RSS
RSS

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 
wherever you go. I'll go // (shade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: wherever you go. I'll go // (shade)   Jeu 10 Aoû - 13:14

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


« Trois… Deux… ». Au un, tu entames la manœuvre dans le but de t’en prendre à la silhouette féminine mais un morceau de papier te fonce droit au visage et te coupe net dans ton élan. Te dépêtrant de la feuille tu en analyses rapidement les couleurs et mots inscrits aux crayons de couleur. Un contrat de mariage écrit par… Ce qu’il te semble être des enfants. Comment est-ce seulement possible, il n’y en a aucun à Varakes ? Constat que tu avais fait plusieurs jours après ton arrivée en ces rues. Les noms ne te disent absolument rien et tu fronces les sourcils, préférant le glisser dans ta poche après avoir plié la feuille convenablement, prêt à reprendre l’opération de votre futur méfait. Malheureusement pour toi, le destin semble en avoir décidé autrement et lorsque la migraine pointe le bout de son nez, cette fois-ci tu en reconnais les signes. Dans la panique à l’idée de subir le joug du souvenir, tes yeux vairons trouvent la silhouette de Shadow non loin de toi avant de se voiler. Seule ta main cherche alors son poignet que tu serres. Vous ne pouvez pas rester dans le passage, pas alors que les images s’imposent à toi sans demander leur reste. Bientôt, les cris de joie et de peur des différents habitants ne résonnent plus à tes oreilles, les odeurs ne font plus écho à ton esprit tout comme tu ne vois plus aucune couleur. Tu es à demi-plongé dans l’obscurité et tu ne comprends avoir enfoui ta tête sous ton oreiller qu’à l’instant où les rayons de lumière viennent éblouir tes yeux particuliers. Joyeux anniversaire ! Tu papillonnes des yeux sans vraiment comprendre, n’apercevant la silhouette familière de ton meilleur ami que lorsqu’il vient s’asseoir sur le lit, et ce, depuis la semi obscurité que tu tentes de préserver. Les grognements qui s’échappent de tes lèvres sont significatifs alors que tu maudis plus ou moins ton cadet mais acceptes enfin de te redresser, frottant tes yeux pour t’habituer à la pleine luminosité. Lentement, c’est sa main chaude contre ton torse qui vient trancher avec l’air ambiant et te rappelle à l’ordre, te faisant sortir de ta léthargie temporaire et tu observes le paquet qu’il te tend. L’objet est parfaitement emballé et si tu fronces les sourcils à cause de son geste, c’est sans la moindre animosité que tu viens doucement dégager sa main de ton épiderme, en profitant pour défaire le ruban blanc et découvrir le couteau suisse qui se cache à l’intérieur. Le bleu est si captivant que tu ne parviens pas à dire un seul mot, si ce n’est qu’il n’aurait pas dû. Ko’, tu le surnommes Ko’, ce meilleur ami plus jeune que toi. Il a dépensé une fortune, c’est ce que tu te dis avant de simplement le remercier et venir le serre contre toi, passablement touché par le geste. Je me suis dit que ça pourrait t’être utile, par les temps qui courent…

La phrase résonne en écho dans ta tête alors que tu sors de ton flash en prenant une grande inspiration, les sons de la kermesse t’éclatant les tympans. Par réflexe, tu viens plaquer tes mains contre tes oreilles, soudainement plus habitué au bruit et tu serres les paupières. Souffle erratique, tu sens malgré tout la fine chaleur envahir ton être alors que ton cerveau emmagasine les informations. Ko’. Mais qui est-ce que ça peut bien être ? Qu’est-il advenu de lui ? Pris dans une vague de nouvelles interrogations, ta tête te tourne et le monde tangue autour de toi tandis que tu es un brin livide. L’angoisse de subir un autre mauvais souvenir à fait accélérer ton cœur trop vite et la retombée des images, certes, beaucoup moins dramatiques que d’ordinaire a fait que tu ne te sens pas dans ton assiette, et tu es pourtant loin d’être un chochotte. « Shad… » que tu souffles à son attention sans que tes yeux n’ait encore réussi à le retrouver, ou à le voir, tu ne sais plus trop sur le moment. « Je ne me sens pas très bien. ». Vérité que tu ne pourrais pas lui cacher même si tu le voulais. Tes doigts s’enlèvent de tes oreilles mais les sons et la musique semblent toujours t’agresser et tu aurais presque comme une envie soudaine de fuir. Tu grimaces face aux bruits qui t’assaillent mais parviens enfin à te reconnecter un minimum avec la réalité. « Je suis désolé… ». Désolé que le coup soit gâché et d’être devenu subitement un boulet.      

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Jeu 10 Aoû - 16:20

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu fais le décompte et, soudainement, t’arrête avant d’atteindre la fin. Je tourne la tête vers toi, pas trop certain de comprendre pourquoi la mission est soudainement abandonnée. Pourtant, je comprends rapidement quand, après avoir rangé un papier dans tes poches, ton regard se fait flou et ta main s’accroche à mon poignet. Pas un putain de souvenir !? Là, ici, maintenant? Je serre la mâchoire et surveille nos alentours pour que personne ne vienne interrompre le moment. Je ne sais encore pas ce qui pourrait arriver si quelqu’un brisait la concentration d’une personne en plein souvenir. Serait-ce risqué pour l’esprit? Je préfère ne pas le tester avec toi, surtout pas sur toi en fait. Lorsque, finalement, tu reviens à toi, tu clignes rapidement des yeux et te bouche les oreilles comme si on avait subitement monté le volume de tout ce qui t’entoure. Je comprends totalement l’effet que ça fait et, franchement, je suis content de ne pas être celui qui subit ça présentement. Pourtant, une part de moi voudrait pouvoir te prendre cette douleur pour la transformer en quelque chose de bien. « Shad… » Je suis juste là devant toi, mais tu ne me vois pas. Pas tout à fait en tout cas. « J’suis là, t’en fais pas… » Je pose une main rassurante sur ton épaule pour te démontrer que je suis bel et bien là, tout près. « Je ne me sens pas très bien. » Ça, au moins, j’avais cru comprendre. « Je suis désolé… » Je secoue négativement la tête, pas encore tout à fait certain que ta vue soit de retour. Alors j’entrelace nos doigts et te guide lentement vers l’endroit qui, selon moi, sera le plus calme sans devoir quitter complètement la kermesse : la maison des miroirs. Certes, pas nécessairement le meilleur endroit pour se sentir mieux vu tous les miroirs qui nous renverront bientôt notre reflet, mais c’est certainement plus calme que le stand où on s’amuse à foutre des gens à l’eau. J’entre donc à l’intérieur sans lâcher ta main et m’arrête finalement dans une pièce relativement grande où il n’y a que notre image tout autour, renvoyés par ces grands panneaux de glace réfléchissante. De ma main libre je caresse doucement ta joue en cherchant ton regard. « Ça va aller..? »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Sam 12 Aoû - 8:03

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Le souffle saccadé, tu tentes de reprendre contenance malgré le bruit qui te martèle les tympans. Pour peu, tu as l’impression que les sons te les feraient presque saigner et cette sensation est tout sauf agréable. La main de Shadow qui se pose sur ton épaule est le signe qu’il te faut pour savoir qu’il n’est pas loin, mais tu tardes encore à voir convenablement sa silhouette, traits crispés de ton visage qui est devenu aussi blanc qu’un linge. A force de subir le joug de souvenirs désagréables, tu t’es mis à angoisser ces instants-là, redoutant le moment où tu te souviendrais d’avoir été mis au trou, ou d’autres choses potentiellement moins agréables encore. Il y a tant de points d’interrogations sur vos passés à tous que les mots de Mason viennent résonner à l’arrière de ta boîte crânienne. Je sais pas quel crime on a commis, mais on a tous pris la même peine, j'imagine. Tu t’excuses alors que tes doigts lâchent enfin tes oreilles, prunelles se fixant sur le premier manège à proximité qui fait toujours un son tonitruant. Mais c’est finalement la main de Shadow attrapant la tienne qui te fait émerger un peu plus de ta léthargie. Tes pas se laissent sagement être guidés jusqu’aux abords du palais des glaces, doigts serrant les siens pour être certain de ne pas les lâcher, et en silence tu pénètres à l’intérieur. Tes yeux vairons terminent de se reconnecter avec la réalité le temps que vous atteignez la pièce aux multiples reflets éloignée de tout. Il n’y a pour ainsi dire quasiment aucun son à l’intérieur et tu soupires de soulagement. Livide, tu papillonnes des yeux pendant quelques secondes sans quitter sa main et le contact de ses doigts contre ta joue t’arrache un fin frisson que tu ne peux réprimer, prenant le temps de terminer d’apaiser ta respiration jusque-là erratique. Ca va aller… ? Tu opines doucement du chef en guise de réponse et croises enfin son regard.

Ta main libre vient glisser dans tes cheveux que tu balaies en arrière et tes prunelles étranges bifurquent sur les différents panneaux de glace où ton propre reflet t’est envoyé en pleine tronche à plusieurs reprises. « J’ai… Vraiment une sale gueule. » que tu murmures en fronçant les sourcils avant de te mettre à sourire en coin et de reporter ton attention sur lui. Tu ne sais pas quoi lui dire, ni quoi penser de ce souvenir. A la différence de tous ceux que tu as eu jusque-là il te paraît comme étant heureux, il a su réchauffer ton cœur et tu sais pourquoi ce couteau suisse ne t’a pas quitté. Mais il y a toujours tellement de mystère qui plane autour de vous… Un nouveau soupir s’envole de tes lippes, de lassitude cette fois tandis que tu recules doucement sans lâcher sa main pour venir glisser contre l’un des miroirs et t’asseoir sagement par terre. « J’ai le sentiment que ce puzzle dans ma tête ne sera jamais terminé… ». Et pour cause, tellement d’informations qui partent dans tous les sens. Tellement de trous non comblés qui ne cessent même de s’agrandir sur la toile géante qui se tisse au gré de tes souvenirs. Tu as beau essayer de recoller les morceaux, rien n’y fait. Lentement, tes joues récupèrent de leur couleur et tu te sens reprendre pleine possession de tes moyens, mais tes doigts ne quittent toujours pas les siens et ton regard s’y perd un instant, sur ces mains jointes avant que subitement tu ne tires suffisamment fort pour qu’il se penche en avant. En un éclair, tu détaches ton dos du miroir pour que ta main libre se saisisse de sa nuque et tu l’embrasses par surprise, comme il l’a fait bien des minutes plus tôt. Tu sais pas vraiment pourquoi, au fond, juste… Une pulsion, sans doute. Où un moyen de se donner du courage avant la suite. Car tu sais pertinemment que vous n’avez pas encore abordés tes souvenirs…  

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Sam 12 Aoû - 10:41

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Ton regard trouve enfin le miens et je suis soulagé de constater que tu es de retour parmi nous. Enfin, avec moi puisque nous sommes seuls ici et, honnêtement, je préfère ça. Je garde le silence alors que tu reviens lentement à toi, prenant en compte l’endroit où nous sommes et regardant ton reflet tout autour tu lâches finalement : « J’ai… Vraiment une sale gueule. » Je ne peux m’empêcher de lâcher un petit rire amusé, hochant malheureusement la tête à ton affirmation. « J’te mentirai pas, t’es blanc comme un drap. » Tu soupires à nouveau et je reprends mon sérieux, te laissant tout le temps dont tu as besoin pour reprendre tes esprits. Il va s’en dire que si tu as besoin de parler ou si tu veux garder le silence –quoi que tu décides de faire- je serai là pour toi. Comme tu l’as été pour moi auparavant et, même si ça n’avait pas été le cas, je serais là pour toi. Parce que j’en ai envie d’abord et avant tout et parce que je sais que tu en as besoin aussi. Tu recules jusqu’à un miroir et t’y laisse glisser. Je te suis, mais demeure debout, regardant un peu autour de nous, mal à l’aise face à autant de reflet de moi-même. Néanmoins, voir nos doigts enlacés est plutôt agréable et réconfortant. « J’ai le sentiment que ce puzzle dans ma tête ne sera jamais terminé… » J’hoche la tête, complètement d’accord avec cette affirmation. J’ai moi-même souvent l’impression de voir la grande image, d’avoir les contours nécessaire pour deviner la forme, mais qu’il me manque tellement de pièce qu’un nouveau détail n’est jamais bien loin, juste là à attendre de me péter au visage. Et franchement? Je déteste ça.

Sans prévenir, tu tires sur ma main toujours dans la sienne, m’obligeant à me pencher vers l’avant. Je m’agenouille rapidement et tu captures mes lèvres pour un baiser surprise, ta main sur ma nuque me tenant bien en place. Je suppose que ce n’est que partie remise vu le coup que je t’ai fait un peu plus tôt. J’approfondis le baiser, y allant désormais avec plus de fougue une fois la surprise passée. Doucement, ma langue tente de percer la barrière de tes dents pour s’infiltrer dans ta bouche, cherchant sa jumelle dans l’antre gardée par tes lèvres pulpeuses. Je crois que je ne me lasserai jamais de t’embrasser. C’est vrai, je pourrais probablement passer des journées entières à ne faire que ça. Enfin… pas que ça. Lorsqu’enfin je me détache un peu, ce n’est que pour respirer. J’appuie mon front contre le tient et souris vaguement. « T’avais besoin de courage ou bien c’était simplement pour le plaisir? »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Dim 13 Aoû - 14:13

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu veux faire un brin d’humour pour dédramatiser la chose. Tu sais qu’il peut être parfois angoissant de faire face à quelqu’un de pris sous le joug d’un souvenir. Tu fais souvent face à ce genre d’évènements, si bien que tu as fini par te demander si tu n’étais pas une sorte de déclencheur pour les autres, ou quelque chose dans ce genre-là. La première chose qu’aperçoivent tes prunelles dans le reflet que te renvoient les miroirs, c’est la pâleur de ta peau. Déjà qu’en temps normal tu n’es pas spécialement bronzé… Remarque qui s’envole de tes lippes alors que Shadow se permet un rire qui te fait sourire en retour. Blanc comme un drap. A ces mots, tu grimaces légèrement mais conserves ton sourire quelques instants. De toute manière ni toi ni lui ne ment, ce n’est que stricte vérité. Il te faut cependant attendre qu’un soupir résonne dans le silence environnant pour que tu ne te mettes enfin à bouger, reculant lentement jusqu’à rencontrer la surface glacée de l’un des miroirs et t’asseoir doucement sur le sol sans jamais lâcher sa main ni le forcer à faire de même que toi. Fermant un bref instant les yeux, tu ne sais pas par où commencer alors tu dis la première chose qui te passe par la tête et révèle le sentiment qui t’anime vis-à-vis de vos passés respectifs envolés. C’est tel un puzzle dont les morceaux ne parviennent à s’emboîter réellement les uns les autres. Il y a tant de trous et de blancs à combler, tant de flous et de peurs enracinées. Sans doute est-ce pour cette raison que tu te mets à tirer sur sa main liée à la tienne dans le but de le rapprocher. A genoux devant toi, tu détaches ton dos de la surface plane pour venir quémander ses lèvres et les heurter sans doute un peu trop fort, main libre se plaquant contre sa nuque.

Son souffle qui se mêle au tien semble être tout ce dont tu as besoin à cet instant précis, balayant les images différentes qui s’imposent à ton bon souvenir tandis que ton esprit cherche irrémédiablement à recoller les morceaux. D’abord surpris, le cobra répond bientôt à ton embrassade et c’est d’un sourire que tu laisses sa langue venir quérir la tienne, tes doigts serrant un peu plus les siens et les autres remontant doucement le long de sa nuque pour atterrir à la racine de son cuir chevelu. Tu profites en silence du moment, aucun môme ni personne pour venir vous déranger. Dans ta tête, il n’y a temporairement plus que le vide, jusqu’à ce qu’il ne se détache pour vous permettre de respirer, front collé contre le tien. Tu gardes les paupières clauses en esquissant un sourire à ses mots, respiration un peu saccadée par votre échange. « Je crois bien que c’est parce que j’en avais grandement envie… » que tu murmures à proximité de ses lèvres sans rouvrir les yeux, laissant le silence retomber quelques secondes entre vous et de reprendre soudainement la parole. « Je veux en être, Sha’… ». Tes prunelles réapparaissent à l’instant où tes paupières se rouvrent mais tu ne bouges pas d’un pouce. « Les cobras. ». Tu as conscience de lancer ça comme un cheveu sur la soupe, mais tu es irrémédiablement sérieux, quand bien même tu ne saches pas tout, et quand bien même il ne serait peut-être pas d’accord. Ton front vient lentement se décoller du sien afin que tu puisses mieux l’observer et qu’il soit en mesure de voir tout le sérieux que tu mets dans tes propos. « Pas à cause de mes souvenirs… Je… Parce que je le veux vraiment. ». Un ricanement nerveux s’échappe de tes lippes au moment où tes prunelles se perdent temporairement sur vos multiples reflets. « Mes souvenirs. C’est grave le bordel. ». La main qui se trouve encore à sa nuque s’en détache doucement, glissant jusqu’à son épaule.    

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Shadow
the royal cobras
messages : 434

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Dim 13 Aoû - 15:53

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Comment se fait-il que tous les baisers que nous échangeons me font sentir comme ça? Comme un adolescent dont les hormones remonte à la moindre activité, comme un homme insatisfait qui a enfin droit à un peu d’action, comme un papi qui prend du viagra pour la première fois. C’est fou l’effet que tu me fais et, bon sang, je n’crois pas que je pourrai m’en passer maintenant que j’y ai eu droit. « Je crois bien que c’est parce que j’en avais grandement envie… » J’esquisse un léger sourire, le front toujours contre le tiens et heureux d’être ainsi posé. Calme et sans soucis pour une fois. Pourtant, si je croyais jusque-là être prêt à n’importe quoi, je n’étais définitivement pas prêt pour ça. « Je veux en être, Sha’… » En être? Être de quoi? J’ouvre lentement les yeux et te regarde, perplexe. « Les cobras. » C’est là où mon cerveau entre en mode erreur 404 : page not found. Tu veux quoi? Être un cobra? C’est une mauvaise blague? Tu recules un peu la tête et je te dévisage sans réellement savoir quoi dire. Loin de moi l’idée de t’en dissuader… enfin, en temps normal. Lors de notre rencontre, j’aurais même pu être super content de te voir rejoindre les Cobras avec moi. Après tout, cette veste t’as toujours plu, pas vrai? Mais là, maintenant? Avec mes conneries des dernières semaines, Makfire qui m’a foutu à la porte, Jaxen à qui j’ai toujours pas reparlé sans parler de Blaze. « Pas à cause de mes souvenirs… Je… Parce que je le veux vraiment. » Je soupire et hoche la tête. Oui, je comprends ça. Je ne doute pas non plus de tes motivations, mais merde! « Putain Wade… ton timing est franchement nul. » Tu ris un peu et j’aimerais pouvoir te joindre dans le mouvement, mais j’y arrive pas. « Mes souvenirs. C’est grave le bordel. » Je m’attendris un peu et m’humecte les lèvres, m’asseyant finalement sur le sol avec toi. « Tu veux me parler de tes souvenirs d’abord? On pourra reparler de cette histoire de Cobra plus tard… de toute manière, c’est pas à moi que tu devras demander la permission, mais plutôt à Mak ou à Jay. » Je me passe une main sur le visage et me pince l’arête du nez avant de te regarder à nouveau. Putain si je tenais pas autant à toi, j’te laisserais là comme un vieux déchet à te démerder. Heureusement pour toi, j’suis beaucoup trop attaché pour te laisser là tout seul. Que ce soit avec tes souvenirs ou avec des blessures sur tout le corps, j’te laisserai jamais seul.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I.R.F
mister see everything
messages : 324

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Mar 15 Aoû - 14:28

SOUVENIR DE WADE
« Hey. Hey, le blond. T’es vivant, ça va? » Tu clignes des yeux plusieurs fois, déglutissant avec difficulté. Ton corps en entier te fait souffrir, comme si un tank t’étais passé dessus (et c’était presque le cas, vu la carrure de l’autre soldat). Tes prunelles rencontrent celles d’un homme, d’une dizaine d’années ton aîné si tu en juges par sa barbe grisonnante. « Ils ne t’ont pas manqué à ce que je vois. » Il t’aide à te redresser et tu ne peux refuser l’offre : rien que de t’asseoir t’arrache une longue plainte. Il s’appelle Jamieson. Sergent de première ligne, envoyé au trou pour avoir fui la bataille et avoir volontairement causé la mort de son bataillon. C’est avec lui que tu partages ta sentence. Tu apprends à le connaître, il prend soin de toi en échange d’une épaule sur laquelle s’épancher. Tu vois bien qu’il rumine quelque chose depuis ton arrivée et ça te tracasse. Tes sept jours tirent à leur fin. Et il le sait. « Pourquoi tu t’acharnes à rester dans les rangs quand tu ne sais même pas pourquoi tu te bats, Thornton? Dis-moi? » Il glisse un objet dans ta main, que tu regardes attentivement. Un briquet de métal bien simple, un briquet qu’il ne devrait pas avoir au trou. Il te le donne. En souvenir, probablement, mais pour que tu en fasses bon usage. Il compte sur toi. Ce soir-là, à la brunante, tu retrouves ta liberté. Et pour la célébrer, tu fais ce pourquoi tu es venu ici : suivre tes convictions. Le silence dans lequel tu te complais se transforme rapidement en tumulte impossible à faire taire, alors que tu regardes les tentes de tes compatriotes voler en poussière, feu de joie posant un baume sur ton cœur.
Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wade
only serving myself
messages : 741

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   Mer 16 Aoû - 11:34

wherever you go. i'll go
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. SHADOW


Tu en avais envie, ça te dépasse encore mais Dieu sait que tu en avais vraiment envie. Au fond tu ignores pourquoi ton cœur se met à battre plus vite en sa présence à lui. Ni même pourquoi tu te sens cet irrésistible besoin d’initier ne serait-ce qu’un contact. Gardant ses doigts entre les tiens, tu sais que tu as un timing imparfait et que ta demande tombe comme un cheveu sur la soupe mais tu n’es pas du genre à tourner autour du pot lorsque tu as besoin de dire quelque chose. Sans doute est-ce la faute au souvenir qui martèle encore ton esprit, ou peut-être est-ce un grain de folie certain, tu n’en sais rien mais tu ne fais que suivre ton instinct, ce même instinct qui te hurle de capturer ses lèvres une seconde fois. Putain Wade… ton timing est franchement nul. Tu as reculé ton visage et tu le laisses s’asseoir à tes côtés, fronçant légèrement les sourcils et baissant les yeux. « Je sais… Excuse-moi. » que tu lâches avant de reposer tes yeux vairons sur lui, lui révélant finalement le fait que tes souvenirs sont vraiment bordéliques. Tu as la véritable impression que rien n’est simple et toi qui cherchais absolument à découvrir la vérité sur ton sort, aujourd’hui tu n’es plus vraiment sûr de le vouloir. Tu veux me parler de tes souvenirs d’abord ? Tu hoches doucement de la tête sans le quitter des yeux et écoutant sagement ses paroles. Tu es bien conscient d’avoir subitement coupé le ton de l’ambiance dans laquelle vous vous engouffriez, mais la demande t’avait échappé sans que tu aies le temps de dire ouf. A le voir se passer ainsi la main sur le visage et se pincer l’arête du nez, tu jurerais presque qu’il n’est pas ravi à cette idée, alors tu penches doucement la tête sur le côté et serres un peu plus ses doigts. « Pour peu, je pourrais presque croire que tu préfèrerais m’avoir pour toi tout seul… ». Tu t’autorises un autre sourire pour essayer de détendre l’atmosphère avant de laisser l’arrière de ton crâne reposer contre le miroir derrière toi d’un soupir. « Mes souvenirs n’ont rien de très joyeux, tu sais… Je sais pas vraiment par où commencer. ». Tu hausses les épaules avant de le regarder à nouveau. « Du peu que je sais, ma mère est morte. Je n’ai aucune idée de comment, tout ce que j’ai vu ce sont les flashs d’ambulance, et je l’ai retrouvé chez moi… Mais j’ignore dans quel état, juste assez mauvais pour qu’une fois à l’hosto ils me disent que… Enfin qu’elle ne reviendrait pas, et c’est moi qui aie pris la décision de… ». Les images reviennent et tu déglutis, tu veux néanmoins le lui dire, enfilant temporairement ce masque froid s’il le faut. « La débrancher. Je leur ai dit de la débrancher et je suis parti. Je crois que peu de temps après j’ai rejoint l’armée mais que je m’y sentais pas à ma place. Je me souviens de mon nom de famille, et tout ce que je sais c’est que j’ai été envoyé au trou. Que là quelque part, ou enterré je ne sais où, j’ai un meilleur ami et aucun de ces souvenirs ne s’emboîtent, tout n’est qu’un putain de mélange qui n’a absolument aucun sens. Absolument aucun. Et ça me rend di… ». Tu te coupes au moment où ta main libre vient se serrer en un poing à t’enfoncer les ongles dans la peau. Ton cœur se remet à accélérer dans ta poitrine et tu fermes les yeux avec force en grognant, le souffle déjà court. « Sha. »  Ça recommence. Tes doigts serrent un peu plus les siens tandis que tu subis le joug d’un deuxième souvenir avec plus de violence.    

Tu grognes réellement de douleur au moment où le Sergent Jamieson t’aide à te redresser dans ton souvenir, ton corps tout entier se crispe comme si tu le revivais et les secondes te paraissent être une éternité alors que les images s’enchainent devant tes prunelles fermées. Tu vois le briquet dans ta main qui claque au moment où tu le refermes tandis que la satisfaction envahit ton âme en contemplant le brasier géant que tu viens de créer. Les tentes brûlent sous tes yeux et ça ne te fait ni chaud ni froid.

Cette fois, c’est en sursaut que tu reprends contenance dans la réalité qui est la vôtre, essoufflé et le cœur au bord des lèvres. Tu paniques et lâches ses doigts, ton autre main voit perlé depuis ta paume un mince filet de sang, joug de tes ongles enfoncés trop fort et tu ne sais pas ce que tu cherches des yeux. « J’ai… ». Mais les mots meurent au bord de tes lèvres et tu n’es plus qu’une boule d’angoisse.  



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: wherever you go. I'll go // (shade)   

wherever you go. I'll go // (shade)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le quick shade d'army painter ( for jf)
» Shade
» 9° Salon Aquitain des Jeux de Simulation - 26&27 Fév-Pessac
» Mon armée Haut Elfe
» nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum