman. Il dépose la bouteille sur le comptoir, puis il observe l’infirmier en silence quelques secondes. L’homme est beau, l’homme est très beau. Un peu tendu cela dit. « Détends-toi Blue, je ne vais pas te sauter dessus. J’ai des manières. Et je ne mords pas. » Beanie marque un temps de pause volontaire, puis il ajoute : « Enfin, pas tout de suite. » Il ne faudrait pas que Bleuet pense qu’il ne comptait pas remettre leur échange précédent.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Ven 16 Juin - 5:06

Toc, toc. It is the hour to have a drink.
— Feat Beanie &
Bleuet

Et ton regard glisse, se perd sur cette silhouette que tu connais, que tu as vu sans habits à la lueur d’une lueur nocturne alors que vos corps se trouvaient sous tes draps. Comment cela c’était-il déroulé ? Tu te souviens de taquineries, de provocations, d’un jeu malsain et envoutant. Oui, tu te souviens de deux lèvres scellées, de corps qui se collent. Tu te souviens de ton abandon total, des barrières que tu as fini par abandonner, par baisser. Tu écoutes les paroles de ton cadet. L’oublier ? Pas vraiment, du moins, ce que vous avez fait t’es impossible à oublier, ça résonne encore dans ton esprit. « Pas vraiment. » Que tu dis en souriant légèrement, le laissant entrer dans ton appartement alors que ton regard glisse quelques secondes vers cette porte voisine à la tienne. Wade s’y cache, Wade y habite, mais rapidement, tu fermes la tienne. Tu n’es pas spécialement à l’aise et ça se sent, en-même temps, tu n’es pas le type le plus sociable du monde. Tu parles, tu annonces que tu devrais peut-être enfiler quelque chose de mieux. Sauf que Beanie fini ta phrase pas un dénudé…Il faut dire que là, il n’y a pas grand-chose à enlever, disons la vérité. A part ton short et ton haut, tu ne portais rien d’autre. « J’aurais plutôt dit habillé. » Que tu lâches en riant très légèrement, passant une main dans tes cheveux tout en te dirigeant vers le salon en l’invitant à te suivre. Tu tournes tes yeux sombres vers le jeune homme qui t’annonçait qu’il n’avait pas spécialement fait d’efforts alors que, au final, tu le trouvais quand même…très attirant. « Quand tu fais un effort, ça doit vachement bien donner. » Que tu dis en souriant doucement. Ton regard glisse sur la bouteille de vin qu’il vient d’annoncer. A vrai dire, tu bois de tout et ton bar est rempli de divers alcools, pourtant, tu ne bois pas énormément non plus. Tu aimes bien ton verre en fin de soirée, lorsque ta journée fut rude et mouvementée. « Un exploit de taille tu me diras, mais le vin me va parfaitement. Si tu veux autre chose, le bar est plein. » Tu l’écoutes, croisant les bras contre ta poitrine alors qu’il t’annonce qu’il ne va pas te mordre…du moins pas de suite. Ta main se porte instinctivement à ta nuque, te souvenant des morsures infligées mais agréables de la dernière fois. « Laisse-moi le temps de me détendre…ça ne prendra pas longtemps. » Que tu dis calmement, lui faisant un léger clin d’œil alors que tu te redresses pour aller dans la cuisine chercher deux verres ainsi qu’un tirebouchon. Une fois revenu, tu prends la bouteille. « Viens, on va s’asseoir dans le canapé, inutile de rester debout. » Tu vas donc te poser dans le canapé, déposant les verres devant toi pour débouchonner la bouteille et vous servir un verre. « J’ai eu une rude journée, je suis tendu comme un arc… » Te rendant compte de la subtilité déplacée de ta phrase, tu grogne. « Je me comprends…disons pas dans le sens déplacé. » C’est ça, enfonce-toi Blue !


© LOYALS.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I.R.F
mister see everything
messages : 220

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Ven 16 Juin - 22:47

UN SOUVENIR DE BLEUET
Tu les comptes, une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept. Tu en as marre. Pourquoi est-ce qu'ils ne te laissent pas tranquille ? Si ce n'était pas du premier, le second aussi semblait bien aimer ce petit jeu. Puis rendu au septième, il n'y avait pas plus de différence. Tu en avais assez, tu en avais même pris l'habitude. Même si ce n'était qu'une bêtise si petite, tu sentais bien que la vie était toujours contre toi. Depuis tes premiers jours de conscience, tu n'as jamais eu de chance. Tu restes là sur le sol de ta chambre, pendant qu'il hurle contre celle qui te sert de mère. Tu sens ta gorge se nouer, tu n'as aucune idée de ce quoi ils parlent, mais à chaque fois que le ton montait dans cette maison, c'était par ta faute. C'était toujours de ta faute, rien que de ta faute. Le chien se lâche sur le tapis, c'est toi le responsable. Ton dit frère à de mauvaises notes, c'est de ta faute. Tu restes là à fixer ta peau attendant le moment qu'il passera ta porte armée de sa rage et cette cigarette fumante entre les dents. Tu glisses tes doigts sur les brûlures et tu les sens encore douloureuses. Par chance, ils n'en ont jamais rajouté, ils ont seulement apposé leur arme de torture contre les marques existantes. Te plaindre à la police? Non, jamais. Ils ne t'ont pas cru les premières fois, pourquoi te croiraient-ils maintenant? Il passe enfin la porte et tu ne l'as jamais vu autant en colère. Tu t'es levé d'un bon et t'es plaqué au mur. Ton coeur s'est emballé et le premier coup est arrivé. Tu les as encaissés sans dire un mot, sans même te défendre. Tu as fini allongé au sol à te tenir le ventre. La douleur était même insoutenable, mais tu restais silencieux. « T'es qu'une merde gamin, si je le pouvais, je te foutrais dehors. » Il t'a agrippé le bras pour te tirer à travers la pièce. Arrivé à la porte, il t'agrippe par les cheveux pour te lever. Il te traîne jusqu'aux escaliers et te force à descendre. Tu les vois, les autres, ils ont ce regard effrayé. Il te pose sur une chaise et baratine quelques mots en Allemand avant d'écraser sa cigarette contre ton bras. Tu hurles de douleur jusqu'à ce qu'il la retire, puis il parle à nouveau avant de l'étamper contre une autre marque. Tu aimerais tant que tout s'arrête.

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 7:32


Knock Knock

Bleuet & Beanie

La relation que Beanie entretien avec Bleuet est particulière et il n’aurait jamais cru qu’ils en viendraient à ce qu’elle est à l’heure actuelle.  Du moins, il n’aurait jamais cru que l’infirmier puisse répondre si positivement à ses avances. Beanie n’est pas l’homme le plus sûr de lui, même si c’est l’impression qu’il aime donner. Il ne se pense pas particulièrement charismatique, ni très beau. Pourtant, il ne renonce jamais et il a visiblement bien fait de continuer à jouer avec Bleuet. « Je ferais un effort la prochaine fois, si tu acceptes que je t’invite au restaurant. »  Une phrase simple, mais qui est assez inédite. Jamais encore Beanie n’a demandé un rendez-vous à l’extérieur et il n’est pas certain que cela convienne à son partenaire. Si la réponse est négative, il n’aura qu’à en rire.

Alors que l’hôte s’en va chercher de quoi ouvrir et profiter de la bouteille, le cadet retire sa veste et ses chaussures, par un réflexe très asiatique. Il s’installe ensuite dans le canapé après y avoir été invité et se met rapidement à l’aise. « Dure journée, hm ? Merci. »  Beanie remercie Bleuet pour le verre qu’il vient de lui servir, un sourire amusé au visage. Le barbu se rend-il seulement compte des sous-entendus qu’il prononce ? Visiblement oui, puisqu’il tente de se rattraper, si maladroitement que Beanie se met à rire. « Hey, détends-toi, je te l’ai dit, je ne vais pas te sauter dessus, ni sur la moindre occasion. Cela dit, si tu as vraiment besoin de détendre tes muscles, il paraît que j’ai des doigts de fée. »  Sourire charmeur à nouveau, le barman agite ses doigts avant de lever son verre « Allez, trinquons à cette soirée tranquille et à ce qu’elle pourrait amener. »  Un clin d’œil, puis les verres s’entrechoquent.

Nonchalamment, après la première gorgée, Beanie laisse sa main retomber sur la cuisse de son hôte. Il ne la bouge pas, il la laisse juste là, comme un simple contact physique. Le barman est au courant que Bleuet a du mal avec le contact physique, puisqu’il le lui a refusé longtemps, à lui qui est très tactile. Il prend le risque de se faire rejeter dès le début de la soirée, il veut savoir comment se positionner après leur dernière entrevue et ce qu’il s’y est passé. Il aimerait que Bleuet soit plus à l’aise, qu’il plaisante avec lui, qu’il le cherche un peu. Il aimerait que le brun lui donne un feu vert, un signe qu’il peut agir comme il le désire, sans paraître pressant, ou obsédé. Beanie apprécie la simple compagnie de l’infirmier, il aime discuter avec lui, il aime plaisanter, il s’intéresse réellement à lui, mais il a aussi cette envie constante de le toucher, d’être certain qu’il a eu le privilège de pouvoir le tenir contre lui et qu’il pourrait l’obtenir à nouveau. « Journée compliquée alors? Beaucoup de blessés à soigner ? »  Le regard noir de l’asiatique se pose sur le visage fatigué de Bleuet et pour accompagner sa question, il caresse distraitement la cuisse masculine d’un geste de son pouce.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 8:36

Toc, toc. It is the hour to have a drink.
— Feat Beanie &
Bleuet

Tu l’écoutes…Il fera un effort si tu acceptes d’aller au restaurant avec lui. Instinctivement, ton corps se crispe, comme une foutue manie dès qu’il s’agit de se montrer en société. Qu’attendait-il de toi ? Qu’on vous voit en public ? Que votre relation prenne une tournure plus officielle ? Ou alors, cherchait-il seulement à t’inviter sans autres raisons. Tu n’en sais rien, à vrai dire, tu es éveillé depuis trois semaines et les coutumes et les mœurs sembles différentes dans ton esprit. Clignant quelques fois des paupières, tu finis néanmoins par dire. « Uhm…pourquoi pas, ça pourrait être agréable. » Parce que oui, tu ne veux pas que Beanie se croit simple objet sexuel, qu’un homme avec qui tu couches pour le simple plaisir d’un partage de luxure. Non, ce n’est pas ton but, pour dire vrai, tu ne sais même pas quel but tu as. Tu vis au jour le jour, tu cherches à t’adapter à ce manque de souvenirs. Voilà la réalité. Alors oui, tu acceptes puis, finalement, ça pourrait être amusant, un pas en avant, un truc agréable qui te changera les idées. Ce n’est pas comme si il te demandait en mariage ! Tu invites le jeune homme à venir se poser dans le canapé à tes côtés, balançant une phrase à double tranchant qui te met mal à l’aise. Tu dois vraiment te détendre, tu as l’impression d’être un gosse de dix ans…heureusement, Beanie en rit et t’annonce qu’il a des doigts de fée. « C’est bon à savoir… » Que tu dis dans un demi sourire alors que tu prends également ton verre, venant le choquer au sien en ricanant légèrement. « A cette soirée. » Ce qu’elle pourrait amener, tu en as déjà une petite idée. Pourtant ton verre à tes lèvres, tu sens alors sa main se poser sur ta cuisse et, directement, ton premier réflexe est de poser ta main sur la sienne pour la retirer. Sauf que tu te stoppes, tu respires un bon coup et tu relâches sa main, la laissant où elle est. Tu dois travailler sur toi-même, mais cette habitude, elle est tenace et Beanie le sait. Te mordant l’intérieur de la joue, tu te penches pour déposer ton verre de vin sur la table basse, ta tasse de café y trônant toujours, froide, délaissée. Te replaçant dans le canapé, tes muscles sont néanmoins toujours tendus à cause du contact avec la main du jeune homme mais tu t’y fais, ce n’est pas la première fois qu’il te touche. Tournant ton regard vers lui à ses paroles, tu ouvres la bouche pour répondre. Des blessés…soigner…A vrai dire, tu te déconnectes de ta réalité. Les images affluent, plus monstrueuses les unes que les autres. La cigarette qui s’écrase sur ta peau, la douleur, les coups, les hurlements, cet accent Allemand qui claque dans les airs. Ta respiration se brise, ton palpitant s’affole et, brusquement, tu te lèves, vacillant. Ta jambe frappe dans la table basse, la faisant tomber sous le choc, renversant la bouteille, les verres, la tasse au passage. Tu trébuches, tu as besoin de respirer. « Je…non…je… » Crise de panique, tes doigts se positionnent sur la brûlure, comme pour tenter de la refroidir. « Je me souviens…je me souviens…je veux pas…je voulais pas… » Non, tu voulais pas te souvenir de ça… « J’étouffe, je dois… » Et tu fonces vers ton balcon, complètement désorienté.

© LOYALS.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 10:03


Knock Knock

Bleuet & Beanie

Lorsque Beanie propose une sortie au restaurant, publique donc, il voit un instant le doute dans les yeux de Bleuet, comme s’il avait fait un faux pas, sauf que ça n’en est pas vraiment un. Beanie réfléchit peu avant de parler, lorsqu’il propose une chose il est rare qu’il ait réellement quelque chose derrière la tête, même si tout reste possible, bien sûr. Les paupières du beau brun clignent à de multiples reprises et le barman devine qu’il l’a pris de court, cependant, après quelques secondes, l’infirmier accepte une éventuellement invitation. C’est bon à savoir.

L’ambiance est détendue. Bleuet laisse le plus jeune prendre ses aises, il le laisse entrer dans sa bulle bien plus épaisse qu’il n’y paraît et à chaque fois, sans le lui dire, Beanie le prends comme un privilège. L’aîné abaisse devant lui les murailles qu’il semble avoir érigé autour de lui, qu’il en ait conscience ou non. Après tout, et l’asiatique a tendance à l’oublier, Blue n’est éveillé que depuis trois semaines et il semble déjà avoir beaucoup vécu. Gardant son sourire aux lèvres Beanie observe brièvement l’appartement. Il se situe dans la zone portuaire, la plus chère de la ville et le barman ne peut s’empêcher de se demander si, comme lui, Bleuet cherche en cette location les indices de son passé.  

La main qu’il a posé sur la cuisse de son hôte manque de se faire renvoyer, mais Bleuet prend visiblement sur lui puisqu’il la laisse finalement là, sur lui. Il fait des efforts, de gros efforts, puisqu’il avait l’habitude de refuser même que Beanie s’approche de lui d’un peu trop près. Le cadet se rassure et il se permet de se détendre un peu, continuant la conversation, caressant distraitement la peau du brun et puis, soudain, la tranquillité bascule. Le regard noir de l’infirmier semble se perdre dans le vide et la réponse qu’il allait donner reste en suspens. Sa respiration s’accélère et la peur, l’angoisse semble le submerger. D’un coup, il se lève, il renverse la table et ce qui se trouvait dessus, il s’effondre au sol, il balbutie et Beanie panique. Si l’infirmier ne lui avait pas dit ce qu’il se passait, le barman l’aurait sans doute deviné pour avoir vécu cette situation auparavant. Le souvenir qui vient de se présenter et que le cadet a fortement peur d’avoir provoqué, n’a visiblement rien de joyeux, un peu comme le premier qu’il a eu lui-même. « Blue… »  Il murmure sans pouvoir rien dire de plus avant que l’aîné ne s’enfuie vers le balcon de son appartement.

Beanie reste un instant en retrait, il n’est pas certain qu’aller rassurer Bleuet dans l’immédiat soit la meilleure solution, alors il remet la table en place et ramasse ce qu’il peut ramasser, avant d’aller fouiner pour trouver la poubelle et débarrasser le salon des débris de verre qui l’on envahie. Puis, sans doute moins d’une dizaine de minutes plus tard, Beanie rejoint son hôte en silence. Il reste près de lui, mais il ne sait pas trop quoi dire et son premier réflexe alors, maladroitement, est de prendre l’infirmier contre lui en passant ses bras autour de son buste, dans son dos, sans réellement le toucher puisqu’il ne referme pas ses mains sur le ventre de l’aîné, mais sur la rambarde devant lui. Une étreinte presque à distance, tant il ne veut pas le choquer plus encore. « Les souvenirs ne choisissent jamais les bons moments… Je suis désolé d’en avoir provoqué un mauvais. »  Quelques mots à peine murmurés, puis Beanie défait son étreinte, sans pour autant s’éloigner. Il est perdu, il ne sait pas quoi faire, il ne saurait même pas dire si Blue est calme ou non. « Est-ce que ça va... ? »  Demande timidement, contrairement à ses habitudes, le plus jeune. Il est évident que son hôte ne va pas bien, qu’il est fortement perturbé par ce que sa mémoire vient de lui montrer, mais Beanie se sent impuissant, inutile et surtout, il ne sait plus quoi dire.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 10:27

Toc, toc. It is the hour to have a drink.
— Feat Beanie &
Bleuet

Et tu paniques. Comme un gosse, tu panique, littéralement. Tu te sens mal, oppressé, brutalisé. Tu as l’impression de revivre cette horreur sans pouvoir l’arrêter, sans pouvoir l’empêcher. Tu ne voulais pas te souvenir de ça, non, surtout pas de ça. C’était ta plus grande craindre, te souvenir des cicatrices et des brûlures, te souvenir de ce qui avait marqué ton corps. Cet homme brutal, cet homme qui t’inspirait tant de peur, tant de douleurs. Et ces regards posés sur toi, comme désolé pour cette éternelle ritournelle. C’était terminé, mais ça ne faisait que commencer. Parce que oui, c’était passé, mais au final c’était comme si ça venait de se produire. Alors, tu renverses la table, tu fonces dehors, respiration haletante, paupières fermées. Et tu trembles, passant une main dans tes cheveux, sur ton visage. Et tu tires sur tes manches, comme pour cacher les douleurs, les marques. Tu sens la honte également s’emparer de toi, comme une foutue évidence. Trop de sentiments qui se mélangent, qui tournoient en toi telle une tempête qui ravage bien des choses sur son passage. Les minutes s’écoulent et tu restes immobile, mains posées sur la rambarde. Le bruit de la ville te rassure, la brise légère également. Ta respiration reprend une cadence normale, mais l’angoisse reste accrochée à tes tripes. Tu l’entends approcher, tu entends ses pas dans ton dos et tu sais que c’est lui. Lorsque ses bras viennent se positionner autour de toi, sans pour autant t’emprisonner, tu te tends comme un arc. Tes mâchoires se crispent, mais tu ne te dérobe pas, ouvrant simplement les yeux. « Ce n’est pas de ta faute, j’aurais juste aimé… » Ne pas te souvenir…Mais au final, tu n’es pas maître de ce genre de chose. Poussant un léger soupire, tu le sens se détacher et tu te retournes, lui faisant face. La proximité de vos corps ne t’aide pas, néanmoins, tu sais que ça va passer. Il semble inquiet et tu te forces à sourire légèrement. « ça va…j’avais besoin de prendre l’air… » Il semble plus timide qu’auparavant, ce qui est tout à fait normal vu la crise de panique que tu viens de te faire sous ses yeux. Tu te sens con, vraiment et tu ne peux t’empêcher de passer une main dans tes cheveux, encore. « Je suis désolé… » Que tu dis alors que ton corps commence à se détendre sous cette proximité. Ton regard sombre glisse dans le sien, s’y accroche, s’y attarde. Tu ne veux pas qu’un quelconque malaise vienne foutre le bordel dans cette soirée, bien qu’au final, ce souvenir vient de te chambouler. Ce n’est pas le moment, pas l’instant de paniquer, de faire croire à Beanie que la soirée est terminée. Justement, il va t’aider, il va t’aider à oublier, mener ton esprit vers d’autres horizons. Très lentement, ta main vient se loger dans sa nuque et tu l’approche de toi, tes lèvres frôlant les siennes au début. Elles frôlent, ne s’y posent pas l’espace de quelques instants. Lutte intérieur alors que ton corps réclame sa liberté, sa solitude. Tu en fais abstraction, tu finis par te perdre sur ses lèvres, l’invitant à se rapprocher, à venir se loger contre toi. Tu ne le repousseras pas, pas alors que de suite, tu as juste besoin de lui.

© LOYALS.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 11:08


Knock Knock

Bleuet & Beanie

Se souvenir, c’est une chose cruciale, une chose que chacun veut, que chacun souhaite au plus profond de lui. C’est aussi quelque chose que l’on regrette ensuite. Sans doute est-ce parce que l’on souhaite les souvenirs heureux, alors que ce sont les plus sombres qui refont surface en premier. « Les choses ne sont jamais telles qu’on les désire. »  Un moment philosophe qui ne durera pas, puisque Beanie est inquiet. Ce qui est au fond une bénédiction, car en étant inquiet, il reste focalisé sur son hôte et sa concentration ne s’évapore pas sur le moindre objet mobile. « Ne t’excuse pas Blue, je suis bien placé pour savoir que les souvenirs nous envahissent contre notre gré. »  Quelques mots que le barman veut rassurant. Il souhaite réellement faire comprendre à Bleuet qu’il est passé par là, qu’il connait les effets et les conséquences d’un souvenir inattendu. Il comprend et il ne jugera pas.

Beanie n’a pas bougé depuis de longues secondes, bien qu’il sache que de ce fait, il met l’aîné mal à l’aise. Il n’a pas peur de se faire renvoyer, il en prend le risque. Il en résulte quelque chose de positif, puisque Blue se détend et qu’il fait même le premier pas. Il est rare que Beanie ne prenne pas les devants, il est toujours le premier à s’approcher, le premier à toucher mais pas cette fois. Cette fois, il veut être certain de ne pas brusquer l’infirmier et s’il doit sagement attendre et se laisser faire, alors qu’il en soit ainsi.

Pourtant, alors que les lèvres du brun viennent frôler les siennes, Beanie se sent déjà moins résolu à rester tranquille. Son corps réclame celui de Bleuet et les battements de son cœur s’accélère. Pourtant, le maladroit prend sur lui et il n’initie pas une action plus poussée. Il attend le feu vert, une autorisation quelconque. Fort heureusement pour sa tourmente intérieure, il ne faut que quelques secondes à Bleuet pour l’attirer contre lui et sceller leurs lèvres, enfin.

Dès lors, Beanie s’approche jusqu’à réduire la distance entre leurs corps à néant. Il pose ses larges mains sur les reins de son hôte et pousse le baiser un peu plus loin. Ses paupières closes, il redécouvre avec plaisir le goût des lèvres de son ami et il presse leurs bustes ensemble, sans penser cette fois à un possible inconfort. Il ne veut pas donner l’impression d’être affamé, ou de n’avoir attendu que ça. C’est simplement plus fort que lui, il désire Bleuet et plus ils sont proches, plus Beanie se sent bien.

Avant que ses mains ne s’échappent un peu plus sur le corps de son partenaire, le cadet les laisse glisser sur la taille de celui-ci et rompt finalement le baiser, gardant son visage proche du brun. « Tu sais que si tu me lances, tu ne pourras plus m’arrêter, hm ? »  Beanie est incapable de se contenir lorsqu’il s’agit de désir. Il sait câliner sans arrière-pensées mais les baisers de Blue sont toujours à l’origine d’une imagination des moins pieuses qu’il soit.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 11:25

Toc, toc. It is the hour to have a drink.
— Feat Beanie &
Bleuet

Les choses ne sont jamais telles qu’on le désire, oui, ce sont de sages paroles et tu en as parfaitement conscience. Malheureusement, tu ne peux pas choisir ce qui te reviendra en mémoire, mais ce dont tu es certain, c’est que tu peux en faire ce que bon te semble. Tu peux laisser le souvenir te tuer, te dévorer, t’enfoncer. Ou alors, tu peux choisir de l’écarter, de le mettre de côté l’espace de quelques instants. Tu es maître de tes choix, du moins, de certains. Tu t’excuses, car au final, tu ne peux faire que ça, demander pardon pour ce comportement perturbant et plutôt violent. D’ailleurs, tu craignais l’état de ta table basse et tu te doutais que du vin avait dû se rependre sur le parquet de l’appartement. Tant pis, tu feras avec. Tu souris très légèrement face à ses paroles, pourtant, tu décides de donner un autre tournant à votre soirée. Tu as besoin de t’évader, de changer de chemin pour ne pas te focaliser sur ton souvenir malsain. Alors oui, lorsque ta main se pose sur sa nuque, tu peux sentir à quel point il se contient pour ne pas venir à toi. Ses émotions sont une répercussion aux tiennes, ça se mélange en toi au point que tu ne puisses pas faire la différence entre toi et lui. Tes lèvres s’avancent, elles frôlent le temps que tu puisses prendre le contrôle de tes muscles et éviter de te barricader, de faire un rejet que tu ne pourrais pas envisager. Après quelques secondes pourtant, tu viens l’embrasser en soupirant légèrement, retrouvant les lèvres de ton cadet. Il s’approche, réduit à néant la distance qui vous sépares. Ton dos se colle à la balustrade, ton autre main vient se réfugier sur sa hanche. Tu ne cherches pas à t’enfuir, non, prolongeant se baiser sans hésitations, bien qu’en toi ce soit toujours une dualité certaine. Lorsque son visage s’éloigne du tien, mais pas assez pour que tu ne sentes pas son souffle contre ta peau, tu plonges de nouveau tes yeux sombres dans les siens. Un sourire léger étire le coin de tes lippes, prenant alors un air assez angélique, enjôleur. « Disons que je n’ai pas envie de t’arrêter…il va donc falloir rentrer, à moins que tu souhaites que les voisins soient spectateurs… » Murmure léger, presque taquin, tu reviens chercher ses lèvres. Cette fois-ci tu décolles de la balustrade, le poussant en arrière vers la porte du balcon pour le forcer à rentrer à l’intérieur. Une fois le malaise passé, tu peux te montrer beaucoup plus entreprenant et ça, il le sait. Puis, ce n’est pas comme si c’était la première fois…Tu ne prends même pas la peine de fermer la porte du balcon, au diable les courant d’air. Tes mains lâchent leurs prises et viennent se poser sur ses cuisses pour le soulever du sol, collant son dos contre le mur délimitant la cuisine du salon. Tu as un gros souci de contrôle de ton côté également, dès que tu désirais quelque chose, tu te devais de le prendre et ça, tu avais fini par le comprendre. Au moins, ton côté mentaliste t’aidait beaucoup dans ce genre de situation… Tu pouvais lire les envies de tes partenaires, savoir ce qu’ils aimaient, ce qu’ils appréciaient moins, ce qui en soit faisait de toi un amant assez terrible. Lèvres qui glissent dans son cou, tu y déposes quelques baisers avant de dire, la respiration légèrement accélérer au creux de son oreille. « Tu veux peut-être boire un verre avant… » Mensonges, tu sais bien que comme il l’avait dit, une fois lancé Beanie ne s’arrêterait pas tu faisais effectivement un peu d’humour et ton sourire le laissait clairement voir.

© LOYALS.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Sam 17 Juin - 13:11


Knock Knock

Bleuet & Beanie

« A vrai dire, je n’en ai strictement rien à faire des voisins, là, tout de suite. »  Réponds Beanie à la proposition de l’aîné, mais il n’a guère le temps d’en dire plus avant que leurs lèvres ne se retrouvent à nouveau et qu’il se retrouve poussé en direction du salon. Bleuet est entreprenant, il prend les rênes et cela fait sourire le maladroit un instant, jusqu’à ce que les mains curatives se posent sur ses cuisses et qu’il ne se retrouver hissé dans les bras de l’infirmier.
La situation échappe à Beanie et s’il aime sentir que Bleuet le désire tout autant que lui le désire, il n’aime pas se sentir dominer d’une quelconque manière qu’il soit. Il n’aime d’ailleurs pas non plus que ses pieds ne touchent plus le sol. Les ressentis sont contradictoires, mais Beanie parvient rapidement à une conclusion qui puisse faire qu’il ne soit plus que bonheur et surtout, contrôle. Il a trop longuement laissé son hôte mener la danse et il est grand temps que cela cesse. Il apprécie les baisers sur la peau hâlée de son cou, mais il saisit l’occasion de reposer pieds à terre dès que Bleuet stoppe son mouvement pour lui poser une question.

Dès que ses pieds retrouvent le sol, le cadet se laisse aller. Il a désormais un très certain passe-droit et il compte bien s’en servir. Alors, il se saisie à nouveau de son partenaire et le plaque contre le mur du couloir, venant envahir son cou de baisers et pressant son bassin contre celui de l’aîné, ne laissant aucune équivoque quant au futur proche de la soirée. « Je n’ai nullement envie de boire, non. »  Répond-il tout de même, avant de s’éloigner d’un centimètre à peine pour défaire son partenaire de son tee-shirt et venir redécouvrir de sa bouche la peau laiteuse de l’occidental. Il profite de ce moment pour laisser ses doigts glisser sur le torse du brun et surtout, il en profite pour réfléchir à une vitesse affolante à l’endroit où il compte guider Blue. Sera-ce la cuisine ? Sera-ce le salon ? Bien que guider l’infirmier vers le comptoir de la cuisine le tente plus qu’il ne le faudrait, le cadet se décide pour le canapé du salon, qui ira parfaitement dans une première mesure.

Avant une quelconque nouvelle décision, Beanie recule à nouveau et retire son large pull blanc afin de se retrouver sur un pied d'égalité. Afin aussi d'abaisser sa température corporelle qui ne cesse d'augmenter. Ensuite, le barman se saisit à son tour des cuisses de son partenaire, le gardant un instant contre le mur en plongeant dans un énième baiser, puis il profite de cet échange pour marcher jusqu’au canapé, ce qu’il parvient à faire miraculeusement sans trébucher. Lentement, il dépose Blue sur le sofa et prends naturellement place au-dessus de lui, se glissant entre ses jambes. Sous ses doigts, il redécouvre le torse marqué de l’aîné. Ses marques qui sont si douloureuses, honteuses même pour Blue et qui pourtant ne dérange pas Beanie le moins du monde.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Dim 18 Juin - 8:30

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Dim 18 Juin - 19:48


Knock Knock

Bleuet & Beanie

Beanie ne s’étonne pas de la réponse de Bleuet, il faut dire que le brun commence à le connaître, du moins à reconnaître dans ses actions présentes le fantôme de ses actions passées. Non pas que tout se produise à l’identique, mais l’envie et le désir qui régentent désormais les gestes du barman sont similaires, sinon accrues. Ce pourquoi Beanie ne perd pas plus de temps avant d’installer son partenaire sur le canapé et presser à nouveau leurs corps ensemble. Il ne se lasse pas de ce contact, du parfum de Blue qui envahie ses sens lorsqu’il s’immisce contre son nez, de la chaleur de ses mains qui se posent sur son dos et de la dextérité de ses doigts qui viennent défaire le pantalon devenu superflu. « Pressé, hm ? »  Murmure chaudement Beanie en venant mordiller le cou de son amant, toujours taquin, tant qu’il se contrôle un minimum.

En vérité, l’asiatique n’a de hâte que de se retrouver nu, de pouvoir se mouvoir sans gêne aucune, d’enfin partager la chaleur incandescente de son être. Bleuet frissonne, il se cambre contre le corps tendu de son cadet, il laisse sa cuisse réduire une distance déjà presque invisible. C’est ce moment que choisit Beanie pour glisser sa main gauche sous le creux que forme le dos de son amant et qu’il l’attire à nouveau tout contre lui pour partager un énième baiser. Lorsque leurs lèvres se séparent, le souffle du barman est saccadé et l’on ne peut plus lire dans ses yeux qu’envie et luxure. Il est rare que Beanie s’abandonne au plaisir, mais avec Bleuet tout est si facile. Avec Bleuet, il n’a pas besoin de réfléchir sans cesse, l’aîné parvient sans mal à capter son attention et à la garder.

Bien que le plus jeune n’ait aucune envie de quitter l’étreinte brûlante, il se recule, aussi peu qu’il le puisse, pour tenter de se défaire de son pantalon qu’il enverra bientôt au sol. Profitant de cette position reculée, Beanie observe son partenaire d’un point de vue plus dominant, il sourit, puis il laisse ses doigts glisser le long du torse blanc, glissant finalement ses index de chaque côté du short de son hôte pour le laisser glisser sur les jambes pâles avant de le jeter un peu plus loin, peu lui importe où il atterrira.

Comme un aimant attiré vers le corps dénudé de l’infirmier, Beanie se penche pour venir déposer de brûlants baisers sur le torse de Blue, commençant près de son nombril et remontant ensuite lentement jusqu’à pouvoir mordiller son cou à nouveau. Sa main a quitté le creux des reins du brun lorsqu’il s’est redressé mais elle a trouvé logis sur sa cuisse relevée. S’il s’écoutait, Beanie se laisserait perdre pieds mais tout serait trop vite terminé et ce n’est pas ce dont il a envie. Ce soir, il sait qu’il peut faire passer un bon moment à son amant, un moment où celui-ci ne pourra pas penser aux douleurs de son passé. Cependant, le cadet ne souhaite pas que Blue ne se souvienne que de cet aspect-là, alors il va prendre son temps, il va le faire languir avant de le laisser profiter.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bleuet
only serving myself
messages : 59

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Lun 19 Juin - 15:57

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Beanie
church of second chance
messages : 85

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   Mar 27 Juin - 6:38



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]   

Toc, toc. It is the hour to have a drink. [Bluenie.]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darkest Hour
» SMOG the 13th hour
» [Résolu] Finest Hour + Hero of Bladehold
» Problème darkest hour et mod 33
» Socom H-Hour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum