RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 
ft.dewei // just keep your eyes peeled

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mercure
only serving myself
messages : 45

MessageSujet: ft.dewei // just keep your eyes peeled   Mar 6 Juin - 17:59



just keep your eyes peeled
EXORDIUM.
Dans l'état actuel des choses, ça sonne comme une idée de con. La lumière de l'extérieur traverse les stores, le dos de la main sur le front, le regard fixé sur le plafond, et le goût amer de la soirée un peu arrosée d'hier. Pas trop non. Juste assez pour que les langues se délient, les regards s'affrontent, et que sur le ton d'une plaisanterie, l'idée surgisse. J'm'attendais pas à ça. Juste pas. Juste, je m'attendais à ce regard un peu consterné, un petit rire mal à l'aise, et un détournement de conversation dans les règles. Mais non, son regard avait percuté le mien, un petit rire pour la forme, mais la réponse différente. Un « Ok », presque glaçant et à la fois grisant m'avait percutée en pleine face. Est-ce que je regrettais ? Non. Est-ce que j'allais annuler ? Certainement pas. Mais je n'étais pas certaine de le retrouver vraiment, en bas de l'immeuble où nous habitions tous deux. Alors je passais mes deux mains sur mon visage, le cachant un instant en inspirant profondément. Et puis ce sentiment qui s'attachait à mon ventre. Cette excitation sourde. L'interdit. Grisant. Je luttais encore en moi-même contre la Mercure anarchiste que j'avais du être dans une autre vie. Mais je le savais. Je n'aurais qu'à effleurer mon appareil photo des mains pour oublier complètement la personne raisonnable que j'étais censée être devenue. En vrai, dans le fond, je le savais. Je savais au fond de moi que ce que je craignais le plus c'était son absence. Parce qu'il avait animé la flamme en moi, à présent, je n'aurais pas su l'éteindre, il fallait que je la consume jusqu'au bout, avec ou sans lui. Mais sans, je ne donnais pas cher de ma peau.

Levée, étirée, et finalement habillée. Heureusement, ma garde-robe était visiblement équipée pour ce genre d'escapade. Il était parfois compliqué pour moi de fouiller dans mes propres armoires, j'avais peur des secrets qui s'y cachaient, le plus régulièrement j'évitais les recoins les plus reculés de mon propre appartement dans lequel je me sentais vivre comme une étrangère. Prendre l'air. Dans tous les cas. J'étouffe. Appareil autour du coup, un petit format, de qualité mais facile à transporter. Cheveux attachés, lunettes de soleil accrochées dans le décolleté de mon débardeur, sac à dos remplis du nécessaire de survie. Prête. Et vraiment trop excitée pour que cela soit sain pour ma personne.

Dewei m'attendait, dans toute sa perfection chevaleresque, en bas de l'immeuble. Un sourire échangé, un truc du genre qui veut dire merci sans les mots, parce que c'est difficile parfois de parler. Et puis ça a paru presque normal, de prendre la route l'un avec l'autre, de partager quelques blagues sans aucun rapport, de discuter de tout et rien sauf lorsqu'on évoquait le chemin. Jusqu'à l'extérieur de la ville, les maisons s'espaçant, j'avais presque l'impression que l'air se raréfiait également. Des tas de rumeurs tournaient autour de ces endroits, et presque aucune n'étaient réellement fondée, j'en étais sûre. A part le risque, énorme, terrifiant, et putain d'excitant. La chaleur était pesante, laissant une file pellicule de transpiration sur ma peau. Les paysages changeaient aussi, je m'arrêtais parfois prenant quelques clichés. Et puis un genre de silence s'était installé. Guettant le moindre bruit, jusqu'à ce que l'on parvienne à cet endroit.

Un genre de falaise laissait supposer l'existence d'une caverne, mon ventre fourmillait d'excitation, telle une enfant le matin de Noël. La situation semblait périlleuse, mais le danger semblait donner les bourdonnement qui m'empêchaient de penser et me forçaient à agir. Malgré moi, et en silence, je ne pus m'empêcher de sonder les pensées de Dewei à mes côtés, évaluant les limites de son courage et de son sens de l'aventure. « T'as vu la caverne, là-bas ? Tu crois que c'est la fameuse Caverne d'Agathe ?» avais-je donc dit, indiquant l'endroit du menton, ne pouvant m'empêcher de m'émerveiller de toute cette eau, des vagues, de l'air et de l'ambiance qui nous encerclait. « Tu crois qu'il y a moyen d'y accéder ? » Une manière détournée pour ne pas hurler que je mourrais d'envie de tenter l'expérience.




Invité
Invité

MessageSujet: Re: ft.dewei // just keep your eyes peeled   Jeu 8 Juin - 14:10

just keep your eyes peeled
EXORDIUM.
T’as la gorge plus sèche que le désert. C’est la première chose que tu penses en te réveillant en cette belle matinée. La place dans le lit à tes côtés déjà froide te donne une vague indication du temps puisque ta femme a déjà quitté le nid depuis un moment… ou peut-être n’y est-elle tout simplement pas revenue pour la nuit. Tu ne sais pas vraiment, les deux possibilités aussi plausibles l’une que l’autre. Un soupire d’effort quitte tes lèvres alors que tu te forces à quitter le confort de tes draps. T’as bu pas mal la vieille, mais ça fait partie du job. C’est un peu ton quotidien de te lever avec une gueule de bois, alors ton corps se mets en marche automatique.  Tes pieds t’emmènent jusqu’à la salle de bain où tu disparais dans la douche pendant une bonne demi-heure à laisser l’eau nettoyer tes conneries de la veille. Tu sais que t’as fait quelque chose d’encore plus con qu’à l’habitude et c’est peu dire parce que tu fais des conneries impossibles tous les jours. Mais cette connerie, elle te donne la vie ce matin, elle te donne l’énergie requise pour compléter ta routine plus rapidement qu’à l’habitude. Oui, t’as cette excitation au ventre et elle semble grandir au fil des minutes. Tu sors de la douche et t’éponge rapidement avec une serviette avant d’aller t’habiller. Nu comme un vers, t’es bien heureux d’avoir le studio pour toi tout seul. Une autre raison qui te rend heureux de l’absence de Phee : le fait que t’aies promis à une autre blonde de l’accompagner en dehors de la ville. Une idée complètement débile qu’elle aurait surement tenté de sortir de ton esprit. C’était tout à fait sensé, mais ton âme entière trépignait d’impatience à découvrir ce qui se cachait à l’orée de la ville. Peut-être que tu avais inconsciemment enterrée cette idée dangereuse, mais lorsque la proposition avait franchi les lèvres de Mercure, c’était comme si tu avais attendu qu’on te fasse cette demande toute ta vie.

À peine quelques minutes plus tard que tu te retrouves devant le porche de votre immeuble, vêtu et équipé pour une aventure. Tu ne sais pas ce qui vous attends, mais tu penses t’être préparer à toutes éventualités. Enfin, là était tout l’intérêt d’une telle sortie : voir, découvrir le vrai du mythe, sortir de la routine. C’est con, mais c’est qu’à ce moment que la peur te prend au ventre. T’es seul devant votre immeuble et rien ne te dit qu’elle sera là. Vous avez pas signer de contrats, y’a eu qu’un vague accord entre deux êtres en condition d’ébriété. Ce serait tout à fait possible qu’elle ait changé d’idée… et en y repensant bien, tu serais pas déçu d’elle, tu serais déçu de la chance perdue, mais c’était ce que quiconque sain d’esprit aurait décidé. Le bruit de la porte qui ouvre coupe court à ces pensées décourageantes pour laisser un sourire soulagé et amusé prendre place sur tes lèvres. Il faut croire que l’un comme l’autre avait certains neurones manquants.

Les prochaines minutes, voir heures, sont insupportables. Les banalités du début s’estompant au fur et à mesure que vous laissez le décor urbain derrière.  Le silence s’installe finalement entre vous deux alors que vous êtes concentrés à ne pas laisser la chaleur vous abattre. La fatigue semble disparaître magiquement lorsque la blonde attire ton attention vers un trou sous l’eau. Tu plisses les yeux contre le soleil, t’approchant du bord de la falaise comme un inconscient afin d’essayer de mieux y voir. C’est dans ces moments que tu es légèrement jaloux des dauthus. « J’en sais rien… mais y’a qu’une façon de savoir. » que tu lances avec le sourire d’un mec qui va faire quelque chose de stupide. Avec sa question, tes lèvres ne font que s’étirer d’avantage, et sans le moindre avertissement, tu sautes dans le vide. C’est peut-être la chaleur et l’effort qui ont fait fondre ton cerveau, mais tu ne peux t’empêcher de pousser un cri de plaisir alors que tu sembles suspendu dans les airs un moment, avant de redescendre vers les vagues. Le froid est saisissant, mais aussi rafraichissant quand ton corps disparait sous le bleu de l’eau. « Come on! » que tu cris lorsque ton visage sort de l’eau.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mercure
only serving myself
messages : 45

MessageSujet: Re: ft.dewei // just keep your eyes peeled   Dim 11 Juin - 15:43

just keep your eyes peeled
EXORDIUM.
Cette brise si salvatrice en cet instant, ce doux courant d'air venant ménager nos corps écrasés par la chaleur plombante. Dewei s'était approché du rebord, forçant mon estomac à se tordre un peu plus. Ce sentiment si fort, si intense, si puissant, si grand. Ce n'était pas de la peur, non, comme depuis le début de cette histoire, ce n'était que de l'excitation. Pendant de courts instants lors de notre promenade, j'avais craint qu'il fut vraiment là juste pour me rendre service, mais plus les minutes passaient, plus je sentais sévir en lui la même ferveur, la même curiosité impatiente. A des moments je me demandais quelle folie s'était emparée de nous, et pourquoi nous éprouvions ce si fort désir d'aventure, aussi dangereuse pouvait-elle s'annoncer. «  J'en sais rien... Mais y'a qu'une seule façon de le savoir  » avait-il répondu avec un sourire qui ne disait rien qui vaille mais arracha à mon visage la même réaction. Puis le temps qui se suspend, la peur qui m'éprend un court instant quand je le vois quitter la terre ferme pour s'envoler et s'échouer ensuite.

Une seconde me suffit pour arriver à l'exact endroit où il avait lâché le sol, regardant en bas, m'attendant à avoir le vertige. Ce qui n'est pas le cas. Je ne vois que son corps plonger précédé d'un cri aucunement apeuré, juste exalté. J'éclate de rire quand je le vois rejoindre la surface, et lève les yeux au ciel, lui criant. « T'es un sacré malade, mon gars ! » le rire, l'enthousiasme, et un sentiment fou de liberté qui me saisit et me ferait presque défaillir. « Come on ! » me répond-t-il, et l'envie est réellement forte en moi. Je pense soudain à mon appareil photo avant de me souvenir que j'ai apporté le nécessaire, comme portée par un instinct, visiblement habituée aux escapades, je me souviens avoir emmené une pochette protectrice dans mon sac à dos. Je retire celui-ci de mes épaules et emballe l'appareil dans sa protection, avant de l'emballer bien correctement pour le protéger dans mon sac que je ramène à mon dos.

Je regarde à nouveau en bas, si proche du bord de la falaise, je perds mon élan, le souffle coupé, prise d'un vertige. Est-ce que je sais seulement nager? Inconsciemment, je recule d'un ou deux pas, prise d'une hésitation que je sais ne pas me ressembler. Je le regarder là en bas et je ne sais pas. Un légère brise dans mon dos qui me fait frissonner. Et une stupide appréhension.



Invité
Invité

MessageSujet: Re: ft.dewei // just keep your eyes peeled   Lun 26 Juin - 11:55

just keep your eyes peeled
EXORDIUM.
Son visage reflétant l’expression sur le tien est la dernière chose que tu vois avant de quitter le sol. La chute est rapide, et lente à la fois. L’adrénaline pompe dans tes veines, et t’as l’impression de tout voir de là-haut. T’as l’impression d’avoir trouvé ce qui te manquait depuis ton arrivée à Varakes. Tu t’es jamais senti aussi vivant qu’en cet instant, tout comme tu n’as jamais été plus près de la mort. C’était idiot, c’était fou, mais ça te faisait tellement bien que tu t’en foutais des conséquences à ce moment précis. La gravité reprend le dessus et tu chutes. Ton cœur reste en suspension à l’apex de saut avant de revenir dans ta poitrine et un cri d’exaltation quitte tes lèvres. Et puis ta vue s’obscure, ton corps plonge dans l’eau froide. Ta tête ressort de la masse bleue et tu ne peux t’empêcher de rire comme un fou quand la voix de la blonde t’atteint. Peut-être qu’elle a raison, peut-être que t’es fou. Mais si c’est le cas, tu ne regrettes rien, la folie te fait sentir bien, elle te fait sentir vivant, et c’est tout ce qui importe n’est-ce pas ?

T’as peur qu’elle te rejoigne pas pendant un moment. Sa tignasse blonde disparait de ta vue et les secondes s’enchainent pour devenir incroyablement longues. C’est alors que t’entends un drôle de grondement, et des bulles éclatent autour de toi. Tu tournes en rond, à la recherche de la provenance du bruit, mais rien, il n’y a que de l’inertie de l’eau autour de toi. Un mauvais sentiment te prend alors qu’une alarme s’active dans ta tête. Tes mouvements se font frénétiques alors que tu nages aussi rapidement que possible vers la caverne, vers le sol. Tu es cependant ralenti par ton sac à dos et tes vêtements trempés. T’es si près et si loin du but à la fois… et tu sens quelque chose d’acéré te transpercer le mollet. Tu cris, la douleur te faisant voir des pois. T’essaies de te débattre, mais ta force n’est rien comparé à celle du monstre. Et il t’emmène vers les tréfonds, l’eau pénètre en toi et tu te noies dans un mélange d’eau et de sang. Ne laissant derrière qu’une tache d’eau rouge et un sac à dos flottant.


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ft.dewei // just keep your eyes peeled   

ft.dewei // just keep your eyes peeled
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Jeux signé Cat's Eyes ... pardon Capcom !
» [Traduction par Belisaria] Rocket Fuel★21 - My Monster with lovely green eyes!
» Traduction par Nivii Scarlet Devil Eyes
» What Linus Bruckman Sees When His Eyes Are Closed
» Golden eyes reloaded

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum