RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 
Already choking on my pride (ft.Ulli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Angie
only serving myself
messages : 39

MessageSujet: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Dim 20 Aoû - 13:46

Already choking on my pride
J’essuyais brièvement mes mains sur mon tablier et jetais un coup d’œil circulaire à la salle. Il y avait encore deux heures elle était presque totalement remplie. Etant la seule serveuse, j’avais du assurer l’intégralité du service moi-même. J’étais exténuée et je laissais tomber mon sourire faux habituel pour me laisser aller. Il me restait encore la plus part des tables à nettoyer et je n’en pouvais déjà plus rien que d’y penser. Je resserrais pourtant ma queue de chevale et me mis à chantonner un air entraînant pour me donner du courage. Ces tables devaient briller, je ne devais surtout pas risquer de perdre mon job. Il est vraie que serveuse n’était pas la chose la plus agréable ni la plus rémunérée du monde, mais je m’en contentais. Si je devais trouver un point positif à mon travail actuel, c’est que je pouvais entendre facilement les ragots de ce qu’il se passait dans la ville. J’avais cette sorte d’obsession de vouloir tout comprendre, tout analyser et tout savoir.
Je songeais à fermer le café un peu plus-tôt que prévu, persuadée que personne n’allait venir à une heure aussi avancée de la nuit, mais le destin en avait décidé autrement. J’entendis la cloche de l’entrée tintée, me signifiant que quelqu’un avait pénétré dans l’établissement. Je me retournais face à lui, un sourire rayonnant mais puant l’hypocrisie accroché au visage. Mais en voyant le client, je ne pus m’empêcher de perdre toutes traces de cette fausse joie qui m’avait habitée toute la journée. Je me mis à mordre ma lèvre furieusement et à jouer nerveusement avec mon médaillon. L’homme en face de moi ne m’était pas étrangé, mais je n’aurais aimé le croiser à nouveau pour rien au monde.

Je replongeais alors dans des souvenirs qui ne dataient que d’il y a quelques semaines. Je me souvenais bien m’être précipitée dans un bar et en être ressortie quelques heures après avoir bu tout ce que je pouvais. Inutile de préciser que je n’avais pas les idées claires. Il n’y avait presque plus personnes dans les rues, presque pas un bruit. Si je n’avais pas l’alcool joyeux j’aurais sûrement trouvé cette situation stressante au possible, mais je ne faisais que rire bruyamment. C’est dans ces conditions disons…particulières, que je l’avais rencontré. Enfin, rencontrer est un bien grand mot, je ne connais toujours pas son prénom. Il marchait et j’avais vue ses lèvres bougées alors que personne n’était autour. Je m’étais approchée avec ma discrétion habituelle à chaque fin de soirée et avait tendue ma tête vers lui pour essayer d’entendre ce qu’il disait. J'avais juste eu le temps de l'entendre légèrement chantonner, avant qu'il ne s'arrête(en même temps quand une cinglée colle presque sa tête à vous pendant la nuit en pleine rue sans prévenir, ça peut surprendre) et me fixait comme si j’étais une demeurée. Je l’avais assez mal pris et avait aussitôt froncé les sourcils et le nez tout en faisant ressortir ma lèvre supérieur, donnant à ma bouche un aire de bec de canard. Je fais toujours ça quand je boude. Mais deux minutes plus tard j’avais déjà arrêté à cause d’une petite pensée qui était apparue dans mon esprit : « il est pas mal du tout ! ».  Toujours avec ma grande délicatesse et mon tact légendaire dans ses moments là, je lui avais fait un clin d’œil avec un grand sourire. J’avais tenté de me rapprocher de lui et avait finit par appuyer un doigt sur son torse en lui lançant un très distingué « Hé on t’a déjà dit que t’étais beau toi ? », tout en chancelant dangereusement. Mais comme si ça ne suffisait pas de me ridiculiser de la sorte, il avait fallu qu’il me recale sèchement. Pour qui se prenait-il lui ? Il m’avait laissé là, à gueuler dans la rue mon mécontentement. J’avais bien mis une bonne demi-heure pour retrouver mon appartement et ça c’était totalement de sa faute ! S’il ne m’avait pas déconcentré puis abandonné sans état d’âme malgré mon état, rien de tout cela ne se serait passé. Ce n’est certainement pas à cause de tous ce que j’avais bu ni de mon attitude, n’importe quoi !

J’eus un peu de mal à reprendre contenance, mais je finis par réafficher un faible sourire. Je lui indiquais d’une voix un peu sèche la table la plus loin possible du comptoir où je restais, avant de lui apporter la carte. J’allais d’abord tenter de faire comme si de rien n’était, j’aviserais par la suite si lui aussi se rappelais de moi. J’attendis une dizaine de minutes avant de revenir vers lui et de lui demander d'une voix qui se voulait assurée : « Vous avez choisis ? »

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ulli
only serving myself
messages : 384

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Lun 21 Aoû - 12:42

Already choking on my pride
Le problème quand on était coincé dans une ville, c'était la forte probabilité de croiser à nouveau le chemin d'une personne qu'on ne voulait pas voir. Vu mon caractère, je n'étais pas apprécié par la majorité des habitants de Varakes. De ce fait, il était aussi plus facile pour moi d'ignorer les autres, et de ne pas passer pour un mec hautain. Ca faisait aussi partie des raisons pour laquelle j'allai dans un café ou dans un bar, à des heures où il y avait peu de chances d'y avoir du monde. Soit, ils étaient tous en boîte nuit pour aller draguer ou danser comme des fous furieux jusqu'à pas d'heure. Une activité que je n'aimais pas vraiment non plus, d'ailleurs. Je pouvais taper du pied au rythme de la musique, mais ça s'arrêtait là.
Après avoir fermé mon bureau et passer la fin d'après midi au port, tranquille avec mes amis les mouettes, j'étais repartis au centre ville. Heureux de ne pas croiser grand monde dans la rue avant d'entrer dans un café. Bon, mauvaise pioche. Quand je parlais de personne que je ne désirai pas croiser, il y en avait une juste devant moi. C'était en plus la serveuse.

Il ne s'était rien passé de grave, mais je préférai rester loin des gens qui me draguait. Encore plus quand ils étaient bourrés. C'était comme ça que j'avais rencontré cette fille. Alors que j'étais tranquillement en train de chantonner dans la rue pour rentrer chez moi, une jeune femme bien éméché c'était un peu trop approché de mon visage - et je pouvais aussi me rappeler de l'odeur abominable de l'alcool. Elle m'avait même touché le torse avec son sale doigt. Heureusement, il n'y avait eu aucun "contact" qui m'aurais permis de connaître en profondeur les pensées de la demoiselle à mon sujet. Je savais déjà que j'étais beau, elle n'avait rien inventé. Je l'avais rembarré sans douceur avant de reprendre mon chemin. Ses beuglements  m'avait suivi jusqu'à ce mes oreilles furent assez éloignés. Aigo, et voilà que je la recroisais. J'espérais qu'elle saurait se tenir dans son café. Je pouvais aussi aller ailleurs mais j'avais la flemme; et puis il n'y avait personne. J'allai donc m'asseoir à la table qu'elle m'avait gentiment indiqué, feuilletant par la suite la carte.

- J'espère que je ne gâche pas vos plans de beuverie


Déclarais je en ne levant même pas la tête pour la regarder.

- Je vais prendre un café et une part de tarte au citron

Je n'avais pas mangé depuis ce midi, j'avais donc un peu faim. Une petite envie de manger une pâtisserie. Ça serait suffisant pour tenir jusqu'à demain matin.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Angie
only serving myself
messages : 39

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Lun 21 Aoû - 18:04

Already choking on my pride
L’imbécile qui me servait de client était allé s’asseoir et s’était mis à feuilleter la carte. Je soufflais discrètement de soulagement, peut-être que j’avais plus de chance qu’il n’y paraissait et qu’il ne se souvenait bel et bien plus de moi, ou du moins qu’il ne m’avait pas reconnue comme l’ivrogne qu’il avait recalé. Mon répit fut cependant de courte durée puisqu’il me demanda comme si de rien n’était si il n’avait pas gâché mes plans de beuverie. Je manquais de m’étouffer à cette phrase. Si, il se souvenait définitivement de moi comme l’ivrogne qu’il avait recalé. Il n’avait même pas redressé la tête vers moi, comme si j’étais insignifiante. Ce qu’il pouvait se montrer hautain ! Je déteste les gens comme ça, ils m’horripilent. Je lui lançais un sourire plus que forcé (de toute façon il ne lèverait sûrement pas la tête pour le voir), bien que mes yeux brillaient de colère et de haine, avant de lui lancer : « Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler. Et de toute façon, je doute que ce à quoi j’occupe mes soirées vous intéresse » Je préférais nettement continuer à feindre l'ignorance, tentant de garder ma dignité autant que je le pouvais.
Je reprenais mon calme peu à peu et attendis simplement sa commande, commande qui ne tarda pas à venir. Je préparais le café et servit une tarte au citron avant de lui apporter sans perdre mon sourire « Et voilà monsieur ». Je devais rester professionnelle en toutes circonstances après tout. Je ne pus pourtant pas m’empêcher de jouer avec ma bague derrière mon dos. Je m’éloignais rapidement, retournant derrière le comptoir.
La salle n’était pas entièrement propre et je comptais bien fermer ce foutue café avant que quelqu’un d’autre que je n’avais pas envie de voir ne se décide à passer. Dès qu’il serait parti je fermerais la porte et me précipiterais dans un bar, comme à mon habitude. Rien que d’imaginer l’ambiance, les effluves et le gout de l’alcool me faisait presque frissonner de plaisir. Boire était bien la seule chose qui me permettait de lâcher prise, de laisser ma paranoïa derrière moi et de m’aider à m’endormir. Je n’étais pas trop fane des cachés qu’on me donnait à la pharmacie, j’en devenais presque dépendante. Alors quand j’avais pris conscience des bienfaits que l’alcool pouvait m’offrir, je m’étais jeté dedans à bras ouverts. Au début ce n’était que quelques verres quand je n’arrivais vraiment pas à dormir, puis ces quelques verres une fois de temps en temps se sont transformés en des sortis tous les weekends, et je finissais désormais à devoir presque m’y rendre tous les soirs. L’addiction s’installait peu à peu et je ne m’en souciais même pas.
Je frottais les tables restantes en chantonnant légèrement. J’en avais besoin de cette musique, ça m’occupait l’esprit et je n’étais pas prise subitement de pensées sombres. Je débarrassais quelques couverts, m’occupait des dernières tasses à mettre au lave-vaisselle, et rangeais les pâtisseries restantes, tout en en profitant pour prendre un macaron au passage.
Je reportais finalement mon attention sur le jeune homme que je ne pus m’empêcher de détailler. Même si mes souvenirs de cette nuit là n’étaient pas les plus claires que j’avais, l’image que j’avais de lui n’avait pas vraiment été déformée. Il m’attirait autant qu’il me donnait envie de lui briser la nuque, mais je ne montrais rien de tout ça sur mon visage. La colère est une émotion puissante et dévastatrice. Si je me laissais emporter, j’aurais vite fait de céder et de briser devant lui mon masque d’indifférence rehaussé d’un jolie sourire de politesse que je m’efforçais de garder depuis son entrée.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ulli
only serving myself
messages : 384

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Sam 26 Aoû - 10:21

Already choking on my pride
Évidemment, la serveuse avait nié notre rencontre. Le contraire m'aurait étonné. Il y avait peu de personnes qui assumait d'avoir été vu bourré. Min interlocutrice devait en faire partie, surtout qu'elle s'était fait rembarré aussi par moi. Il y avait aussi la probabilité qu'elle ne se souvienne de rien. L'alcool pouvait avoir ce genre de "miracle". Mais la fille avait raison, je me moquais bien de ce qu'elle faisait de ses soirées, sauf quand le résultat venait empiéter sur mon espace personnel.

- En effet

Rétorquais je avant de lui donner ma commande quelques secondes après. Comme le café était désert, hormis moi et la serveuse, il n'y avait personne. C'était silencieux et reposant. Après avoir passé la journée à écouter les besoins des clients pendant des heures et le bruit du centre ville, c'était le paradis ici. Et il n'y avait rien de tel qu'un bon café et un met délicieux pour accompagner ça. Etant tout de même bien élever, j'avais remercié sobrement la jeune femme.
Celle-ci était partie nettoyer les tables, et si elle le pouvait elle m'aurait surement mis dehors pour aller à ces fameuses soirées. Quel pauvre homme allait elle encore embêter ensuite ? Je soupirai tout en coupant un bout du gâteau avec la petite cuillère avant de le porter à ma bouche. Le goût délicieux me faisait sourire. Sourire que je perdais en croisant le regard de la serveuse qui me fixait. Je levais les yeux au ciel.

- On m'a déjà dit cent fois que j'étais beau, pas besoin de me regarder comme si j'étais un bout de viande

Lâchais je, surement de façon trop abrupte mais je n'étais pas du genre à tourner autour du pot. Encore moins concernant les gens qui se permettait de vouloir quelque chose que je ne leur donnerai jamais.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Angie
only serving myself
messages : 39

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Sam 26 Aoû - 17:49

Already choking on my pride
L’homme affirma ce que je pensais, il n’en avait rien à faire de ce que je faisais dans mon temps libre. Je n’en étais pas étonnée et encore moins vexée, au moins lui il l’admettait. Je savais pertinemment qu’avec la plus part des gens j’étais comme lui, à n’en avoir rien à cirer de leur vie, mais contrairement à lui je faisais mine de m’en soucier. C’était tellement plus simple en même temps. Je cachais mes sentiments alors qu’on s’ouvrait à moi. Je ne me mettais pas en danger et ont m’appréciait quand même. Je ne lui répondit rien, acquiesçant seulement avec la tête sans laisser quoi que ce soit filtré sur mon visage.

Alors que je nettoyais toujours après lui avoir apporté sa commande, je l’entendis soupiré. A quoi pouvait-il bien pensé pour soupirer ainsi ? Je reportais mon regard sur lui et le vis sourire. Tout de suite il semblait bien plus sympathique. Pourtant, son regard croisa rapidement le miens et toute trace d’une quelconque joie disparu de son visage. C’était presque trop beau pour être vrai.

La phrase qu’il me lança ensuite me fit crisser des dents. L’envie de lui briser la nuque était soudainement devenue plus forte que l’attirance que j’avais pour lui. Il ne pouvait vraiment pas s’empêcher de tout gâcher hein ? Qui pouvait donc bien être l’idiot qui a donné un corps aussi appréciable à une personne aussi détestable ? Il ne me semblait pas avoir un jour croisé de personnes aussi excentrique, ou alors je ne m’en souvenais pas. Et puis je ne le dévisageais pas comme un bout de viande !
Je serrais d’autant plus mes poings en tentant de me maîtriser comme je le pouvais. Mon sourire devint bien plus crispé et forcé sans que je ne puisse rien y faire, et mes yeux lui lançaient des éclairs. Je reprenais pourtant contenance du mieux que je le pu et rétorquais sur un ton exaspéré : « Tant mieux pour vous, la modestie n’a pas l’air de vous étouffez. Mais vous savez, ce n’est pas parce que les gens vous mentent pour ne pas briser votre petit cœur qu’il faut forcément y croire. » Sur ce je lui adressais un petit sourire mesquin et retournais à mes occupations et en priant pour qu’il quitte les lieux au plus vite. Ce ne serait certainement pas cet homme à l’égo surdimensionné et à la délicatesse d’un grizzly qui allait ruiner mes plans pour cette soirée qui s’annonçait pourtant géniale.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ulli
only serving myself
messages : 384

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Mer 30 Aoû - 15:13

Already choking on my pride
La plupart du temps je n'avais pas besoin d'utiliser mon pouvoir pour savoir ce que l'on pensait de moi. D'une part c'était souvent en mal, et lié à ma façon d'être. L'envie de me frapper ou de m'égorger - au choix. J'aspirai visiblement la violence chez mes interlocuteurs alors que je faisais tout pour éviter ce genre de choses. Se retrouver en plein milieu d'un champ de bataille, ce n'était pas pour moi. Ce qui était assez comique, vu le souvenir qui m'avait assailli l'autre jour et dont j'avais eu du mal à me remettre. A présent ça allait bien mieux et j'espérais ne pas en avoir un autre du même acabit. Ce n'était pas une scène à laquelle je pourrai m'habituer. Me disputer avec quelqu'un, par contre, c'était plus mon quotidien, même aujourd'hui.

La serveuse pouvait bien m'envoyer toutes les mauvaises ondes du monde, ça me passait au dessus. J'en avais rien à faire - tout comme ses projets pour la nuit. J'étais en fait tout simplement curieux de savoir pourquoi une personne se mettait dans un tel état. Il m'arrivait aussi de boire mais jamais jusqu'à être bourré. Simplement une bière ou deux pour me désaltérer et penser à autre chose qu'à cette nouvelle vie merdique. Et les habitants que j'étais obligé de supporter surtout. Leur mesquinerie et leur méchanceté gratuite. Bien qu'il en fallait beaucoup plus que les paroles de mon interlocutrice pour me blesser. Elle était tout simplement jalouse parce qu'on ne lui avait jamais dit qu'elle était belle. Qu'est ce que les femmes pouvaient être stupides...

- Vous savez je ne passe pas mon temps dans la rue à demander aux gens si ils me trouvent beau, on me le dit comme ça, sobre ou saoul. La modestie n'a donc rien à voir dans cette affaire, c'est simplement un fait.


Expliquais je comme si je m'adressai à une enfant de huit ans. Il fallait tout dire ici, c'était fatiguant. Je soupirai à nouveau, touillant machinalement mon café avec la cuillère. Je repensais à la mer, aux bateaux. Je n'étais pas un elfe mais l'océan m'appelait. J'avais même sympathiser avec les mouettes, en échange de miettes de pains bien entendu.

- Fusillez moi du regard autant que vous voulez, j'assume pleinement mes actes, contrairement à certaines personnes


Je faisais bien évidemment référence à elle-même. Nier son état de l'autre soir était tout simplement ridicule.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Angie
only serving myself
messages : 39

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Dim 3 Sep - 12:55

Already choking on my pride
J’avais cette horrible impression que j’aurais put parler de la pluie et du beau temps à mon interlocuteur, qu’il aurait put avoir al même réaction. Il semblait totalement au dessus de ça et ça me mettait intérieurement hors de moi. Tout chez ce personnage m’énervait de toute façon. Dès la seconde où je l’avais vu entrer ici j’avais su que les prochains moments ne serait pas de tout repos, et encore une fois, j’avais eu malheureusement raison. Et puis voilà que monsieur me réponds qu’on venait le voir dans la rue pour lui dire qu’il était beau, sobre ou saoul. Cette dernière partie ne fit qu’appuyer à nouveau sur le fait que je l’avais fait moi aussi avec plusieurs grammes d’alcool dans le sang. Il continua en m’affirmant qu’il n’y avait aucun rapport avec la modestie et que c’était un fait. Il empestait l’orgueil jusqu’ici. Non. Je ne le supportais définitivement pas. J’aurais tellement aimé revenir en arrière et m’empêcher d’aller le voir, ou qu’au moins ce soit pour lui cracher dessus. S’il disait vraie, il ne méritait pas autant d’attention de la part des autres. De plus le ton qu’il employa, celui avec lequel on s’adressait à un gosse, ne fit que renforcer ma colère. Serte il avait l’air d’être plus âgé que moi, mais ce n’était clairement pas une raisons pour me parler comme ça. Il soupirait par la suite, comme si c’était moi qui le fatiguais. « Un fait ou une preuve de la pitié humaine. Chacun son point de vue » Je ne perdais pas mon sourire et rétorquais à mon tour avec un ton épuisé.

Il remarqua par la suite que je le regardais avec un peut trop d’insistance et me le fit remarquait tout en appuyant sur le fait qu’il assumait ses actes contrairement à certaines personnes. Mais je ne me leurrais pas il parlait clairement de moi. On savait tous les deux que je mentais et que je me souvenais de tout, mais encore faudrait-il que je l’admette à voix haute et ça, je n’étais pas prête de le faire. « Vous savez, c’est fous ce qu’on peut oublier qu’on on boit un peu trop. Mais bon vous avez raison, c’est vrai que certaines personnes n’assument clairement pas leurs actes. Il y en a qui ont juste peur, d’autres qui ne veulent pas admettre que ce sont bien eux les auteurs de ces faits et il y en a aussi qui veulent juste oublier ou qui ne voient pas l’intérêt d’assumer et de se justifier. La nature humaine est pleine de possibilité, c’est ça qui la rends si amusante. Ne trouvez-vous pas ? » J’essayais clairement de détourner la conversation, passant par des sujets et des réflexions inutiles pour noyer le poisson. Je faisais cela tout en gardant un œil sur l’horloge pour déterminer dans combien de temps je pourrais le mettre dehors sans états d’âme.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Ulli
only serving myself
messages : 384

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   Ven 8 Sep - 16:02

Already choking on my pride
Etre honnête c'était important. Du moins c'était moi ce que je pensais. J'avais beaucoup de mal avec le mensonge. Mentir n'était donc pas dans mes habitudes. Pas parce que après je me sentais mal non, simplement que je ne voyais pas en quoi c'était utile de cacher la vérité. Un comportement qui m'attirait bien des problèmes, je le savais mais je ne comptais pas y remédier. Alors peut être que la miss qui nettoyait les tables allait m'en vouloir de ne pas feindre de ne pas me rappeler l'avoir croisé l'autre nuit. Ou de nier le fait que j'étais beau. Même si elle semblait déterminé à me faire croire qu'on me complimentait simplement par pitié. Jusqu'à preuve du contraire, quand quelqu'un nous faisais de la peine on ne lui lançait pas des fleurs mais bon...La serveuse vivait peut être sur une autre planète dans sa tête.

- Si ça vous fait plaisir de le croire


Je n'insistais pas plus, sentant que le débat pouvait être long. C'était à vrai dire, plus mon interlocutrice qui me fixait. Pas avec un regard doux et attentionné cela dit. Plutôt celui que j'avais l'habitude de voir quand j'étais trop honnête. C'était donc sans détour que je lui lançais que justement, j'assumai parfaitement ce que je faisais. Evidemment, elle détournait la conversation. Qu'est ce qu'il y avait de honteux à avoir d'avoir trop bu ? Surtout qu'il ne s'était rien passé entre nous deux. Dieu merci. Ou était ce l'échec justement qui la faisait se sentir humilié.

- Ouais enfin, ce n'était pas comme si vous aviez incendié quoique se soit...Vous pouvez nier autant que vous voulez, c'était vous l'autre soir. Malgré qu'il faisait sombre, votre vilaine tête est venu trop proche de la mienne pour que j'ai pu mal voir

Déclarais je avant de finir ma tarte. Voilà, un bel exemple de mon honnêteté. Elle allait surement être furieuse, les femmes avaient elles aussi un bon égo. Je me préparais donc à sauter de ma chaise au cas où.

Codage par Libella sur Graphiorum


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Already choking on my pride (ft.Ulli)   

Already choking on my pride (ft.Ulli)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « pride and prejudice (...) »
» Une habitude (Pride)
» The Hornets Hive: Passion, Purpose, Pride
» Space Wolf qui tourne plutôt bien
» Liste de flotte space wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum