RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 
voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Carmélo
the royal cobras
messages : 1005

MessageSujet: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Ven 9 Juin - 23:08


IN A MARMALADE SKIES, LOOK FOR A MAN WITH THE SEA IN HIS EYES.

Au cœur d'insomnies qui sèment la zizanie dans un esprit en plein conflit entre instinct de survie et tendre peur indéfinie, le brun parcourt sa vie comme il parcourt le ciel en feu béni et banni. L'aube mangent ses pas dans des lueurs d'opales, aussi pâles que le fin visage de cette fille peu sage qu'il a immortalisé du bout de son objectif nocif, dans les bras de cette nuit intrusive et possessive. Cette candide beauté à la face sordide lui a glacé le sang de façon limpide. Il y repense à la vue de ces nuages cotonneux qui encombrent l'horizon blême qui similaire à la petite fleur, la chrysanthème restent d'une pureté navrante. Ce décor lui inspire un dessin, une emprunte sur son carnet sauf qu'il ne peut pas. La veille, il a été son carnet vermeil à merveilles. Il sait où il se trouve, du moins il le croit. C'est sans doute à cause de son absence qu'il n'a pas pu trouver quelconque somnolence. Il a rôdé, échafauder tout un tas de plan pour le récupérer mais il n'était pas dans le café. Quelqu'un l'avait. Il en était certain. Et quand sur les premières lueurs du matin, il pénétra dans le café, sans rien dans les mains, il se dirige vers le coin de la pièce pour attendre. Il ne peut prétendre qui est le connard ou la connasse qui lui a volé son carnet aux couleurs vivaces mais il n'avait pas l'intention de partir avant de savoir et de voir de ses propres yeux le pillard. 

EXORDIUM.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jaxen
the royal cobras
messages : 366

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Sam 10 Juin - 13:47

Tant de choses occupent tes pensées. Des choses qui te bouleversent, qui emprisonnent ton esprit dans un tourbillon d'émotions. Tu as une soeur. Où est-elle? Qu'ont-ils fait d'elle, alors que tu te retrouves ici, tout seul? Tes nuits d'insomnie persistent et tu as envie de tout défoncer, de tout détruire, dans l'espoir de n'obtenir qu'une seule nuit de sommeil. Un sommeil réparateur, un sommeil qui te fera enfin oublier tous tes malheurs: ce douloureux souvenir, tes jointures en sang qui te rappellent le visage de Laugh et qui te font réaliser quel genre de monstre tu es. Puis, comme si ce n'était pas assez, il y a ce livre remplis de dessins d'une beauté incroyable, d'une finesse et d'une précision qui t'impressionnent. Si ce n'étaient que des oeuvres d'art dignes des plus grands artistes de ce monde, ce serait simple. Mais il y avait ces tracés... ces dessins perturbants, choquants. Tu sais à qui appartenait ce carnet. Pas l'identité exacte de l'artiste, mais tu étais en mesure de mettre un visage bien précis sur celui qui traçait tes propres traits parmi les feuilles de ce cahier. Bien décidé à mettre les points sur les i et à découvrir quel genre de freak-pervers dessinait autant de fois ta personne, tu erras aux petites heures du matin autour du café où l'artiste avait l'habitude de s'installer, souvent aux mêmes moments que toi. Il ne te fallu pas attendre bien longtemps avant de tomber sur le suspect. Ni une ni deux, tes pas te menèrent en direction du jeune homme, tatoué de la tête aux pieds. Bien que tu ne le connaisses aucunement, ta tête t'invite à prendre place sur la chaise en face de l'artiste, ce que tu fais sans même hésiter. Dissimulant le carnet dans un sac que tu traînais, tu n'attendis pas pour l'affronter, sans pour autant l'accuser tout de suite: «Est-ce qu'on se connaît, par hasard?»
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Carmélo
the royal cobras
messages : 1005

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Dim 11 Juin - 0:10


IN A MARMALADE SKIES, LOOK FOR A MAN WITH THE SEA IN HIS EYES.

Ses doigts pianotent, fricotent avec une réalité trop sotte qui lui picotent et lui grignote la rétine comme une crétine à la face mutine. Il ne supporte pas de voir tout ce quotidien rasoir qui nécessite tant de défouloir. Les gens, ces fourmis dans le déni qui pataugent dans le vomi de la vie, de ces souvenirs amoindris, amincis par un poids que personne ne voit. Il est écœuré de constater qu'ils se succèdent tous et qu'il se démènent pour oublier la gangrène qui les bouffe. Mélo éprouve ce besoin de s'évader, ce besoin de dessiner, de s'enraciner dans un monde épineux bordé de traits charbonneux, tracé d'un fusain ténébreux. Ouais, il a besoin de fuir, de se bannir de cet univers pour ne plus avaler de travers la gorgée que ses souvenirs oubliés veut lui faire passer. Il a toujours pas gober pourtant. C'est comme une cuillère d'huile de foie de morue que cette vie essaye de t'enfoncer droit dans le fessier mais c'est pas la bonne porte qu'elle emprunte et elle t'encule avec tout son dédain. Des mois qu'il est là et il voit aujourd'hui ce monde a comme horreur à lui cracher à la gueule. Alors il se met à tripoter ses cicatrices. Putain, qu'il a besoin de ses pages détentrices d'une joie salvatrice.

C'est à peine s'il perçoit l'homme qui vient prendre place en face de lui, pourtant il est colossal ce colosse mais son regard ne s'amorce que pour ce que les gens détiennent, tiennent entre leurs mains tièdes. Finalement les prunelles céruléennes sont attirées par le bel homme qui s'est installé en face de lui lorsqu'il lui pose cette question abrupte, cette question de brute qui ne se creuse pas la flûte pour trouver une autre approche que celle-là. Mais durant un long moment, plus que déterminant, il jauge son vis-à-vis. Si au début c'est pour savoir s'il allait l'envoyer se faire voir ou pas, son regard finit par se perdre sur les traits viriles qui forment ce visage. Bien sûr, il l'a reconnu, il ne lui est pas méconnu mais plus que de se demander ce qu'il peut bien fabriquer en face de lui, l'artiste le contemple de son oeil critique et il tique. Sa mâchoire, il ne l'a pas bien reproduite, chaque fois qu'il a tenté de l'immortaliser. Et puis finalement, il marmonne, plus pour paraître un peu normal que pour formuler une réelle réponse : ❝ Ça, c'est vraiment une phrase de drague pourrie. Avec ou sans souvenirs, c'est pas excusable. ❞

EXORDIUM.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jaxen
the royal cobras
messages : 366

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Mer 21 Juin - 11:29

Des choses étranges, il s'en passe tous les jours à Varakes. Comment déceler la vérité au travers de l'anormalité? Comment percevoir la normalité parmi les mensonges perpétuellement proférés? Quotidiennement, on nourrit une imagination qui a pris vie entre les quatre murs blancs d'une pouponnière pour nouveaux-nés pas si nouveaux, suite à la perte de souvenirs qui ne s'explique autrement que par des questionnements. Jamais de réponses, seulement des questions. Des questions aux réponses vides, futiles, insignifiantes. À Varakes, il s'en passe des choses étranges. Et de te retrouver parmi les  pages d'un carnet, tracé à l'encre ou à la mine, fait partie de ces choses étranges qui font de ton quotidien un moment de découverte et de stupéfaction continuelle.

Tel un expert de jeux, ta poker face ne laisse percevoir à ton adversaire aucune émotion qui pourrait te trahir sur les intentions définies de ton errance à cette table, devant cet inconnu aux traits méconnus, mais pourtant pas tout à fait inconnus. En rompant le silence, tu te jettes directement dans la gueule du loup, incertain de la réaction que ta découverte pourrait provoquer. T'immiscer dans l'intimité de ce drôle de personnage, ce mystérieux mâle recouvert de dessins corporels, te paraît plutôt direct et grossier, mais ce n'est que suite logique qui s'ensuit. Après tout, c'est bien cet étranger qui se croit tout permis. Quelle insolence que de prendre possession de tes traits pour en faire ce qu'il en veut, dans le silence le plus total. Si tes souvenirs ne t'appartenaient déjà plus, alors maintenant plus même ton corps ne devrait être tien? Croyais-tu qu'il serait si simple d'obtenir des réponses à cette imposture? Tu te trompais royalement. ❝ Ça, c'est vraiment une phrase de drague pourrie. Avec ou sans souvenirs, c'est pas excusable. ❞ Dépourvu, un évident manque de vocabulaire semble être le meilleur moyen pour prendre la parole et tenter de paraître le plus sérieux possible. C'est peine perdue. «Mais... quoi?! C'est pas de la.. de la drague. Quoi?» Quel manque de professionnalisme, si on peut l'appeler ainsi. Fier, tu finis par te reprendre, en déposant férocement et un peu sèchement le carnet coupable, sur la table entre vos deux personnages. «Je suis là pour ça.»
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Carmélo
the royal cobras
messages : 1005

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Lun 26 Juin - 23:49


IN A MARMALADE SKIES, LOOK FOR A MAN WITH THE SEA IN HIS EYES.

Ses yeux malades se baladent, entament les formes du visage de son vis-à-vis à l'air ahuri. Il ne le regarde pas pour l'envisager, il ne dévisage pas pour le mettre quelque part entre ses draps. Sa beauté est juste singulière, peut-être éphémère mais il s'est chargé de la mette en lumière pour que plus personne ne l'oblitère. Parler avec quelques tracées réguliers, c'est le seul langage qu'il connaît. Ce qu'il vient de lâcher n'a aucune importance, aucune vraisemblance. Sa voix traînante n'est que la seule forme de sociabilité, de normalité qu'il a gratter depuis qu'il est réveillé. Il a formé des mots déformés par ce qui semble être une langue comprise et malapprise par ces chiens galeux, cette bande de merdeux qui ne comprennent que le sexe et la drogue comme s'il s'agissait là d'un dogme. Il est bien mal-placé pour juger, monstre en proie à la violence, à la dissonance, à la désespérance. Pourtant, il n'a jamais parlé la même langue. C'est pas une différence de pays, c'est divergence de monde.

Des échos graves attirent son attention aux milles nuages et il baisse les yeux vers les lèvres du colosse pour y voir les mots se former. Des mots confus, des mots qui refusent de franchir la barrière de ses bouts de chairs rosés. Un sourire lui échappe et choppe une chose de la réalité qu'il ne s'attendait pas à croiser. Ce type n'est visiblement pas à l'aise avec ce que Mélo peut sous-entendre. Cette sexualité différente qui sort des codes avec tellement d'impudence. Mélo l'assume. C'est pas ce qu'il y a de plus important de cette géhenne à la gangrène éternelle mais il est ce qu'il est. Il est ce qu'il hait. Pas le choix, plus tellement d'effroi. Il est l'idiot qui s'appelle Radek, le fils d'une péripatéticienne, le rejeton de la violence qui fait des siennes. Dans ces circonstances, il assume sans rancune. Quand le blond brandit une arme qu'il ne devrait pas avoir en sa possession, la mine de Mélo se gâte, s'assombrit. Son avant-bras tatoué claque, s'éclate contre la table à la robe écarlate et ses doigts tâtent vers le carnet tant recherché. Les yeux de Mélo se plissent et sa colère pisse sur sa patience. Ses doigts se referment sur le carnet tandis que sa voix ferme s'élève.❝ T'es là pour ça. ❞ Il répète ses propos, pas certain d'avoir compris. Le blond semble lui demander des comptes mais quand il y pense ne serait-ce qu'une seconde, il trouve ça con. C'est lui qui se ramène avec ce qu'il lui a voler et il prend ce ton avec lui ? Encore une fois, le tatoué est tellement mal placé pour s'aventurer sur ce terrain. Lui qui vole, qui dérobe non seulement pour donner aux plus nécessiteux mais en plus pour se soigner ou juste par simple réflexe. Il est loin d'adopter le principe fondamental du ne fait jamais aux autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse. De ce côté, il est culotté. Il a horreur qu'on lui vole ce qui est à lui et plus particulièrement ses mondes aussi immonde soit-ils. ❝ Et ça, c'est à moi. T'es au courant ? ❞

EXORDIUM.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jaxen
the royal cobras
messages : 366

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Jeu 6 Juil - 21:28

❝ T'es là pour ça. ❞ Ça lui semble si insignifiant venant de l'inconnu que de répéter les paroles qu'il a lui-même prononcées. Oui, Jaxen est là pour ça. Il est là pour questionner, interroger, pour jouer les enquêteurs. Il aurait dû consulter Valeska pour lui demander trucs et conseils sur la façon de soutirer l'information des suspects. Trop tard, maintenant qu'il est en fâcheuse situation. Le trentenaire a vu changer la lueur dans les yeux du coupable. Tantôt douce et joueuse, cette même lueur est maintenant diabolique, colérique. Il aurait dû prendre peur et tout de suite s'excuser, se lever et disparaître. Plus jamais il ne serait revenu ici, par peur de croiser l'inconnu aux drôles de manies. Aux talents inévitables en dessin, mais aux tendances quelque peu effrontées de stalker des inconnus. Tel que Jaxen. «Je suis là pour ça...» Et il le répète encore, et encore. Ça lui paraît ridicule, c'est insensé. À voir la scène de l'extérieur, il s'agit d'une situation aux allures bien banales. De l'intérieur, ça chauffe. Ça surchauffe. Tel un ordinateur qu'on fait fonctionner trop longtemps. Et pourtant, ça ne dure que depuis quelques minutes. Il y a une tension palpable, tension qui ne se sentait que d'un sens tout à l'heure. Tendu par l'incompréhension et la curiosité et aussi le regret et la honte d'être tombé sur lui. Non, sur une - plusieurs représentations de lui. Ce n'était pas de ses oignons, que de fouiller l'intimité artistique d'un parfait inconnu et d'avoir l'audace de l'interroger sur tout ça. ❝ Et ça, c'est à moi. T'es au courant ? ❞ Une main chacune, appartement à chacun des acteurs de cette drôle de scène, est posée sur le carnet coupable. Et hors de question que l'un d'eux ne lâche. Qui tirera le plus fort? Rien ne se joue pourtant, puisque les deux silhouettes demeurent parfaitement immobiles, à se jauger du regard, l'un curieux, l'autre enragé. «C'est bien pour ça que j'suis ici. Alors tu peux t'calmer.» Logique, non? Peut-être manque-t-il de raisonnement, de cohérence. Il finit par céder le premier et retire sa main pour la passer dans sa crinière plus ou moins longue. Il serait dû pour une petite coupe, un d'ces jours. «Pourquoi est-ce que j'me retrouve dans ces pages?» Peut-être se connaissaient-ils. Peut-être cet inconnu mystérieux était-il un figurant de son ancienne vie, cette vie perdue et oubliée. Peut-être savait-il qui il était, lui. Un peu de paranoïa dans sa tête de trentenaire en souffrance, et il se perd bien vite dans les questionnements sans réponse qu'il en oublie presque son interlocuteur.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I.R.F
mister see everything
messages : 324

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   Mer 19 Juil - 16:27

UN SOUVENIR DE CARMÉLO
Chaque jour tu passes devant l’énorme muraille et chaque jour, tu t’efforces de ne pas la regarder plus que nécessaire. C’est une horreur. Si quelqu’un te demandais, tu dirais qu’elle est parfaitement en accord avec cette terrible ville où tu dois maintenant vivre. La vérité est que tu ne t’y fais pas. Pour toi, chaque journée n’est qu’une pale imitation de la veille. Dire que tu n’y es pas heureux serait un triste euphémisme vu l’état dans lequel tu te trouves depuis ton arrivée dans cette maudite ville. Partir n’est pourtant pas une option, tu le sais, t’es coincé, pour le meilleur ou pour le pire. Alors tu endures et tu vois dans cette muraille une représentation de ta situation. Peut-être pour ça qu’elle t’est aussi insupportable au fond.
Les mains dans les poches et le regard baissé, tu passes une nouvelle fois devant au retour de ton travail. Peut-être est-ce ta journée de merde qui te pousse à agir cette fois. Tu ne sais même pas ce qui te prend. Comme si corriger cette horreur améliorerait ta vie ici. Tu n’y penses pas davantage, sortant de ton sac cette bombe rouge que tu traines avec toi depuis le temps. Tu t’oeuvres donc à pallier aux défauts de l’horreur. Le temps passe et les gens te dévisagent sur le passage. Tu ne t’en préoccupes pas. Au diable ce qu’ils peuvent bien penser, tu rends une fière chandelle à cette ville (ou à toi-même). Cette muraille n’est peut-être pas aussi détestable aux yeux des autres habitants qu’elle ne l’est pour toi, mais en la recouvrant de rouge, tu as l’impression de retrouver ta liberté. Puis, au-delà de cette vague sensation, c’est aussi un projet que tu te découvres. Une chance de tourner la roue de l’horreur qu’est ta vie ici.  



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN   

voleur en papier, violeur de mondes biaisés | JAXEN
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensées Philosophiques d'un Voleur...
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» ogrion: voleur: refusé A LIRE C UN COLLECTOR
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]
» Freezen - voleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum